Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS



Comment

Dernières dépêches



Art et Culture

Gadji Celi St Joseph (artiste-chanteur ; PCA du BURIDA) : “L’exil, c’est dur…”
Publié le mercredi 8 juin 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Dossier

Showbiz - 2011
C’est dans le plus grand hôtel de Cotonou, « Marina Hôtel », que cet entretien avec le Pca de Bureau ivoirien du droit d’auteur (Burida) a eu lieu. Pour une fois, l’ex-capitaine des Eléphants venu saluer ses cadets n’est pas habillé en costume. Pantalon noir, chemise rose, droit dans ses bottes, il ne se fait pas prier pour éplucher l’actualité ivoirienne.


l Vous étiez annoncé au Ghana. Là, nous vous retrouvons dans la capitale économique béninoise. Que faites-vous à Cotonou ?
Je fais la navette. Nous organisons des spectacles pour vivre de notre art mais aussi pour faire preuve de reconnaissance car des peuples nous ont accueillis. Nous sommes dans ces pays pour travailler car la culture ivoirienne s’exporte. Les gens aiment beaucoup la musique et le cinéma ivoiriens. Tous les artistes qui ne sont pas en Côte d’Ivoire sont sortis pour travailler. Partout où ils se trouvent, nos artistes sont adulés. Si les choses sont au ralenti en Côte d’Ivoire, c’est normal que nous sortions pour monnayer notre talent. Personnellement, je suis régulièrement invité pour des spectacles à Accra, Lomé ou Cotonou. Je viens même de boucler un rendez-vous pour le Mali, très bientôt. Comprenez que je sois un peu partout pour travailler.

l Vous êtes proche de la sélection nationale de football. Que programmez-vous avec les Eléphants ?
J’ai été au cœur des choses chez les Eléphants. Et même si mon temps est passé, je reste attaché à l’emblème de mon pays. Je reste aussi attaché au football. Si j’ai l’occasion d’encourager les Eléphants et de les saluer où qu’ils soient, je le fais. J’ai été contacté par une structure appelée « Acajou » qui a organisé un évènement, dimanche soir, avec les footballeurs béninois et ivoiriens. Avec notre collaboration, les artistes de Côte d’Ivoire au Bénin ont été invités. C’était une façon de dire merci au peuple béninois qui a été extraordinaire dans son accueil. Il y avait au programme des artistes comme Abou Nidal, Jean-Jacques Domoraud, Debordo, Espoir 2000, moi-même en tant que parrain.

l En votre absence, le Bureau ivoirien des droits d’auteur (Burida) que vous dirigez est sur des braises ardentes. Comment vivez-vous cela de loin ?
(Un peu triste) En ma présence aussi, le Burida a toujours été sur des braises, sauf que maintenant les choses se passent dans la presse. Voyez-vous, avant mon avènement à ce poste, il y avait beaucoup de palabres. Je ne vous apprends rien. Il y avait des gaz lacrymogènes, des interventions militaires, des artistes tabassés, etc. C’est une maison qui a toujours connu beaucoup de remous. Aujourd’hui, nous constatons que depuis que le Conseil d’administration a été mis en place, il y a un an, il n’y a plus eu de cafouillage. C’est une victoire. Certaines personnes tapies dans l’ombre veulent nous ramener vers le bas. Aidées par la presse et par certaines mauvaises volontés. Ces personnes sont ancrées dans l’ancien système. Dans le personnel aussi. Nous trouverons une solution à cela.

l Qu’est-ce qui se passe réellement au Burida ? Pourquoi n’y a-t-il jamais la paix dans cette maison ?
(Soupir) Depuis que nous sommes installés, il y a beaucoup de turbulences. J’aimerais demander à tout le monde de regarder en arrière. Qu’est-ce qui s’est passé avant notre arrivée aux affaires. C’est ce travail que nous faisons. Il faut qu’on travaille. Je savais qu’on m’empêcherait de travailler car il y a eu une adversité. Elle était forte. Elle est toujours forte d’ailleurs.

l Qui est cet adversaire si fort ?
Vous connaissez tous nos adversaires… Il y a Valen Guédé qui a perdu les élections. Il y a Noël Dourey. Il y a aussi Antoinette Konan. Aux dernières élections au Burida, il y avait beaucoup de candidats. Et non des moindres. Chacun d’entre eux avait une équipe. Aujourd’hui, nous faisons du bon travail même si certains diront qu’il n’est pas merveilleux. Nous sommes en train de changer certaines mauvaises habitudes.

l Quelles sont vos solutions ?
J’ai échangé avec tout le monde. A deux reprises, j’ai reçu Tiken Jah avant les évènements. Nous sommes en contact. J’apprécie d’ailleurs son discours réconciliateur et plein de sagesse lancé à l’endroit de tous les artistes ivoiriens. C’est ce discours-là qui doit primer. C’est en cela que j’appelle à la maturité des artistes. Ce n’est pas le moment de parler des problèmes du Burida. On doit se demander pourquoi les autres ont fui la Côte d’Ivoire ? Où sont-ils ? Comment vont-ils revenir ? À quelles conditions ? Qu’est-ce qu’on fait ? Voilà des questions à se poser au lieu de répéter que telle ou telle personne a volé l’argent. Non !

l Avez-vous besoin de garanties avant de rentrer en Côte d’Ivoire ?
En général, ceux qui sont sortis ont une raison. Ceux qui ne le sont pas ont également une raison. Je ne fonctionne pas en termes de garanties avant de regagner mon pays. Comprenez que mon domicile a été pillé. Faut-il régler cela à mon niveau ? Comment réhabiliter cette maison ? Toute ma famille est dehors. Il y a une psychose. Des moyens doivent être mis afin que je revienne. J’ai déjà pris un huissier pour faire le point de la situation. Administrativement, ça ira où ça doit aller. Sachez qu’il n’est pas question que je dorme à l’hôtel ou chez un ami. Les gens parlent de fuite… Je crois que dans cette histoire, si des gens qui veulent régler des problèmes personnels convoient d’autres personnes pour faire du mal à d’autres personnes, on peut imputer cela à quiconque qui n’est pas forcément responsable de cela. Se mettre donc en sécurité met tout le monde à l’aise afin qu’on revienne pour discuter. Je sais une chose : certaines personnes ne sont pas exemptes de reproches dans ce qui m’est arrivé.

l Que voulez-vous dire ?
Quand j’entends de loin que certains veulent aller voir le ministre de la Culture pour changer les choses… Ce n’est pas la solution. Mes adversaires sont dans une logique et je ne sais pas pourquoi. Mon rôle est de gérer l’argent des artistes. Je suis en mission. Ce sont eux qui actionnent les employés. Comme le Burida n’est pas interdit à un artiste, ils sont libres de venir, de chuchoter et de dire tout ce qu’ils veulent. Ils demandent aux employés de se soulever et eux, derrière, soutiennent. Voilà leurs méthodes.

l Quelle est la situation actuelle des artistes au niveau du Burida ?
Aujourd’hui, tous les artistes ont touché leurs droits d’auteur. Et tous les employés ont été payés. Les salaires ont été payés jusqu’à ce qu’il y ait problème en Côte d’Ivoire. En septembre 2010, il y a eu délestage en Côte d’Ivoire durant un mois et demi. Cela nous a empêchés de travailler et nous a donné un mois de retard. Les mois de novembre et de décembre sont nos mois-phares car il y a les fêtes et nous encaissons beaucoup d’argent. Nous avions prévu de gérer les deux mois d’arriérés plus les gratifications. Malheureusement la crise a démarré en novembre. Le mois de décembre était donc KO. Lorsque vous voyez la situation de la Côte d’Ivoire, pouvez-vous parler de Burida ? On vous dit que la maison du président a été pillée. Vous ne cherchez même pas à savoir comment il vit. Leur problème, c’est seulement l’argent…

l Justement comment vivez-
vous ?
(Il cherche ses mots) Heureusement que je suis un artiste. Je chante donc au Ghana, au Togo ou au Bénin…

l Supportez-vous difficilement cet exil ?
Oui. Qui aurait pu penser cela ? C’est dur… Nous avons toujours vécu avec nos frères, nos parents, nos amis. Aujourd’hui, nous sommes dans un endroit nouveau. Ceux qui sont au Ghana ne comprennent pas l’anglais. Comment font-ils ? Ils ne connaissent personne en dehors de leurs amis avec qui ils ont voyagé. Ils ne sont pas maîtres des lieux. Ils ont beaucoup de réserve dans leur comportement. En Côte d’Ivoire, nous ne connaissions pas cela. On ne peut pas dire que l’exil nous convient. Cela n’est pas vrai. Nous sommes en juin 2011. Cela fait sept mois. C’est plus de la moitié de l’année. Aujourd’hui, nous devons penser à régler les problèmes et boucher les trous. Comment maximiser les entrées d’argent ? Comment prendre tout le territoire qui était limité auparavant ? Il y a trop de challenges ! Je me réjouis que certains artistes soient sortis pour travailler sinon, comment vivraient-ils ?

l Avez-vous un appel à lancer ?
Je voudrais dire aux artistes de garder courage, de se battre jusqu’à ce que la situation se normalise. J’ai foi en ce que les choses iront dans le bon sens. Nous allons aider nos hommes politiques à aller à la réconciliation.


Entretien réalisé par Guy-Florentin Yaméogo, envoyé spécial à Cotonou

LIENS PROMOTIONNELS