Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Boundiali / Diogo attend les « ADO Solutions »
Publié le samedi 18 juin 2011   |  L'expression


Précampagne
© Abidjan.net par Emma
Précampagne électorale du RDR: ADO rencontre les commerçantes de Yopougon
Mercredi 4 août 2010. Abidjan. Yopougon, place Ficgayo


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Pour avoir voté à 100% pour Alassane Ouattara, le village de Diogo attend du président le retour de l’ascenseur.

Fête sur fond de réconciliation. Diogo, village de trois mille âmes, a fêté le 12 juin la victoire d’Alassane Ouattara à la présidentielle. Tam-tam, grelot, chant… étaient au rendez-vous. Les populations de cette localité ont profité de ces retrouvailles pour appeler les Ivoiriens à la concorde, la paix et la réconciliation. « Le président de la République a subi toutes les frustrations et humiliations du monde. Comme si cela ne suffisait pas, le corps de sa mère a été profané, traîné hors de la tombe. En dépit de cela, Alassane Ouattara invite les Ivoiriens à pardonner », a indiqué le parrain de la cérémonie, Koné Tiémoko Justin, ancien porte-parole des chefs traditionnels de Côte d’Ivoire. Et d’ajouter : « Si lui qui a tant souffert a pardonné, que gagnons-nous nous autres à refuser le pardon? S’il a puisé des forces en lui pour le demander, c’est que nous le pouvons tous. Je vous exhorte peuple de Côte d’Ivoire, populations de Diogo, à vous accepter afin de se tourner vers le développement». Selon les populations de Diogo, l’heure a sonné pour ADO de dérouler son vaste projet de développement. Et les Diogoka, veulent sortir le village du sous-développement. Pour eux, avec l’élection d’ADO, cela est désormais possible. « Diogo qui a tant souhaité le changement en votant ADO à 100%, ne peut rester en marge du progrès », a dit Diarrasssouba Drissa, porte-parole des jeunes. Et le porte-parole du village et de la notabilité de renchérir : « Diogo a de nombreuses potentialités, mais manque de moyens. Nous avons 500 ha de bas-fond ». Pour lui, le développement du village passe nécessairement par l’appui dans le secteur de l’agriculture. Il demande la valorisation des 500 ha de bas-fond qui entoure le village, l’amélioration du prix d’achat des produits agricoles, la construction d’un centre de santé, la construction d’un bâtiment de trois classes et la réhabilitation du bâtiment de trois classes existant, l’électrification du village et le réprofilage de l’axe Boundiali-Diogo. Ce chapelet de doléances a été repris par les jeunes qui demandent aussi une piscine et un centre culturel. Selon le président du comité d’organisation, Koné Vamara, « après de nombreuses années de souffrances, l’élection d’ADO arrive comme une libération. C’est la première fois que nos voix sont unanimes pour donner le score de 100% à une personne ». Selon lui, c’est le signe des lendemains chanteurs pour le village. Les populations ont saisi l’occasion pour demander aux cadres de s’impliquer davantage dans le développement de leur village.

Mazola
Correspondant régional

LIENS PROMOTIONNELS