Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Présidence de la République : L’entourage de Ouattara pose problème - La période de grâce pourrait très vite prendre fin pour le nouveau locataire du palais présidentiel d’Abidjan
Publié le lundi 11 juillet 2011   |  Nord-Sud


17è
© Présidence par Aristide
17è sommet de l’Union africaine: Le Président Alassane Ouattara à Malabo (Guinée équatoriale)
Jeudi 30 juin 2011. Malabo (Guinée équatoriale)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Alassane Ouattara est-il bien entouré? Visiblement pas, puisque les premiers pas du chef de l’exécutif sont loin de convaincre tout le monde, y compris dans son propre camp. Et, si on peut dire de Me Franck Kouyaté (homme de droit qui se décrit comme un ‘’alassaniste’’) qu’il a été le premier à porter haut les récriminations contre l’entourage du président de la République, force est de reconnaître que ceux qui fustigent les pratiques de l’entourage d’Alassane Ouattara, se comptent désormais par milliers. Finie la période d’euphorie qui avait fait rêver plus d’un. Désormais, place au désenchantement. Le moins que l’on puisse dire, c’est que les critique, devenues récurrentes, vont du passionnel au professionnel, de la rétention d’informations à l’empêchement de voir le président de la République.

Alors que leur massacre a constitué un tournant dans le dénouement de la crise post-électorale, les femmes tuées à Abobo, par les soldats pro-Gbagbo, ont été inhumées récemment, dans l’indifférence générale. « Elles ont été enterrées sans notre avis. Nous ne connaissons même pas l’endroit où elles reposent. Selon les informations que nous avons reçues, elles sont au cimetière d’Abobo-baoulé », nous confiait récemment un parent de victime dans un reportage paru dans nos colonnes. Dans le fond de leurs critiques, ces parents de victimes qui auraient aimé voir leurs proches élevés au rang d’héros nationaux, attendaient sans doute un geste fort venant d’Alassane Ouattara. Comble de malchance pour eux, rien. Du moins jusque-là. De source proche des familles, le ‘’dossier’’ aurait été bloqué par les collaborateurs du chef de l’Etat. « Toutes nos démarches pour rencontrer le président de la République ont échoué. Certes, la cellule médico-sociale du Rhdp fait ce qu’elle peut mais nous tenons à exprimer nos préoccupations de vive voix au président ADO », martèle-t-on du côté de certains parents de victimes. De toute évidence, ce besoin de parler au président de la République, est le même pour nombre de parents d’autres victimes tombées dans le cadre de la marche du Rassemblement des républicains (Rdr). Et, aussi nombreux sont les besoins de voir ou de parler à M. Ouattara, nombreuses sont les déceptions. Le problème va donc au-delà de la cellule médico-social du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), mise en place lorsqu’Alassane Ouattara et son staff vivaient reclus au Golf hôtel. Les attentes déçus des parents de martyres d’Abobo sont quasiment les mêmes que celles des victimes de la répression des régimes précédents et qui ont fait voir de toutes les couleurs au Rdr. Victimes de la chasse aux nordistes sous Henri Konan Bédié, victimes de la répression de la junte militaire (décembre 1999 à octobre 2000), parents de victimes des escadrons de la mort ou de la répression sauvage des soldats pro-Gbagbo, etc., tous portent les mêmes attentes déçues à l’égard du Rdr et de son président sortant, Alassane Ouattara.

Avec les militants, victimes de la barbarie des régimes précédents, certains hauts cadres du Rdr partagent la même désillusion liée à l’entourage du président de la République. Depuis qu’Alassane Ouattara a accédé au pouvoir d’Etat, il faut, selon les témoignages que nous avons recueillis, se réveiller de bonne heure pour le voir. « C’est le même système de gestion tant décrié à la direction du Rdr qui semble avoir été reproduit au palais présidentiel. Quand on appelle nos anciens compagnons devenus ministres, au téléphone, impossible de les joindre. Quand tu veux voir le président, impossible parce qu’il est trop occupé. Où allons-nous », fulminait, un élu ‘’républicain’’ joint par téléphone. « Il y a trop de ‘’barrages’’ (allusion à l’entourage de M. Ouattara) », renchérit un autre qui fait toujours allusion à l’entourage. Manque de courage ou délicatesse du sujet qui serait une plaie dans la ‘’famille républicaine’’, tous nos interlocuteurs nous ont fait leurs confidences sous le couvert de l’anonymat. « Les gens mentent tellement au président (Ouattara, Ndlr) qu’ils pourraient aller déformer nos propos. Pour prendre des raccourcis, ils n’hésitent pas à taxer de ribambelle, tous ceux qui font des critiques », assure un autre interlocuteur.

Cible collatérale

Cible indirecte des récriminations de militants et de cadres, c’est pourtant Alassane Ouattara qui pourrait en payer le plus lourd tribut. Les critiques pourraient dangereusement détériorer son image. C’est ce qui s’est vu, en mai dernier, avec son investiture à Yamoussoukro où plusieurs ratés ont été relevés.

Sans attendre davantage, le nouveau chef de l’exécutif devrait donc s’atteler à donner le bon coup de pied dans la termitière. Car, en réalité, n’est-ce pas grâce à son aura personnel qu’il a pu gravir les échelons jusqu’à être, aujourd’hui, président de la République ? « La gestion de l’Etat est plus contraignante. Il doit prendre ses dispositions pour éviter les erreurs qu’on a commises dans le parti. Des gens vont jusqu’à dire qu’il est otage d’un groupe. Ce n’est pas bon pour son image », marque un cadre du Rdr. Avis que partage, en partie, K.M., membre du Rdr d’Odienné. Son avis, c’est plutôt aux proches du chef de l’Etat qu’il préfère le donner. « Le président est un habitué de la gestion rigoureuse. A partir de cet instant, c’est aux personnes en qui il a placé sa confiance de se montrer à la hauteur de la tâche. On dit quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer », confie le cadre d’Odienné.

Marc Dossa

LIENS PROMOTIONNELS