Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Commentaire / Affaire « Faire simplement ‘‘pomper’’ : Affi N’guessan est mieux que faire tuer » / Les leçons de Morou Ouattara à Lmp
Publié le samedi 23 juillet 2011   |  L'intelligent d'Abidjan


Le
© AP
Le President Laurent Gbagbo et son épouse Simone Gbagbo ont été arrêtés par les FRCI


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dans une interview à l’IA, parue le vendredi 22 juillet 2011, le commandant de zone de Bouna, a donné les raisons qui l’ont motivé à faire ‘‘pomper’’ Affi N’Guessan dans sa cellule. A travers cet entretien, Morou donne de véritables leçons de respect des droits de l’Homme aux tenants de l’ancien régime. Morou Ouattara a rendu visite à Affi N’Guessan et à ses co-détenus, notamment Diabaté Bê et Michel Gbagbo dans leur cellule à Bouna. Le com’zone les a fait ‘‘pomper’’. Il le reconnaît et n’éprouve aucun regret, ni de remords pour avoir adopté une telle attitude à l’égard des proches de Gbagbo. Les partisans de l’ancien pouvoir ont commis des massacres. Au lieu d’appliquer la loi du Talion, stipulant qu’‘‘œil pour œil, dent pour dent’’, le commandant des Frci qui a participé à la capture de Gbagbo le 11 avril, est allé tout simplement demander à Affi N’Guessan et à ses voisins de la Prison de Bouna de faire des exercices physiques. Si les forces pro-Gbagbo agissaient ainsi, et se contentaient de faire pomper l’ex-pilote du président Houphouët-Boigny, le colonel Dosso, ne serait pas mort aujourd’hui. Si Dogbo Blé et ses hommes s’étaient contenté de faire pomper le directeur général de la Sifca, Yves Lambelin, celui-ci serait aujourd’hui, auprès de son épouse et de ses enfants. Si on avait fait ‘‘pomper’’ les femmes tuées à Abobo le 3 mars 2011, elles seraient aujourd’hui en train d’exercer leurs activités. Si les 3000 morts de la crise postélectorale avaient été soumis à des ‘‘pompes’’ par Lmp, ils seraient aujourd’hui, en train d’apporter leur pierre à la réconciliation et à la reconstruction post-crise. Mais, les refondateurs ont préféré leur ôter la vie. Et ces tueries n’ont pas empêché la chute de leur mentor Laurent Gbagbo, le 11 avril 2011. Les ‘‘pompes’’ de Morou Ouattara préservent au moins la vie de ces ex-barons de LMP. Cette leçon de Bouna est à retenir et doit faire école. Car la vie est sacrée. Le premier droit de l’homme c’est le respect de la vie, le droit de la vie. Faire pomper n’est pas à conseiller. Certes, mais entre faire tuer et faire pomper, le choix à faire, est très clair.

Touré Abdoulaye

LIENS PROMOTIONNELS