Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Noël Koudou Djédjé (Secrétaire fédéral adjoint du Fpi de Divo) : “Le Fpi est toujours debout dans la région”
Publié le samedi 30 juillet 2011   |  Notre Voie


Activités
© Ivoire-Presse par FN
Activités du President de la Commission dialogue, vérité et réconciliation : Charles Konan Banny reçoit Miaka Ouréto et la direction intérimaire du Front populaire ivoirien (Fpi)
Lundi 25 juillet 2011. Abidjan. Siège de la Commission dialogue, vérité et réconciliation(CDVR)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Noël Koudou Djédjé est le Secrétaire fédéral adjoint du Fpi à Divo. Un peu plus de cent jours après la chute du leader de son parti, Laurent Gbagbo, il explique à Notre Voie que malgré tout, les militants locaux du Fpi restent déterminés. Avant d’annoncer la tenue prochaine d’une tournée de remobilisation dans la région.
Notre Voie : Un peu plus de cent jours après le renversement du Président Laurent Gbagbo ; ajouté à cela, la démission du Fpi, de Mamadou Koulibaly ; quel est l’état de santé du Fpi dans la région de Divo ?
Noël Koudou : Le Fpi est toujours debout et surtout vivant dans la région de Divo. D’ailleurs, nous sommes de loin, le parti majoritaire en termes d’implantation. Nous avons la majorité des élus locaux. Aux dernières élections présidentielles, l’ex-majorité présidentielle l’a emporté haut les mains. Certes, il y a aujourd’hui beaucoup de problèmes liés notamment à la situation d’insécurité avec les nouveaux tenants du pouvoir. Mais, les militants du Fpi sont plus que déterminés à mener le combat pour la démocratisation réelle de la Côte d’Ivoire. Nous avons les échos de toutes nos structures. Il est vrai qu’au niveau fédéral, nous n’avons pas encore tenu de réunions statutaires à cause de l’insécurité qui règne dans la région. Les militants du Fpi ou supposés proches de Laurent Gbagbo sont traqués partout. Tenez, sur la soixantaine de secrétaires de section dans la Fédération, il y a seulement une dizaine avec qui nous sommes directement en contact. Les autres, traqués par les Frci, sont encore dans leur cachette. Même le Fédéral Boniface Attébé n’est toujours pas revenu. De nombreux élus et autres cadres du Fpi tardent à venir à cause du comportement peu démocratique du pouvoir en place. Les domiciles et autres biens des élus et cadres Lmp ont été pillés par les Frci. Il faut que toutes ces manœuvres d’exactions cessent afin de vivre une vraie réconciliation et permettre au Fpi de jouer pleinement son rôle de parti d’opposition.

N.V. : Mais l’on raconte que les domiciles et autres biens des élus et cadres Lmp ont été pillés parce qu’ils détiendraient des armes…
N.K. : C’est un tissu de mensonges. Le Fpi n’est pas un parti violent. On ne peut pas traquer des responsables politiques ou incendier leurs biens sur la base du mensonge. C’est un faux procès. Le Fédéral Boniface Attébé et les autres cadres ne détiennent aucune arme. Ceux qui détiennent illégalement les armes sont les dozos qui se promènent partout et commettent les exactions sur d’honnêtes citoyens.

N.V : C’est dire que la situation actuelle n’a pas affaibli votre parti dans la région ?
N.K. : Non, pas du tout. Les populations locales dans leur majorité se reconnaissent toujours en Laurent Gbagbo. Au niveau de la Fédération, nous sommes en train de nous réorganiser pour lancer une offensive de remobilisation partout dans les villages et campements. Le Fpi ne disparaitra pas surtout que le Président Laurent Gbagbo , à travers sa politique de décentralisation, a permis à la région de connaitre un essor véritable au plan des infrastructures socio-économiques. Très bientôt, nous allons entreprendre dans la Fédération, une tournée pour demander à nos militants en particulier et à la population en général de se réveiller, de ne plus avoir peur. Il faut que nos parents comprennent qu’il n’y a vraiment rien en face au vu de ce que les tenants du pouvoir nous permettent de voir. Nous allons effectuer cette tournée en attendant bien sûr le mot d’ordre de la nouvelle Direction du Parti.
Entretien réalisé par
Ibo Cheick Oumar

LIENS PROMOTIONNELS