Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Gueyo : Des gendarmes et leur commandant tabassés et faits prisonniers par des Frci
Publié le samedi 13 aot 2011   |  Soir Info




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Décidément, les éléments des Forces républicaines de Côte d'Ivoire (Frci) veulent en découdre avec leurs frères d'armes de la Gendarmerie. Après le malheureux incident survenu à Grand-Lahou où deux gendarmes de la brigade routière de N'Douci ont fait les frais des éléments des Frci, le mercredi 3 août dernier, ce sont cette fois le Commandant de la Brigade de Guéyo, ainsi que deux de ses éléments, qui ont été tabassés puis faits prisonniers dans les locaux de la Gendarmerie. Que leur voulaient ces militaires ? Il ressort que les éléments des Frci qui entendent régner en maîtres dans cette bourgade d'environ 30 000 âmes, contestent l'autorité du Commandant de la Brigade et ses éléments en poste dans cette localité. Tout commence le 2 août quand le Mdl/C Azobé interpelle un motocycliste, un certain Bêh, élément des Frci. Mal lui en prit, car le responsable local des Frci, nommé Abdoul, de passage, tombe sur la scène. Il demande alors des comptes au gendarme avant de regagner sa base, très en colère. Quelques minutes plus tard, il revient sur les lieux avec cinq de ses éléments qui tabassent le gendarme en poste. Ce jour-là, un autre gendarme, le Mdl/C Zakra Tapé, qui tentait de s'interposer, est lui aussi pris à partie et violemment molesté par les éléments du ''commandant'' Abdoul en furie. Puis les deux gendarmes sont faits prisonniers dans leurs propres locaux sous le regard médusé de leurs collègues. Depuis lors, il règne un véritable climat de tension entre les deux forces (Frci et Gendarmerie) qui se regardent en chiens de faïence. On en est donc là, lorsque le mardi 9 août le Commandant de la Brigade, l'adjudant Zougouri Timothée, réunit ses éléments pour leur donner les consignes à exécuter pour la journée. Contre toute attente, les locaux de la brigade sont assiégés par les éléments du fameux ''commandant'' Abdoul. Sans autre forme de procès, l'adjudant Zougouri, chef de la brigade, est maîtrisé devant ses éléments, puis tabassé. Il n'en fallait pas plus, pour que les autres éléments, exaspérés par les multiples agressions, interviennent. Mais ils seront neutralisés par ces Frci qui veulent ainsi régner en maîtres absolus dans cette localité. Ces éléments des Forces républicaines sont donc très hostiles à la présence d'une autre force, fût-elle légalement installée. D'ailleurs, plusieurs agressions sur les populations avec extorsion de fonds et autres rackets, sont à l'actif de ces hommes de plus en plus contestés par les populations de cette contrée.

Norbert NKAKA
(Correspondant)

LIENS PROMOTIONNELS