Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Rencontre Fpi diplomates occidentaux: Le grand embarras des représentants de l’Union européenne
Publié le mercredi 7 septembre 2011   |  Le Temps




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


“Ils veulent qu’on accompagne Ouattara parce que eux-mêmes l’accompagnent. Mais ils ont aussi compris ce que nous sommes et surtout nos priorités». Le ministre Alphonse Douati rendant compte de la rencontre de la direction du Fpi avec les ambassadeurs de l’Union européenne ne fait pas mieux qu’exprimer la grande gêne de ceux qui se font abusivement appeler les représentants de la «communauté internationale». Une rencontre qui a porté sur la sécurité, les élections locales et la réconciliation nationale. Quelle est la vision du Fpi fondée par Laurent Gbagbo et globalement celle de La majorité présidentielle (Lmp coalition de partis souverainistes) par rapport à ces préoccupations que l’Union européenne ne sache déjà ? Ce fut en effet, une belle partie de comédie. Ce jeu du singe de la gravure (ne rien voir, ne rien entendre, ne rien dire) auquel se livrent les diplomates européens traduit éloquemment l’état d’esprit des relations entre l’ancien régime et le soutien que constitue l’Union européenne pour le nouveau régime. Venus, pour la plupart, des nations civilisées dites de grande démocratie et des libertés publiques, ces diplomates occidentaux savent, au-delà de la politique politicienne et de l’engagement intéressé de leurs mandants respectifs au côté du nouveau régime, quelle est l’épaisseur des différents acteurs politiques ivoiriens. Qui a le poids d’un plomb et qui a le poids d’un duvet. Des deux écoles – l’école Houphouët et l’école Gbagbo – les diplomates qui connaissent la psychologie ivoirienne, savent également lesquels des élèves (Rhdp ou Lmp) répondent aux aspirations du peuple de Côte d’Ivoire.
«Ils veulent qu’on accompagne Ouattara parce que eux-mêmes l’accompagnent » dixit Alphonse Douaty, acteur principal de cette audience. Traduction : ‘’On ne peut rien faire pour vous, nos différents gouvernements ont déjà donné leurs soutiens respectifs à Ouattara dans tout ce que ce dernier fera.’’ Toutefois, ces diplomates comprennent que Laurent Gbagbo et les siens sont dans la vérité. D’où ce lot de consolation à Alphonse Douaty : « Mais ils ont aussi compris ce que nous sommes et surtout nos priorités ». Effectivement, les occidentaux savent qui milite pour la démocratie et les droits de l’Homme en Afrique, mais là n’est pas leurs préoccupations. Leurs préoccupations, c’est comment parvenir à rapatrier les ressources naturelles d’Afrique en Europe pour leurs industries. Entre un président légitime, souverainiste à souhait, élu par un peuple et capable de mettre en péril leurs intérêts et un candidat arrivé au second tour de l’élection présidentielle, parvenu au palais de la présidence dans une fourgonnette sous escorte militaire et par conséquent prêt à tout brader pour être roi, ces diplomates occidentaux savent très bien où se situent l’intérêt de leurs pays respectifs. Nous t’installons et tu nous laisse puiser dans les trésors de ton pays, ainsi se traduirait le « deal ». Seul le Fpi ne le comprend toujours pas. Les pays occidentaux n’ont pas d’amis, ils n’ont que des intérêts. Qu’est-ce que Lmp promet-elle en contrepartie à l’Union européenne, pour espérer changer la donne et bouter hors un régime même pas sur béquilles, même pas biberonné, mais sous couveuse et alimenté par sonde ? Erreur d’analyse ou petite action de diversion de la part du Fpi? Le temps nous le dira. Mais pour l’’instant, tout le monde sait que ce régime Ouattara a du mal à pactiser avec le peuple ivoirien. Tellement ses crimes et autres abus ne se comptent plus. Reste l’alternative du peuple. Celle qui ne faillit pas et qui ne trahit jamais. S’adosser au peuple est un exercice qui a toujours réussi au parti de Laurent Gbagbo. Au lieu d’entretenir avec l’Union européenne une relation ambigüe, à la je t’aime moi non plus, pourquoi donc ne pas se tourner vers le peuple ivoirien et voir comment capitaliser les nombreuses injustices que lui fait subir le régime Ouattara et ses Frci ? La vraie solution se trouve rarement hors du peuple…
Bertina Soro

LIENS PROMOTIONNELS