Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Coulisses
Article


Comment

Dernières dépêches



Coulisses

Miaka Ouréto après deux heures de tête-à-tête avec Ouattara : «Le dialogue républicain est lancé»
Publié le vendredi 30 septembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le Front populaire ivoirien de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo, était attendu, hier, au palais de la présidence. C’est finalement une délégation du Congrès national de la résistance pour la démocratie, avec à sa tête, Laurent Dona Fologo, qui s’est entretenue, avec le président de la République.


Chaudes embrassades, fermes poignées de main, claquements des doigts. La joie pouvait se lire sur le visage des uns et des autres, hier au palais de la présidence au Plateau. Joie de se retrouver après de longs mois de crise post-électorale. Il y avait d’un côté, les hôtes du jour : une délégation du Congrès national pour la résistance et la démocratie, conduite par Laurent Dona Fologo, président du Rassemblement pour la paix, le progrès et le partage (Rpp). De l’autre, une délégation des locataires du palais, avec à sa tête le président de la République Alassane Ouattara. « C’est le dialogue républicain qui vient d’être lancé, nous l’espérons. Le Président de la République a marqué toute sa disponibilité. Nous également. Nous estimons que les jours à venir, les débats seront un peu plus approfondis», a déclaré Sylvain Miaka Ouréto, président par intérim du Front populaire ivoirien (Fpi), après deux heures de discussions assez chaleureuses avec Alassane Ouattar. Pour cette première rencontre entre le président de la République et son opposition, l’ambiance était plutôt bon enfant. En effet, de l’extérieur, on pouvait entendre les éclats de rires. Au nom du Cnrd, le secrétaire général du Fpi par intérim a donné les grands points sur lesquels les discussions ont porté. « Nous avons abordé quatre questions : la sécurité des biens et des personnes ; l’Etat de droit et le fonctionnement des institutions du pays ; la réconciliation nationale et le jeu électoral », a-t-il énuméré. Concernant la question du jeu électoral, il s’est voulu précis : «Nous n’avons pas voulu prendre du temps pour travailler avec le président de la République. Donc, nous lui avons remis ce que nous appelons un dossier. Il nous a dit en substance qu’il y a une volonté de sa part de faire avancer les choses pour que nous retrouvions un minimum de quiétude dans notre pays. Evidemment, ça va prendre certainement du temps, mais sa volonté, c’est que nous devons continuer de discuter. Ça été notre souci, notre souhait». A l’en croire, toutes les démarches entreprises par sa famille politique s’inscrivent dans le cadre de la reconstruction du pays. « Nous irons dans le sens de reconstruire notre pays, mais avec toutes les forces et tous les acteurs », a ajouté Laurent Akoun.
Le ministre de l’Intérieur, Hamed Bakayoko, a pour sa part estimé que cette rencontre était l’émanation de la ferme volonté d’apaiser le climat politique. « Le Cnrd a posé un certain nombre de problèmes qui ont été résumés dans un document qui a été remis au président. Il va procéder à l’étude. Il a demandé que les ministres compétents en charge de ces questions les rencontrent. Très bientôt, on saura s’il y a des résultats », a-t-il indiqué.

Anne-Marie Eba

LIENS PROMOTIONNELS