Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Philippe Légré, candidat aux législatives à Fresco : “Il n’y aura pas de clash entre Lobognon et moi”
Publié le samedi 8 octobre 2011   |  Nord-Sud


Football
© Abidjan.net par PRISCA
Football : Assemblée Générale Mixte de la FIF le samedi 18 juin 2011 à la Bourse de Travail de Treichville.
Photo : Monsieur Phiippe Legre, ministre des sports et loisirs


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dans cet entretien qu’il nous a accordé, le ministre des Sports et Loisirs, Philippe Légré, explique ce qui le motive à se porter candidat aux prochaines législatives.

Votre résidence a été attaquée nuitamment. Pensez-vous que c’est un acte de banditisme ordinaire ou voyez-vous derrière cette attaque, une action politique ?
Pour cette attaque, je n’en pense rien. Il faut tout confier au seigneur parce que c’est la volonté de Dieu qui s’applique à tous les coups. Le plus important, c’est que ma famille a été épargnée et que moi-même je sois en vie. Je rends grâce à Dieu.

Vous êtes un candidat déclaré aux prochaines législatives à Fresco. Peut-on savoir ce qui a motivé cette candidature ? Est-ce un effet de mode ?
Moi, je ne suis pas un homme de la mode. Depuis plus de dix ans, je vis en symbiose avec mes parents. Je suis proche d’eux. Il y a dix ans, au moment où d’autres personnes étaient en ville, chaque jour, moi j’étais auprès de mes parents, en train de partager leur vie, leurs souffrances, d’essayer de les comprendre, d’échanger avec eux. Donc, je suis véritablement auprès d’eux. Je ne suis donc pas un politique de la génération spontanée mais plutôt un homme politique authentique voire enraciné.

Vous êtes décrit par vos parents de Fresco comme un agent de développement. Pourquoi ne choisissez-vous pas de vous présenter aux élections municipales ?
C’est vrai que j’aurais pu briguer un poste de maire ou de président de conseil général. Mais, je suis après tout le numéro deux d’un parti politique (le Mfa), je suis le vice-président du directoire et membre du conseil politique du Rhdp et nous sommes dans une mouvance dynamique. Le Rhdp a porté au pouvoir le président Ouattara. Aujourd’hui, il est important que nous qui sommes les dirigeants des partis politiques qui composent le Rhdp, que nous soyons présents aux législatives pour soutenir le programme de gouvernement du président de la République. Quand on parle de gouvernement, on parle de textes de loi sur lesquels reposent les différentes actions gouvernementales. Nous devons donc pouvoir soutenir le président de la République pour que son pouvoir soit beaucoup plus renforcé afin qu’il ne puisse pas chanceler. C’est un devoir pour nous de le faire en consolidant cette alliance qu’est le Rhdp. Certes, on peut servir ses parents à tous les niveaux mais, on ne doit pas exiger quoi que ce soit avant de les aider. Je n’étais même pas encore ministre que je m’occupais déjà de mes parents. J’ai notamment mis en place une coopérative, la Copada, j’ai acheté et mis à la disposition de mes parents un véhicule de transport de leurs productions. J’ai ouvert plusieurs routes. Et lorsque mes parents ont vu leur patrimoine forestier pris par l’Etat, j’ai tout fait pour que les 16 hectares leur soient restitués. J’ai compris très tôt que quand on est un enfant et qu’on a des parents, il est bon de s’occuper d’eux pour pouvoir bénéficier de leurs bénédictions. Je suis, par exemple, celui qui a favorisé l’arrivée du château d’eau au village. Lorsque nous avons eu la fête de la lumière, en ma qualité de président du comité d’organisation, j’ai invité le président Marcel Zadi Kessy. C’est lors de cette fête que j’ai demandé au président Zadi Kessy de nous envoyer un château d’eau. Et, Dieu merci, nos vœux ont été exaucés.

Selon un de vos parents, c’est parce que vous n’aimez pas gérer l’argent que le poste de maire ne vous a pas intéressé. Vrai ou faux ?
C’est vrai que je ne suis pas effrayé par l’argent mais, en même temps, je ne suis pas attaché à l’argent. J’ai été éduqué dans un environnement dans lequel on ne court pas forcément après l’argent. Mais, j’ai peur de gérer l’argent des autres. Pour la petite confidence, j’ai dû démissionner du poste de président de l’Union des coopératives du Kété dans les années 1985. A l’époque, on livrait le café à l’usine et selon le tonnage qu’on présentait, on pouvait se tirer avec 300 à 400 millions. A un moment donné, l’importance des sommes à gérer a commencé à me faire peur au point que j’ai décidé de rendre ma démission. Je ne voulais pas me compromettre dans une affaire d’argent que je ne pouvais plus gérer. Je suis bon technicien, bon travailleur mais, je m’éloigne de tout ce qui a trait à l’argent. C’est d’ailleurs pour cela que je suis à l’aise au ministère des Sports où je n’ai pas d’argent à gérer. Je mets juste mes méninges à contribution pour obtenir le résultat que l’on attend de moi.

Visiblement, vous êtes un homme prudent. Allez-vous afficher la même prudence à l’égard de M. Lobognon qui est, comme vous, candidat déclaré aux législatives à Freco ?
Nous sommes dans un pays de liberté. Alain Lobognon, c’est mon neveu et je l’aime bien. Il est très intelligent et il a de la bonne technicité.
N’empêche, comment allez-vous gérer vos ambitions qui risquent de s’entrechoquer ?
De toutes les manières, l’avenir nous dira qui sera le candidat retenu. Nous sommes des hommes et nous devons être complémentaires. Pour l’intérêt de notre région, nous devrions pouvoir nous entendre pour mieux avancer. Mais, en tout état de cause, en temps opportun, des solutions seront trouvées pour que nous puissions regarder dans la même direction.

Il n’y aura donc pas de clash ?
Il n’y a pas de raison qu’il y ait un clash. Je ne doute pas de la compréhension de mon jeune frère. Il n’y aura pas de clash.

En le disant, vous espérez qu’il pourra se désister en votre faveur ?
Ce n’est pas ce que je dis. Ce que je dis, c’est qu’il n’y aura pas de clash. Nous nous comprendrons, nous nous entendrons.

Au-delà de votre cas à Fresco, n’y a-t-il pas risque de clash entre les candidats du Rhdp et ceux des FN ? Il y a le cas d’Affoussy Bamba et de bien d’autres cadres des FN dont la candidature ne serait pas la bienvenue dans certaines circonscriptions…
Je ne maîtrise pas tous les paramètres de ces candidatures mais, je pense que tout Ivoirien est libre de se présenter où il veut. L’Ivoirien est chez lui, partout en Côte d’Ivoire. Je ne vois donc pas pourquoi on lui interdirait de se présenter là où il veut.

Le chef de l’Etat ne serait pas disposé à reconduire au gouvernement, tous ceux qui comptent s’aligner pour les législatives. Cela ne vous contraint-il pas à renoncer à vous présenter ?
Je ne suis pas au courant de cela.

Supposé que cela soit vrai, n’êtes-vous pas effrayé?
Non ! Le président de la République nous a confié des missions. Nous devons les assumer. Nous devons pouvoir répondre à la question de savoir ‘’Mmes et MM. les ministres, qu’avez-vous fait de la mission à vous confiée ?’’. Il va de soi que le président de la République prendra les mesures qui conviennent face au ministre qui ne sera pas en mesure de répondre correctement à la question. En attendant le moment de nous poser cette question, nous autres continuons de travailler. Le reste concerne des détails dont je ne m’occupe pas parce que le chef de l’Etat et le Premier ministre sont les seuls décideurs. Ils apprécieront.

Le parti dont vous êtes le n° 2, c’est le Mfa. Comment se porte-t-il, aujourd’hui ?
Le Mfa est là et il se porte bien. Toutes ses composantes sont au travail.

A la faveur de votre entrée au gouvernement, certaines indiscrétions ont rapporté qu’il y aurait un froid entre vous et Anaky Kobena, le président du parti parce qu’il n’aurait pas misé sur vous. Qu’en est-il réellement ?
Je ne voulais pas revenir sur cette question. Mais ce que je peux vous dire, c’est que son avis n’a pas trop compté dans mon entrée au gouvernement. Ceux qui nomment les membres du gouvernement, ce sont le président de la République et le Premier ministre.

Le courant passe-t-il correctement entre vous ?
Oui ! Le courant passe entre nous. Il n’y a aucune ambiguïté entre le président Anaky et moi. Même si c’est le président Anaky qui avait proposé mon nom pour entrer au gouvernement, c’est le Premier ministre et le président de la République qui auraient décidé en dernier ressort. Ceci dit, j’ai toujours dit que je remercie infiniment le président Anaky de m’avoir formé. J’adresse les mêmes remerciements aux présidents Ouattara, Bédié et au Premier ministre Soro parce que ce sont les trois qui ont contribué à ma nomination.

Combien de candidats le Mfa compte-t-il aligner pour les législatives ?
Le Mfa devrait pouvoir présenter plus de 70 candidats parce que nous devons pouvoir avoir un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale. Ceci dit, nous sommes dans le cadre du Rhdp et c’est dans ce cadre que nous devons donner la majorité au président Ouattara qui en a besoin pour conduire à bon port son programme de gouvernement. C’est pour cela que je me plais à me présenter comme le candidat Rhdp à Fresco.

Seriez-vous en mesure de soutenir quelques candidats du Mfa lors des législatives ?
On n’est pas ministre pour être riche ! Je n’ai pas plus de cinq millions dans mon compte. En clair, je pense que chacun ira aux élections en fonction de ses moyens. Nous avons des relations que nous pourrons faire intervenir.

Avez-vous une dernière chose à ajouter ?
Je voudrais demander à tous les Ivoiriens d’être sereins parce que nous sommes au travail. En ce qui me concerne, je suis prêt à répondre quand le Premier ministre et le chef de l’Etat me demanderont :’’Philippe Légré, qu’as-tu fait pour le pays depuis que tu as été nommé ministre ?’’.

Interview réalisée par Marc Dossa

LIENS PROMOTIONNELS