Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d`Ivoire: législatives pour conforter l`"Etat de droit" (Soro)
Publié le lundi 10 octobre 2011   |  AFP


Réhabilitation
© Abidjan.net par PRISCA
Réhabilitation des établissements universitaires: sur le site de l`Université de Cocody - 6/10/2011
jeudi 06 octobre 2011. Cocody. Le Premier Ministre, Monsieur Soro Guillaume visite les locaux de l’Université de Cocody en plein chantier.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


ABIDJAN - L'organisation des législatives en Côte
d'Ivoire "à la date prévue" du 11 décembre est une "priorité" et doit
permettre de conforter l'"Etat de droit" après une grave crise
post-électorale, a déclaré lundi le Premier ministre Guillaume Soro.
"L'une des priorités du gouvernement reste l'organisation des élections
législatives à la date prévue, pour donner à notre pays un Parlement qui
conforte la mise en place d'un Etat de droit", a-t-il affirmé à l'ouverture
d'un séminaire-bilan sur les "100 jours" du gouvernement.
Les autorités ne ménagent "aucun effort" pour ce scrutin, en particulier
pour "la mobilisation des ressources financières nécessaires", a-t-il insisté.
Le président Alassane Ouattara a salué de son côté des "avancées
considérables" accomplies par son équipe, notamment dans "l'assainissement"
des finances publiques qui a "permis de regagner la confiance des bailleurs de
fonds".
Les législatives doivent être une étape dans la normalisation du pays, qui
sort d'une crise post-électorale (décembre 2010-avril 2011) ayant fait quelque
3.000 morts.
Selon des observateurs, un report du scrutin n'est toutefois pas exlu en
raison de retards pris dans l'organisation. Le parti du président déchu
Laurent Gbagbo, détenu dans le Nord, laisse quant à lui planer la menace d'un
boycott, invoquant l'insécurité persistante.
En dehors du redressement économique, la restauration de la sécurité et la
réforme de l'armée restent les principaux défis du pouvoir. Des dérapages
continuent dans l'armée, et des milliers d'éléments ayant combattu durant la
crise doivent être démobilisés et réinsérés.
Les "100 jours" choisis par le gouvernement pour faire son bilan sont
essentiellement symboliques, l'équipe Ouattara ayant été formée il y a plus de
quatre mois, le 1er juin.

LIENS PROMOTIONNELS