Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Les entreprises ivoiriennes appellent à lutter contre la corruption
Publié le vendredi 14 octobre 2011   |  AFP


Visite
© Présidence par Aristide
Visite de travail au Nigeria: le Président Alassane Ouattara à Abuja
Dimanche 31 juillet et lundi 1er Aout 2011. Abuja (Nigeria). Le président de la République a tenu a remercier son homologue, Goodluck Jonathan pour son implication dans la résolution de la crise post-électorale ivoirienne. Photo: le president de la Chambre de commerce et d`industrie, Jean-Louis Billon


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Abidjan, 14 oct 2011 (AFP) - Les entreprises ivoiriennes, affectées par une décennie de troubles jusqu`à la récente crise post-électorale, ont demandé vendredi au nouveau pouvoir de leur assurer un "environnement favorable" en améliorant le système judiciaire et en luttant contre la corruption.

Durant cette décennie de crise politico-militaire, 50% des entreprises ivoiriennes ont disparu pour atteindre le chiffre de "14.000" actuellement, a affirmé Jean-Louis Billon, président de la Chambre de commerce et d`industrie de Côte d`Ivoire (CCI-CI).

A l`occasion du Marché des assurances, banques et établissements financiers (Mabef) à Abidjan, il a réclamé l`indemnisation de 1.075 entreprises sinistrées au cours de la crise post-électorale de décembre 2010-avril 2011, ayant selon subi des pertes d`une valeur de "260 milliards FCFA" (environ 400 millions d`euros).

La décennie de troubles a mis à nu "une justice défaillante, un niveau de corruption élevé", a-t-il souligné.
"Pour que les entreprises ivoiriennes fleurissent et soient compétitives de nouveau, il nous faut un environnement favorable", a plaidé M. Billon.
"Nous demandons un Etat de droit de plein exercice, une sécurité judiciaire et juridique, des infrastructures de qualité, un système d`éducation qui permet d`avoir des ressources humaines plus compétitives" et "un code d`investissements "plus moderne et attractif", a-t-il dit.
"Nous avons un travail extraordinaire pour ramener les investisseurs et rattraper notre retard", a insisté M. Billon, à qui les observateurs prêtent des ambitions présidentielles pour les années à venir.
La crise post-électorale a fait au moins 3.000 morts et durement éprouvé la première économie d`Afrique de l`Ouest francophone, notamment en raison des pillages massifs commis lors des combats d`avril à Abidjan.

ck/tmo/ej

LIENS PROMOTIONNELS