Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Le procureur de la CPI à Abidjan pour son enquête sur la crise ivoirienne
Publié le samedi 15 octobre 2011   |  AFP


Justice
© Reuters
Justice internationale : Luis Moreno-Ocampo, procureur de la Cour pénale internationale (CPI)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Abidjan - Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, est arrivé vendredi soir à Abidjan, promettant d`être "impartial" dans son enquête sur les crimes commis durant la récente crise post-électorale, a constaté une journaliste de l`AFP.

"Nous avons remercié le gouvernement pour cette invitation" à une visite dans le pays, a-t-il déclaré devant la presse, après avoir été reçu par le Premier ministre Guillaume Soro peu après son arrivée en fin de journée.

M. Moreno-Ocampo a indiqué qu`il rencontrerait "les victimes" et les différentes parties, opposition et gouvernement.

"Nous souhaitons aider la Côte d`Ivoire à aller de l`avant" et "nous serons impartiaux", a promis le procureur, accompagné des ministres de la Justice Jeannot Kouadio Ahoussou et des Affaires étrangères Daniel Kablan Duncan.

Les enquêteurs de la CPI tenteront d`identifier les personnes "les plus responsables des crimes commis" et "se concentreront sur un petit nombre d`individus", le sort des autres éventuels responsables dépendant de la justice ivoirienne, a-t-il expliqué, ajoutant qu`il mènerait son enquête "le plus rapidement possible".

M. Moreno-Ocampo doit s`entretenir samedi avec le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), Charles Konan Banny, des partisans du président déchu Laurent Gbagbo puis le chef de l`Etat Alassane Ouattara, avant de quitter le pays.

Les juges de la CPI ont autorisé le 3 octobre le procureur à enquêter sur des crimes contre l`humanité et des crimes de guerre commis à la suite de la présidentielle du 28 novembre 2010 et dont sont accusés les camps Gbagbo et Ouattara.

Plus de 3.000 personnes ont été tuées lors des violences qui avaient suivi le refus de M. Gbagbo, désormais en détention dans le nord du pays, de céder le pouvoir après le scrutin.

LIENS PROMOTIONNELS