Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

La CPI devrait enquêter sur 3 à 6 personnes (procureur)
Publié le samedi 15 octobre 2011   |  AFP


Crimes
© Getty Images
Crimes commis pendant la période post-électorale : Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo à Abidjan
Le nouveau Représentant spécial adjoint du Secrétaire général des Nations Unies pour la Côte d`Ivoire, Antoine Arnauld Akodjenou et Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo lors d`une conference de presse


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


La Cour pénale internationale (CPI) devrait mener des enquêtes sur "trois à six personnes" soupçonnées d`être responsables de crimes durant la crise post-électorale en Côte d`Ivoire, a annoncé samedi à Abidjan le procureur Luis Moreno-Ocampo.

"Trois à six personnes feront l`objet d`enquêtes", a-t-il déclaré lors d`une conférence de presse au terme d`une visite de 24 heures dans le pays.

Il s`agit d`une "estimation", a-t-il précisé, ajoutant: "nous ne savons pas de qui il s`agit", la recherche de preuves étant en cours.

"Nous serons totalement impartiaux", a-t-il martelé. "Nous nous concentrerons sur les crimes les plus odieux et les personnes qui ont les plus grandes responsabilités", a-t-il expliqué, les autres crimes devant être traités par la justice ivoirienne.

Le procureur a enfin confirmé qu`il tenterait de réunir des informations supplémentaires pour voir si les juges de la CPI l`autorisent à faire remonter son enquête jusqu`à 2002 et au coup d`Etat manqué qui a plongé le pays dans la crise.

Après le ministre de la Justice Jeannot Ahoussou Kouadio et le président de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (CDVR), l`ex-Premier ministre Charles Konan Banny, M. Moreno-Ocampo s`est entretenu dans l`après-midi avec le président Alassane Ouattara.

Il a aussi rencontré une délégation du Front populaire ivoirien (FPI), parti de Laurent Gbagbo, président déchu détenu dans le Nord depuis avril.

"Nous sommes amenés à avoir plus confiance en cette justice qu`en notre justice", a déclaré devant la presse le président du FPI, Sylvain Miaka Oureto.

"Pour que la paix revienne de façon définitive en Côte d`Ivoire, il faut que (...) la vérité soit dite et qu`il n`y ait pas une justice des vainqueurs contre les vaincus", a-t-il dit, souhaitant que la CPI remonte à 2002, voire au coup d`Etat de 1999.

Les juges de la CPI ont autorisé le 3 octobre le procureur à enquêter sur des crimes contre l`humanité et des crimes de guerre commis à la suite de la présidentielle du 28 novembre 2010 et dont sont accusés les camps Gbagbo et Ouattara.

Quelque 3.000 personnes ont été tuées lors des violences qui avaient suivi le refus de M. Gbagbo de céder le pouvoir après le scrutin.



Articles associés

AFP
Le procureur de la CPI promet en Côte d`Ivoire une enquête “impartiale“
 

LIENS PROMOTIONNELS