Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Luis Ocampo Procureur de la Cpi : «Je réunis les preuves pour commencer mes enquêtes à partir de septembre 2002»
Publié le lundi 17 octobre 2011   |  Le Temps


Crimes
© Getty Images par DR
Crimes commis pendant la période post-électorale : Le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno Ocampo à Abidjan
La Cour pénale internationale Procureur en chef, Luis Moreno-Ocampo parle aux journalistes après une rencontre avec le Premier ministre ivoirien Guillaume Soro à la résidence du Premier ministre à Abidjan le 14 Octobre, 2011.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le Procureur de la Cour pénale internationale (Cpi), Luis Ocampo n’est pas retourné à la Haye avec le Président Laurent Gbagbo et certains de ses proches, comme l’a écrit une certaine presse. En mission de 24 heures aux pas de course sur les bords de la lagune Ebrié, le Procureur de la Cpi dit s’être rendu dans la capitale ivoirienne pour rassembler les preuves suffisantes pour étendre ses enquêtes avant les évènements postélectoraux qui ont eu lieu après l’élection présidentielle de novembre 2010. C’est-à-dire depuis septembre 2002.

«Nous avons demandé une enquête postérieure à novembre 2010. Les juges nous ont demandé davantage d’informations. Nous sommes venus réunir ces preuves pour pousser les enquêtes avant les évènements de novembre 2010 comme l’ont exigé les juges», a fait savoir celui-ci lors de la conférence de presse qu’il a animée après plusieurs rencontres qu’il a eues avec les nouvelles autorités du pays et plusieurs autres organisations de la société civile ivoirienne. Selon lui, cette enquête a déjà commencé depuis le 3 octobre dernier, après autorisation des juges. Celle-ci tourne autour des supposés crimes de sang, contre l’humanité ou de guerre qui auraient eu lieu sur le sol ivoirien. Sans même que ces enquêtes livrent ses résultats, le Procureur de la Cour pénale internationale a sa petite idée. «Nous envisageons diligenter une enquête à l’encontre de 3 à 6 personnes». Qui sont ces personnes ? De quel camp sont-elles ? Ces questions sont restées sans réponse de la part du Procureur de la Cour pénale internationale (Cpi) Luis Ocampo. Je ne suis pas, dit-il, en mesure de vous donner ces noms. Sachez tout simplement que nous sommes en train de collecter les informations. Pour lui, les noms de ces personnes seront connus après décision des juges. Ce, après qu’ils aient vu toutes les preuves que le parquet leur présentera. Cependant, il a rassuré les uns et les autres sur l’impartialité de cette cour. «Rassurez-vous que nous allons nous évertuer à rendre la justice en Côte d’Ivoire, pour que ce pays aille de l’avant. Nous serons impartiaux. Nous fonctionnons à partir des preuves et avec le droit», a ajouté le Procureur de la Cpi, a-t-il ajouté. Tout en faisant savoir que la date de cette phase dépend du temps que prendra la collecte de ces informations.

Joseph Atoumgbré

LIENS PROMOTIONNELS