Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Le gal Soumaïla Bakayoko aux militaires : “Rien ne sera plus comme avant”
Publié le jeudi 20 octobre 2011   |  Nord-Sud


Double
© Getty Images
Double cérémonie de passation de Commandement à l`État-major des Armées: le général Soumaïla Bakayoko (FRCI) et le colonel-major Gervais Kouakou Kouassi (gendarmerie) installés
Mardi 12 juillet 2011. Abidjan. Etat-major des armées au Plateau. Photo: Les généraux Michel Gueu et Soumaïla Bakayoko, en compagnie des CEMA de la CEDEAO


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Vous doutez toujours que réconciliation et franchise font bon ménage ? Vous changerez d’avis après l’adresse, hier, du général de brigade, Soumaïla Bakayoko, chef d’état-major général (Cemag) des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci), aux militaires. Le Cemag a demandé aux soldats qui croient qu’un retour de l’ancien régime est possible, de changer de mentalité. Il a soutenu que « les choses ont changé » et que « rien ne sera comme avant ». Le soldat, a-t-il indiqué, doit se mettre à la disposition des autorités en place. Le Cemag était au 1er bataillon d’Akouédo à l’occasion d’une opération de dépollution. Objectif, s’informer sur le fonctionnement de cette opération et sur les sites concernés. Il en a profité pour lancer un appel au renforcement de la cohésion au sein de l’armée tout en rassurant ceux qui ont encore peur. La crise, a-t-il insisté, est du domaine du passé. A en croire l’officier supérieur, dans les deux camps, les hommes en armes ont donné leurs poitrines. Il s’agit, aujourd’hui, a-t-il instruit, de servir ensemble le drapeau national. Le général Bakayoko a invité les militaires à aller chercher leurs frères d’arme qui hésitent à revenir. Il a assuré que personne ne sera poursuivi pour ses positions politiques. Cependant, a-t-il nuancé, les coupables de crimes devront rendre compte devant la loi.
Avant l’intervention du général Soumaïla Bakayoko, il a été procédé à la destruction de deux munitions de BM 21. Cette redoutable arme de guerre, a été achetée comme de nombreuses autres, à coups de milliards par l’ancien régime au pouvoir. Encore appelé orgue de Staline, la BM 21 est capable de dévaster jusqu’à quatre hectares en une frappe. C’est une arme prohibée même dans un conflit armé international.

Bamba K. Inza

LIENS PROMOTIONNELS