Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Rapport sur la discrimination à l`égard des femmes - Dr Coffie Raymonde défend avec succès le dossier ivoirien à Génève.
Publié le samedi 22 octobre 2011   |  Ministères


Discrimation
© Ministères par DR
Discrimation à l`égard des femmes : Dr Coffie Raymonde présente le rapport de la Côte d`ivoire à Génève.
Dr Coffie Goudou Raymonde, Ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant a présenté avec succès le rapport de la Côte d`ivoire devant la commission de la CEDEF (convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes), au palais des Nations à Genève le 14 octobre 2011.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


La Ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant de Côte d'ivoire était le 14 octobre 2011 devant la commission de la CEDEF (Convention pour l’élimination de toutes les formes de discrimination à l’égard des femmes), au palais des Nations à Genève . La Côte d'ivoire qui se présentait pour la première fois à cette tribune a été honorée grâce au brillant dossier défendu par Dr Coffie Raymonde.
La Ministre de la Famille de la Femme et de l’Enfant a présenté le rapport initial, les 2ème et 3ème rapports périodiques combinés de la Côte d’Ivoire sur la mise en œuvre de la Convention sur l’Élimination de toutes les Formes de Discrimination à l’Égards des Femmes.

Le Dr COFFIE GOUDOU Raymonde, a fait la synthèse des progrès accomplis, évoqué les difficultés liées à l’amélioration de la condition de la femme, et identifié les défis à relever pour accélérer la promotion de la femme en Côte d’Ivoire.
Les points mis en évidence ont porté sur les mesures prises et les actions réalisées en vue de renforcer les mécanismes institutionnels de promotion et de protection de la femme, et accélérer l’instauration de l’égalité entre les hommes et les femmes en luttant contre les discriminations stigmatisées par la Convention.

Mme la ministre a actualisé le diagnostic de la situation de la femme ivoirienne en tenant compte des nombreuses situations d’urgence et d’assistance humanitaire inhérentes à la crise post électorale.
Pour ce qui est des difficultés et des résistances liées à l’amélioration de la condition de la femme, Mme la Ministre a parlé des crises successives qui ont créé un environnement défavorable, avec leur corollaire de violences et de dégradation des infrastructures de base, l’insuffisance des ressources financières, la pauvreté généralisée, l’analphabétisme ainsi que la persistance des pesanteurs socioculturelles. Les défis relevés font l’objet des recommandations finales.

Au cours des échanges qui ont suivi, pendant près de cinq heures de temps de 10H du matin à 18 h du soir, Mme la ministre a répondu sans faux fuyant aux préoccupations des membres du comité qui ont passé au peigne fin les 16 articles de la convention. Les questions ont essentiellement porté sur :
•les mesures prises pour relever rapidement le taux de représentativité des femmes dans les sphères de prise de décision, éliminer les lois discriminatoires dont la disposition bizarre du code de la nationalité défavorable à la femme étrangère qui épouse un ivoirien ;
• Les mesures incitatives à l’égalité d’accès à l’éducation /formation, à l’emploi, au respect des droits humains des femmes rurales, leur participation au développement et leur prise en compte dans les instances décisionnelles locales, etc.
•les mesures prises pour lutter efficacement contre les violences à l’encontre des femmes et mettre fin à l’impunité face aux violences et notamment les viols, sécuriser les victimes voulant témoigner ;
•Les mesures prises pour lutter contre la pauvreté, favoriser l’accès des femmes à la terre et à la justice, assurer une santé adéquate à la femme, amener les époux à accompagner les femmes dans le planning familial. A ce propos, les membres du Comité CEDEF ont voulu en savoir davantage sur les politiques concernant la santé de la reproduction et le VIH /SIDA.
Il a été aussi question de la loi d’amnistie décriée de 2007, du traité de Rome, de l’avortement, de l’uniformisation de l’enseignement dans les écoles confessionnelles et publiques, de l’application de la loi réprimant les mutilations génitales féminines, de la cohabitation du droit coutumier et du droit moderne , des problèmes de la polygamie, de la dot, du mariage forcé, des mutilations génitales féminines, etc..
Le Dr COFFIE GOUDOU Raymonde, Ministre de la Famille, de la Femme et de l’Enfant, qui a suivi avec attention les séminaires gouvernementaux, a répondu avec aisance et sérénité aux préoccupations soulevées sur l’éducation formation, l’emploi, le monde rural agricole, la justice, la sécurité et la santé…
Mme la Ministre, en se prêtant aux questions avec aisance, a fait gagner à la Côte d’Ivoire la sympathie de tous les membres du Comité sur la CEDEF. Elle leur a répondu objectivement avec assurance et courtoisie en mettant en avant le fait que la CI émergeait d’une situation difficile, s’inscrivait dans un processus de réconciliation nationale et résolvait progressivement les problèmes créés par la crise. Elle a présenté la situation post crise et le nouveau gouvernement comme de véritables opportunités pour l’avancée des femmes.
C’est le lieu de remercier et de féliciter le Président de la République et le Premier Ministre qui ont eu la clairvoyance d’instituer les séminaires gouvernementaux qui permettent aux membres du Gouvernement d’être au même niveau d’information concernant les axes des matrices des différents ministères
Mme la Ministre remercie particulièrement le Chef de l’État d’avoir ratifié en moins d’un mois, le protocole additionnel à la Charte Africaine des droits de l’Homme et des Peuples relatif aux droits des femmes africaines et le Protocole facultatif de la CEDEF.
En marge de la présentation du rapport de la Côte D’Ivoire sur la CEDEF, Dr COFFIE Goudou Raymonde a eu d’autres rencontres bilatérales. Ce sont entre autre des rencontres avec le Directeur du bureau de l’UNICEF à Genève, la Secrétaire Exécutif du BICE et une organisation canadienne et américaine qui lutte contre l’avortement.

LIENS PROMOTIONNELS