Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Traoré Wodjo (COSOPCI) interpelle Ouattara: "Nous ne voulons pas d`un parlement monocolore" / Au FPI: "Pas de condition insurmontable"
Publié le lundi 24 octobre 2011   |  L'Inter


Société
© Ivoire-Presse par FN
Société civile: La Cosopci et la Raddho en campagne pour la démocratie au Sénégal
Vendredi 29 juillet 2011. Abidjan. Conférence de presse co-animée par la Coalition de la société civile pour la Paix et développement démocratique en Côte d’Ivoire (Cosopci) et la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le président de la Coalition de la société civile pour la paix et le développement (COSOPCI), Traoré Wodjo Fini, a fait le bilan du combat mené par sa structure pendant la crise post-électorale. C`était au cours d`une conférence de presse le samedi 22 octobre dernier au siège de la COSOPCI à Cocody Les-II-Plateaux. Pendant son intervention, il a interpellé le président Alassane Ouattara sur la nécessité pour lui de faire participer l`ex-parti au pouvoir, le Front populaire ivoirien (FPI), aux élections législatives à venir. « Ouattara doit tout faire pour que l`opposition (ndlr; FPI) participe à ces élections. Nous ne voulons pas d`un parlement monocolore. Nous demandons au chef de l`Etat de poursuivre le dialogue avec l`opposition », a déclaré M Traoré, qui avait à ses côtés plusieurs représentants des organisations de la société civile dont le Forum des organisations de la société civile de l`Afrique de l`Ouest section Côte d`Ivoire (FOSCAO-CI), et le secrétaire général du Club Union africaine de Côte d`Ivoire (Club UA-CI). S`il souhaite un parlement multipartite, le président de la COSOPCI invite en revanche le FPI à poser des conditions raisonnables. En clair, a-t-il tenté d`expliquer, l`ex-parti au pouvoir doit faire preuve de bonne foi en ne posant pas de condition insurmontable. « L`opposition ne doit pas poser de conditions insurmontables. En son sein, bien de personnes veulent présenter leur candidature. Qu`on ne les pénalise pas! », a-t-il lancé à l`endroit des leaders du FPI. « Il faut que l`opposition participe à ces élections, pour la sécurité de la Côte d`Ivoire. On veut sentir une opposition de bonne volonté. Si l`opposition ne participe pas aux législatives, ce serait malheureux pour la Côte d`Ivoire », a-t-il prévenu. Pour le reste, le président de la COSOPCI a condamné les agissements des Forces républicaines de Côte d`Ivoire (FRCI), avant d`inviter les autorités ivoiriennes à y mettre fin. Revenant sur le bilan de la COSOPCI, Traoré Wodjo Fini s`est dit satisfait par le travail abattu pendant le scrutin présidentiel d`octobre et de novembre 2010. Travail qui se décline en cinq points dont « la sensibilisation des populations sur l`éducation civique en période électorale, l`observation de la présidentielle d`octobre 2010, la campagne de plaidoyer menée à l`extérieur de la Côte d`Ivoire durant la crise post-électorale, le pré-colloque sur la réconciliation nationale et la visite de travail du coordonnateur de la COSOPCI aux USA ».

Y.DOUMBIA

LIENS PROMOTIONNELS