Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article


Comment

Dernières dépêches



Société

Amoikon Banga (président délégué) à 24 heures du gala : «Il n’y a plus de place. "Servir" jouera demain à guichet fermé»
Publié le jeudi 27 octobre 2011   |  Le Nouveau Réveil


Social
© Le Nouveau Réveil par DR
Social - L’ONG "Servir" organise un gala de bienfaisance 1er octobre prochain
Mercredi 8 septembre 2010. Abidjan. Siège de l’ONG "Servir" à Cocody les II PLateaux. Photo: le président délégué, Amoikon Banga anime une conférence de presse


Vos outils
height=28

PARTAGEZ




Le gala de" Servir", c’est demain vendredi 28 octobre à l’espace Cristal à Marcory. A 24 heures de cet événement, M. Amoikon Banga promet, dans cet entretien, que la fête sera belle.

Monsieur le président délégué de l’Ong "Servir", nous sommes à 24 heures du gala tant attendu. Etes-vous prêts ?
Je réitère mes remerciements à Monsieur le Directeur Général du groupe de presse "Le Réveil" qui nous a toujours soutenus dans notre action. C’est l’homme qui a le plus compris le sens de notre combat pour le bien-être de l’humanité. Pour revenir à la question que vous posez, on n’est jamais prêt parce que la perfection n’est pas de ce monde. Mais toujours est-il qu’avec la volonté et les instructions de Mme Henriette Bédié, présidente fondatrice de l’Ong "Servir", nous faisons le meilleur de nous-mêmes pour réserver un accueil assez confortable à tous nos invités. Toutes les équipes se déploieront pour leur faciliter l’accès à sens unique sur le théâtre de la cérémonie. Je peux donc dire : que la fête commence.

A ce jour, est-ce qu’il y a encore des tables à prendre ?
Non ! Il n’y a plus de place en ce moment. Nous jouons à guichet fermé le 28 octobre, jour du gala. Il n’y a plus de place.

Et ceux qui voudront, malgré tout, assister à cette cérémonie, quelle chance leur donnez-vous ?
Les retardataires pourront être reversés au concert. Parce que le concert vaudra le gala. Ce sont deux (02) évènements conjoints que Mme Bédié a initiés cette année pour satisfaire le maximum de ses invités. Les années précédentes, elle avait remarqué que les retardataires n’ont jamais eu accès à l’espace Cristal pour bénéficier de la beauté du gala. Cette année, elle a fait l’effort de demander à son équipe d’organisation, de ponctuer le gala d’un concert de la solidarité grand public au niveau de la salle Anoumabo du palais de la culture. Les tickets sont en vente et se prennent comme de petits pains. Les invités vont communier avec de grands artistes dont Meiway. Le concert aura lieu le 30 octobre 2011 à partir de 16 heures.

Au niveau de la sécurité, quelles sont les dispositions qui ont été prises ?
Pour les questions de défense, vous savez qu’il n’y a pas de sécurité zéro. Mais notre souhait est d’aller au-delà de la sécurité zéro. Pour tout vous dire, nous avons circularisé toutes les grandes unités qui garantissent la sécurité de l’Etat et des populations pour faire un quadrillage total sécuritaire pour que tous nos invités ne soient pas écorchés physiquement. Je peux donc garantir que la sécurité sera de mise. L’appel que je lance, c’est de venir massivement honorer leurs cartes d’invitation. Il faut que les invités soient ponctuels et respectueux des consignes pour que tout aille pour le mieux.
Entretien réalisé par Djè KM



Organisation du Hadj 2011 : Des candidats au pèlerinage en colère

Des candidats au Hadj 2011 ne sont pas contents. Alors, pas du tout contents, du retard enregistré dans les vols et la non programmation de certains parmi eux. Ils ont érigé des barricades hier, sur la voie qui passe devant la Direction générale des cultes dès 8 heures, pour exprimer leur mécontentement.
"Sur neuf vols programmés, il n’y a eu que deux jusque-là. Alors qu’en principe jusqu’à ce jour 26 octobre, il devrait avoir six départs. Nous ne comprenons pas ce qui se passe. Et, on nous dit que les vols prennent fin le samedi 28 octobre", explique Bakayoko Cheick Ibrahim Khalil. Pèlerins et parents de pèlerins ont donc assiégé la Direction générale des cultes. Et comme si cela ne suffisait pas, ils ont érigé des barricades sur la voie principale qui passe devant le Lycée Technique (sous le pont). Des éléments de la Police et des Forces républicaines ont pris, quant à eux, position autour des manifestants. Au dire des manifestants, il n’y a que deux vols qui ont pu être effectifs jusque-là. Pour dame Coulibaly Madjara épouse Konaté, "c’est du sabotage". Parmi les manifestants, d’autres se plaignent de ne pas voir leur nom sur les listes dressées pour le voyage, alors qu’ils ont payé tous les frais afférant au Hadj. D’autres encore dénoncent la distribution des kits contre de l’argent. Bakayoko Cheick Ibrahim explique que "sur 120 kits disponibles le mardi dernier, seulement 10 ont été distribués aux pèlerins. Et les 110 ont été distribués contre de l’argent". Du côté de la Direction générale des cultes, toutes nos tentatives de rencontrer les responsables sont restées vaines. En effet, des agents se sont enfermés dans leur bureau sous la pression des manifestants.

Jules Claver Aka

LIENS PROMOTIONNELS