Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Rumeurs sur le transfèrement du président Gbagbo à la Cpi, Les Femmes du Fpi sonnent la révolte
Publié le lundi 31 octobre 2011   |  Notre Voie


Audience
© Abidjan.net par EMMA
Audience du président de la république : Le président Alassane Ouattara reçoit une délégation du Front Populaire Ivoirien (FPI) et du (CNRD).
jeudi 29 septembre 2011.Abidjan.Palais présidentiel. Le président Alassane Ouattara a reçu une délégation du Front Populaire Ivoirien (FPI) et du Congrès national pour la Résistance et la Démocratie (Cnrd) .Photo : Marie-Odette Lorougnon


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


« Il n’y a jamais de fumée sans feu ». Cet adage est pris au sérieux au Front populaire ivoirien (Fpi) et dans les milieux proches du Président Laurent Gbagbo. Face à la campagne sournoise ouverte pour préparer l’opinion au futur transfèrement de Gbagbo à la Cpi, les Femmes du parti qu’il a fondé sont sur le pied de guerre. Dans la déclaration qui suit, l’OFFpi sonne la mobilisation et signifie son opposition à cette rumeur qui, si elle devient réalité, compromettra la réconciliation que rechercherait Alassane Dramane Ouattara. Voici « l’appel de l’OFFpi à la mobilisation et à la vigilance des femmes de Côte d’Ivoire contre le transfèrement du Président Gbagbo à la Cpi ».
Le contexte

L’attaque armée du 19 Septembre 2002 a plongé la Côte d’Ivoire dans une crise sans précédent. L’élection présidentielle sensée y mettre fin s’est malheureusement achevée par une guerre qui a aggravé cette crise : plusieurs milliers de morts, des centaines de milliers de déplacés, exilés, réfugiés et sans abris, un tissu économique et social totalement délabré. C’est la raison pour laquelle l’Organisation des Femmes du Front populaire ivoirien (OFFPI) a accueilli avec bonheur l’instauration par le Président Alassane Ouattara d’une Commission “Dialogue, Vérité et Réconciliation”. Les femmes du FPI y avaient cru. Elles avaient décidé d’adhérer pleinement à la mission assignée à cette Commission, à savoir la réconciliation, la cohésion nationale et une vie tranquille pour tous les Ivoiriens sans exclusion dans notre pays, afin d’amorcer ensemble et pour de bon, la reconstruction de la nation. Hélas ! Alors que vient d’être installée officiellement la Commission nationale de réconciliation, et que les Ivoiriens sont en droit d’attendre des signes concrets qui augurent d’une réconciliation véritable, le gouvernement choisit de brandir le transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cour pénale internationale (Cpi) comme la solution pour aboutir à la réconciliation et à la paix tant recherchées.

Nos constats

Les Femmes du Front populaire ivoirien constatent au fil du temps, et cela en contradiction avec les déclarations du Chef de l’Etat, que les nouvelles autorités s’écartent du chemin de la réconciliation. En effet, l’idée de transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi vient rallonger la liste des actes contreproductifs du gouvernement par rapport à cette réconciliation. On peut citer entre autres forfaitures : l’emprisonnement des seuls partisans du Président Laurent Gbagbo, le gel de leurs avoirs, leur remplacement systématique dans l’administration par les cadres du Rhdp, la persistance de l’occupation de leurs domiciles privés par les forces pro-Ouattara et la confiscation par la violence de leurs biens par les Frci, le déficit d’actions pertinentes pour favoriser le retour des exilés, l’exclusion totale du
Fpi / Cnrd des médias d’Etat, les tentatives répétées de musellement de la presse de l’opposition, et plus grave, les multiples violations de la Constitution par le Chef de l’Etat lui-même.
Les femmes du Front populaire ivoirien ont le sentiment que le gouvernement met tout en œuvre pour éloigner le Président Laurent Gbagbo, et ainsi, l’écarter de la vie politique en Côte d’Ivoire. C’est cette politique d’ostracisme qui est en marche contre son parti, le Fpi, dont les activités républicaines, rassemblements publics et meetings sont réprimés, et même les réunions interdites. Les Femmes du Front populaire ivoirien constatent avec amertume, à travers plusieurs faits, que le gouvernement tente d’effacer toutes les traces de la gouvernance Laurent Gbagbo, alors que l’Etat est une continuité.

Notre position

Les Femmes du Front populaire ivoirien estiment qu’aujourd’hui, le cheval de bataille du chef de l’Etat devrait être de rassembler tous les Ivoiriens autour de la mère patrie, et non le transfèrement de Laurent Gbagbo à la Cpi, comme cela semble être le cas actuellement. Au demeurant, les Femmes du Front populaire ivoirien sont persuadées qu’aucune solution à nos problèmes ne se trouve à la Cpi. De même que l’usage de la force n’a pu mettre fin à la crise, mais l’a plutôt exacerbée, de même, le transfèrement de citoyens ivoiriens à la Cpi ne règlera aucun problème en Côte d’Ivoire, bien au contraire.
Ce que les Ivoiriens attendent pour respirer et espérer une vraie réconciliation, c’est que les leaders politiques essentiels de la Côte d’Ivoire (Alassane Ouattara, Laurent Gbagbo, Henri Konan Bédié) se retrouvent sous l’arbre à palabre appelé Cdvr (Commission Dialogue, Vérité, Réconciliation) pour se parler franchement, engager un dialogue direct pour décrisper l’atmosphère socio politique de la Côte d’Ivoire. C’est cela qui amènera les Ivoiriens à ne plus se regarder en chien de faïence, à ne plus se traiter en ennemis. Aucun de ces trois acteurs ne peut être écarté du processus de paix sans mettre paix définitivement en péril. C’est pourquoi les Femmes du Front populaire ivoirien demandent solennellement la libération de Laurent Gbagbo, le principal sachant de la crise.
Aujourd’hui, sa libération serait perçue comme un signe fort et palpable de l’engagement des nouvelles autorités à rechercher la réconciliation et une paix durable. Au contraire, le transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi apparaîtra forcément comme la poursuite de la justice des vainqueurs qui se met visiblement en place dans notre pays ; une justice des règlements de comptes déjà décriés par plusieurs Ong nationales et internationales. Les Femmes du Front populaire ivoirien pensent que nous devons travailler tous ensemble à l’humanisation de la vie politique en Côte d’Ivoire et éviter d’emprunter tout chemin susceptible de nous éloigner de la paix.

Notre appel à la mobilisation et la vigilance des Femmes de Côte d’Ivoire

Oui, nous, Femmes du Front populaire ivoirien, demeurons résolument engagées dans le processus de réconciliation nationale, la vraie réconciliation nationale, celle qui va guérir la Côte d’Ivoire, celle qui va rassembler tous les fils et toutes les filles autour de la mère patrie. C’est pourquoi nous ne saurions accepter qu’un illustre et digne fils de ce pays continue de subir l’humiliation internationale.
C’est pourquoi nous disons NON à toute idée de transfèrementdu Président Laurent Gbagbo à la Cpi. C’est pourquoi l’OFFPI en appelle à la mobilisation et à la vigilance de toutes les Femmes de Côte d’Ivoire éprises de paix, de justice, de liberté et de démocratie. C’est pourquoi elle en appelle également à la mobilisation de toutes les Femmes qui sont pour la libération sans condition du Président Laurent Gbagbo : Femmes des marchés et des coopératives, Femmes des campagnes, Femmes cadres, Femmes des formations politiques, Femmes des mouvements et associations de la société civile, levons nous ! Œuvrons à une vraie réconciliation à laquelle participeront le Président Laurent Gbagbo et tous ses proches libérés de prison ! Allons à une vraie réconciliation impliquant tous les Ivoiriens qui, par la force des choses, se sont retrouvés momentanément en exil et qui seront de retour dans leur pays, sans être inquiétés, pourchassés et/ou humiliés ! Allons pour une vraie réconciliation entre tous les enfants de ce pays ! Allons pour une Côte d’Ivoire réconciliée avec elle-même, pour amorcer ensemble la reconstruction et le développement durable de notre pays. Agissons et œuvrons ensemble, dès maintenant, pour dire NON au transfèrement du Président Laurent Gbagbo à la Cpi !!
Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.
Fait à Abidjan,
le 31 octobre 2011
Marie-Odette Lorougnon
Secrétaire nationale de l’OFfpi,
Député d’Attécoubé

LIENS PROMOTIONNELS