Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article


Comment

Dernières dépêches



Économie

Importation de viande de volaille congelée : La position des opérateurs de la filière avicole
Publié le jeudi 3 novembre 2011   |  Autre presse


Crise
© Reuters
Crise post-électoral : Ambiance du mois de décembre, mois de fête, dans les marchés en cette situation que vit le pays.
Crise post-électoral : Ambiance du mois de décembre, mois de fête, dans les marchés en cette situation que vit le pays. Abidjan Le 13 décembre 2010.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Depuis quelques jours, le débat sur l’éventuelle révision à la baisse du montant du prélèvement compensatoire appliqué sur les viandes de volaille congelées importées hors CEDEAO fait couler beaucoup d’encre et de salive.

Les professionnels de la filière de production avicole locale affirment que la revue à la baisse du prélèvement compensatoire aura pour conséquence de tuer la filière et ruiner tous les efforts consentis par les opérateurs depuis plusieurs années qui ont eu pour effet immédiat de rendre la viande de volailles la moins chère du marché aujourd’hui, soit moins chère que le bœuf, le porc, le mouton…

La filière avicole locale est par ailleurs fière d’avoir réussi à couvrir la demande locale. Ceci peut être vérifié aisément sur les marchés qui sont approvisionnés en volailles sans rupture à des prix inférieurs aux autres viandes.

Comment comprendre qu’alors que des dispositions sont entrain d’être prises dans d’autres secteurs pour susciter le développement de la production locale afin de limiter la dépendance alimentaire de la Côte d’Ivoire vis-à-vis de l’extérieur, c’est plutôt la démarche contraire à laquelle nous assistons concernant la filière avicole.
Les producteurs sont d’autant plus surpris que la volaille est la seule viande produite localement en quantité satisfaisante. Notre pays la Côte d’Ivoire est en effet dépendant de l’extérieur pour toutes les autres viandes à l’exception du poulet.

Notre désarroi est confirmé par l’expérience des autres pays au Sud du Sahara. En effet, à chaque fois que la filière locale est soumise à la concurrence directe avec le marché international, la production locale disparaît au bout de quelques mois seulement car nous sommes en face d’une concurrence déloyale. Il s’agit en effet de sous produits de l’industrie avicole des pays développés qui bénéficient en plus de prix de dumping.

Les exemples du GHANA, du BENIN, et du TOGO sont assez édifiants et interpellent sur les risques d’une telle politique.

A l’inverse, dans tous les pays où un mécanisme de protection efficace est en place, la filière locale se développe de façon très dynamique, comme c’est le cas au SENEGAL, au NIGERIA, en CÔTE-D’IVOIRE et récemment au CAMEROUN.

Nous considérons qu’au regard des volumes de poulets produits localement qui ont plus que doublé ces dernières années, il faut encourager la filière de production locale. A quoi bon détruire l’existant pour ensuite essayer de reconstruire ?

Les producteurs souhaitent au contraire que l’ambitieux Plan Stratégique de Relance de l’Aviculture qui a été réalisé au cours des Etats Généraux de la filière et validé le 10 Août par le Ministère des Ressources Animales et Halieutiques soit mis en œuvre avec pour conséquence la création de quinze (15 000) emplois directs supplémentaires.

Pour finir, nous ne pouvons pas conclure sans révéler que favoriser les importations via la baisse du prélèvement compensatoire, équivaut à :

- La mort programmée en quelques mois de la filière avicole ivoirienne qui génère plus de 30 000 emplois,

- L’impossibilité pour les jeunes qui seront éventuellement installés d’écouler leur production et donc la mort assurée de leurs projets,

- La baisse d’activité des unités industrielles liées à cette filière,

- Un appauvrissement du monde rural ivoirien avec la perte d’un débouché de plusieurs dizaines de milliards de FCFA pour ses producteurs de maïs, de riz…

Compte tenu de ce qui précède, nous sollicitons l’intervention des plus hautes autorités de l’Etat avec à leur tête son excellence Monsieur le Président de la république pour protéger les acquis de la filière avicole ivoirienne.

Les professionnels de la filière avicole

LIENS PROMOTIONNELS