Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Politique, diplomatie, fluidité routière, agriculture…La Côte d’Ivoire et le Burkina renforcent leur coopération
Publié le jeudi 17 novembre 2011   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

La politique, la diplomatie, la fluidité routière, l’agriculture, l’éducation, les infrastructures, le tourisme, la poste et les télécommunications… Ce sont autant de points qui seront à l’ordre du jour du conseil des ministres conjoint entre la Côte d’Ivoire et le Burkina Faso. Selon le ministre de la Poste et des techniques de l’information et de la communication (Tic), par ailleurs porte-parole du gouvernement, cette « réunion très importante » était au menu du conseil des ministres d’hier. Bruno Nabagné Koné a indiqué, lors de son point-presse après la réunion du gouvernement, qu’un groupe d’experts prépare déjà le rendez-vous du Burkina. Aujourd’hui, a-t-il poursuivi, les ministres concernés par les points à l’ordre du jour échangeront. « Cette réunion va adopter l’essentiel des conclusions qui seront soumises aux chefs de gouvernements et aux chefs d’Etats », a expliqué Bruno Koné. Il a souligné que le conseil, en lui-même, aura lieu, demain, à 11 heures après un entretien entre les chefs de gouvernements qui se tiendra deux heures plus tôt.
Le porte-parole a confié que le conseil des ministres a également adopté des projets d’ordonnance portant ratification de convention, des projets de décret portant organisation d’une douzaine de ministères et évoqué la question de la révision des grades à la police. Sur ce point, il a indiqué que sur 424 requêtes reçues par le comité de redressement, 67 ont été jugées recevables. A l’en croire, les conventions ratifiées par le gouvernement sont relatives à la protection civile des matières, à la répression des actes terroristes et nucléaires, à la sécurité des navigations maritimes et à la sécurité de la navigation aérienne. La ratification de ces conventions, a commenté l’intervenant, vont dans le sens du retour de la Côte d’Ivoire dans le jeu des Nations. De son avis, la pleine participation à la vie de la communauté mondiale passe nécessairement par la ratification de certaines conventions. Bruno Koné estime qu’en rectifiant le tir, les autorités nationales permettent au pays de redevenir de plus en plus fréquentable. Selon lui, les décrets concernant l’organisation de ministères s’inscrivent dans la logique de la « régularisation » du fonctionnement desdits ministères étant donné que ceux-ci s’acquittent déjà de leurs tâches : « il s’agit de prendre des actes officiels ». Le ministre de la Poste et des Tic a confié qu’un cabinet international viendra assister le gouvernement ivoirien dans la mise en œuvre de son programme de travail. Le recours à cette expertise, a-t-il clarifié, vise à permettre d’atteindre les ambitions du chef de l’Etat qui veut faire de la Côte d’Ivoire « un pays émergent » dans dix ans. Ce cabinet accompagnera l’équipe d’Alassane Ouattara notamment dans le lobbying auprès d’institutions internationales. Bruno Koné a souligné qu’il ne faut pas croire qu’en sollicitant une structure internationale, le gouvernement sous-estime les compétences nationales. Mais, a-t-il éclairci, ce cabinet a la compétence requise et il a l’habitude de faire ce pour quoi la Côte d’Ivoire l’a approché : « en Côte d’Ivoire, nous avons des gens certainement qualifiés. Mais il faut éviter de surestimer nos capacités… on ira plus vite ». Il a indiqué, s’agissant du changement de dénomination de l’armée, qu’un travail de réforme plus profonde est en train d’être fait. « Le gouvernement travaille d’une façon organisée », a-t-il assuré.
Bamba K. Inzac

LIENS PROMOTIONNELS