Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Côte d’Ivoire: des membres du FPI candidats à titre indépendant
Publié le lundi 21 novembre 2011   |  Jeune Afrique


Activités
© Ivoire-Presse par FN
Activités du President de la Commission dialogue, vérité et réconciliation : Charles Konan Banny reçoit Miaka Ouréto et la direction intérimaire du Front populaire ivoirien (Fpi)
Lundi 25 juillet 2011. Abidjan. Siège de la Commission dialogue, vérité et réconciliation(CDVR)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


En Côte d’Ivoire, il ne reste plus que 21 jours avant les législatives du 11 décembre 2011. Le Conseil constitutionnel devrait publier cette semaine, peut-être même ce lundi 21 novembre, la liste définitive des candidats de ce scrutin destiné à doter le pays d’un Parlement composé de 255 députés, au lieu de 225 dans l’Assemblée sortante.

Le fait marquant avant la tenue des législatives prévues d’ici trois semaines est l’absence du FPI (Front populaire ivoirien). Le parti de l’ex-président Laurent Gbagbo a officiellement annoncé ce week-end qu’il « ne participera pas » à la compétition en jugeant que les « conditions minimales ne sont pas remplies ». Le parti n’a investi personne, a expliqué le président par intérim du FPI, Sylvain Miaka Ouretto.

Il y a pourtant des membres de l’ex-parti au pouvoir dans la course au siège de député. Mais chacun a déposé sa candidature à titre indépendant. Il y en aurait plusieurs dizaines, qui font partie des 439 candidatures indépendantes retenues par la Commission électorale.

Les 507 autres de la liste ont été investis par une trentaine de partis politiques, dont une forte majorité représente les formations qui soutiennent le président Alassane Ouattara. En tête le PDCI-RDA (Parti démocratique de Côte d’Ivoire-Rassemblement démocratique africain), de l’ancien président Henri Konan Bédié et le RDR (Rassemblement des républicains) de l’actuel chef de l’Etat.

En l’absence officielle du FPI, l’opposition risque d’être réduite à une portion congrue dans le futur Parlement. Quelques formations alliées au FPI au sein du Conseil national de la résistance pour la démocratie ont présenté une vingtaine de candidatures et Lider (Liberté et démocratie pour la République), le parti créé par le président du Parlement sortant, Mamadou Coulibaly, qui a claqué la porte du FPI, a présenté douze candidats.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

LIENS PROMOTIONNELS