Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article


Comment

Dernières dépêches



Politique

Offensive en Afrique de l’Ouest ADO, installe un nouveau leadership dans la sous-région
Publié le mardi 22 novembre 2011   |  Le Patriote


2ème
© Présidence par Aristide
2ème Sommet du Traité d’amitié et de coopération entre le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire: les Présidents Ouattara et Compaoré président un Conseil des ministres conjoint
Vendredi 18 novembre 2011. Ouagadougou (Burkina Faso). Conseil des ministres conjoint, sous la présidence des chefs d`Etat Alassane Ouattara (Côte d`Ivoire) et Blaise Compaoré (Burkina Faso)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Du 13 au 19 novembre, le président de la République, Alassane Ouattara a parcouru 4 pays de la sous-région ouest-africaine pour semer la graine de la fraternité, de la cohésion, de la solidarité avec en toile de fond, sa volonté affichée de renforcer l’amitié et la coopération avec ses voisins. Du Bénin au Burkina-Faso en passant par le Togo et le Niger, le premier citoyen ivoirien a mis en avant de ses visites de travail et d’amitié et la deuxième conférence au sommet entre la Côte d’ivoire et le Burkina Faso, l’intégration des systèmes des différentes Républiques afin de faire de la sous-région ouest-africaine, un espace viable, aux plans politique, économique et commercial. Homme de paix et surtout d’ouverture, le président Ouattara, sait, en outre, l’importance des bonnes relations avec ses voisins pour le bonheur des peuples africains. Dans les capitales africaines où il est passé, il a été chaleureusement accueilli. Enclin au respect de l’autre et à la prospérité de la sous-région, il a expliqué ses ambitions avant de signer des accords intégrateurs avec ses homologues dans l’optique de réaliser des grands projets pour le rapprochement des peuples de la sous-région et surtout pour la compétitivité des produits provenant de cette partie Ouest de l’Afrique sur le marché internationale. Pour aboutir à cet objectif d’émancipation des populations, l’ancien directeur général adjoint du Fonds monétaire international veut prendre pied dans le passé pour mieux réussir le bond vers des Etats émergeants à l’horizon 2020. «Vous savez que des liens privilégiés unissent la Côte d’Ivoire et le Togo, ainsi que le Bénin. Des liens qui ont été tissés entre les présidents Félix Houphouët-Boigny, le premier président Hubert Manga du Bénin et Yassimgbé Eyadema du Togo. Ce sont des pays amis qui sont très rattachés à la Côte d’Ivoire. La visite a été fructueuse pour nous, compte tenu de la nécessité pour nous, de renforcer la coopération.

Le Conseil de l’entente
renaît de ses cendres

Nous avons parlé de la nécessité, en effet, de la relance du Conseil de l’Entente, du renforcement de la sécurité transfrontalière, de l’interconnexion routière et ferroviaire ainsi que de la sécurité maritime», a-t-il déclaré après ses séjours béninois et togolais. En clair, le chef de l’Etat a fait un tour d’horizon de la coopération sous-régionale avec ses homologues du Bénin et du Togo.
Surtout que le but principal de son périple africain était de ressusciter le Conseil de l’Entente, créé le 29 mai 1959 à Abidjan. Ce puissant instrument politique de solidarité, de voisinage, de lutte contre la pauvreté et de coopération régionale composé de cinq membres, à savoir la Côte d’Ivoire, le Bénin, le Togo, le Niger et le Burkina Faso, liés au sein de l’institution comme les cinq doigts d’une seule main, a perdu de sa superbe depuis une dizaine d’années. Le président ivoirien sur les traces de son «père», le président Félix Houphouët-Boigny, a recommandé au cours de ses visites, la renaissance de cet outil important dans la stabilisation politique de la sous-région. C’est pourquoi, après le Bénin et le Togo, il s’est rendu également au Niger et au Burkina Faso pour évoquer les mêmes sujets. Au pays des hommes intègres, la deuxième Conférence au sommet pour la mise en route du traité d’amitié et de coopération, signé en 2008, entre les deux pays, a été mis à profit pour tracer les sillons d’une sous-région totalement intégrée dans la perspective du développement, de la prospérité et du bien-être social des populations. Bientôt l’autoroute entre Abidjan et Ouagadougou sortira de l’étape de projet pour se traduire en réalité. Il a été prévu par le conseil des ministres conjoint qui a réuni les gouvernements ivoirien et burkinabè à la salle polyvalente du palais de Kossyam, la réhabilitation et le prolongement du chemin de fer Abidjan-Ouagadougou-Niger. Avec la réalisation de ces deux projets de haut niveau, il n’y pas de doute que l’Afrique de l’Ouest attirera les investisseurs et sera une destination prisée. On le voit, à moins d’un an d’exercice du pouvoir d’Etat, le président ivoirien tient déjà, son rôle de leader de la sous-région. Naguère si cher au président Félix Houphouët-Boigny. ADO en véritable visionnaire ne ménage pas ses efforts pour remettre le Conseil de l’Entente sur les rails et conduire les destinées de la sous-région dans la paix, le respect des voisins et l’intégration des peuples. Après le Bélier de Yamoussoukro, Alassane Ouattara est sur la bonne voie pour faire de la Côte d’Ivoire, le pays phare de l’Afrique de l’Ouest et afin d’être le nouveau leader de la sous-région. Comme quoi, les grands hommes se rejoignent toujours.
Lacina Ouattara

LIENS PROMOTIONNELS