Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Justice / La première comparution de Laurent Gbagbo devant la CPI programmée pour lundi
Publié le jeudi 1 decembre 2011   |  AIP




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


La première comparution de Laurent Gbagbo devant la Chambre préliminaire III de la Cour pénale internationale (CPI) est programmée pour lundi, à La Haye.
Selon un communiqué de la CPI publiée mercredi, la Chambre préliminaire III, composée des juges Silvia Fernández de Gurmendi (juge présidente), Elizabeth Odio Benito et Adrian Fulford, vérifiera, au cours de cette audience publique, l’identité du suspect et s’assurera qu’il a été informé clairement des charges portées contre lui et des droits que lui reconnaît le Statut de Rome.
C’est au terme de cette première comparution que la Chambre préliminaire fixera la date de l’audience de confirmation des charges, "étape suivante dans la procédure préliminaire", précise le communiqué.
L’ancien président ivoirien qui était assigné en résidence surveillée à Korhogo (nord, région des Savanes) depuis le 13 avril, est poursuivi pour "crimes contre l’humanité" à raison de sa présumée responsabilité pénale individuelle, en tant que coauteur indirect, "dans des meurtres, viols et autres violences sexuelles, ainsi que des actes de persécution et d’autres actes inhumains perpétrés dans le contexte des violences postélectorales survenues sur le territoire de la Côte d’Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011", souligne le communiqué de la CPI.
Suite à son transfèrement, dans la nuit de mardi, au camp de détention de la CPI, à la Haye, le parti de Laurent Gbagbo, le Front populaire ivoirien (FPI), a annoncé "de suspendre de sa participation à tout processus de réconciliation nationale", estimant que cette procédure est "un véritable hold-up politico-juridique".
Pour sa part, le gouvernement ivoirien salue ce transfèrement qui est "un élément clé", pour tourner la page de la crise postélectorale qui a fait officiellement 3.000 morts.
(AIP)
kp

LIENS PROMOTIONNELS