Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Législatives, CPI / Soro explique tout au corps diplomatique : "Gbagbo est à La Haye, mais les fils du dialogue, distendus certes, ne sont pas rompus"
Publié le samedi 3 decembre 2011   |  L'intelligent d'Abidjan


Activités
© Abidjan.net par Prisca
Activités gouvernementales : Pose de la première pierre de l`usine cimenterie d`Afrique (CIMAF) en présence du Premier Ministre Guillaume Soro.
Le jeudi 17 novembre 2011. Abidjan zone industrielle de Yopougon, Soro a procédé à la pose de la première pierre de la CIMAF, cimenterie d`Afrique.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Recevant dans l’après-midi du vendredi 2 décembre 2011 au plateau, les diplomates accrédités près la République de Côte d’Ivoire, le Premier ministre Guillaume Soro leur a fait le point de la situation sociopolitique, marquée par les législatives, le transfèrement de Laurent Gbagbo à La Haye…Ci-dessous, l’intégralité de son propos liminaire.

«Je voudrais vous remercier pour votre disponibilité. Votre présence cet après-midi marque, si besoin en était, la sollicitude que vous avez manifestée pour la Cote d`Ivoire. La rencontre de ce jour renoue avec la tradition que j`avais, d`échanger avec le corps diplomatique pour le tenir informé de l`évolution de la crise en Côte d`Ivoire. Mais aujourd`hui, tout particulièrement, il s`agit de parler entre frères africains, d`où le format de cette rencontre.
Pour l`essentiel, j`aborderai avec vous trois points :
D`abord la question des législatives, ensuite l`actualité judiciaire et enfin le processus de réconciliation. Pour ce qui est des législatives, comme vous l`avez appris, le Gouvernement s`est résolu à respecter la date fixée par la CEI, pour la simple raison que toutes les garanties pour des élections transparentes et inclusives ont été données et prises et, que les discussions avec une partie de l`opposition, notamment LMP, ne semblaient pas s`inscrire dans une volonté de faire avancer le processus. J`ai bien compris qu`il leur fallait du temps pour réfléchir et s`organiser avant d`envisager prendre toute leur place dans l`arène politique, c`est bien leur droit.
Mais, c`est de la responsabilité du gouvernement de veiller à la sauvegarde de l`intérêt général, qui passe par le fonctionnement régulier de toutes les Institutions de la République.
En effet, vous vous souviendrez que depuis près de dix ans, l`Assemblée Nationale, qui en temps normal vote le budget et consent l`impôt n`est plus consultée, que les lois ne sont plus votées, tout cela n`est pas de bonne augure pour la démocratie, seule garante des intérêts du peuple. La Côte d`Ivoire, ne peut, en ce 21ème siècle se payer un tel luxe. Il nous fallait donc régler ce dysfonctionnement dans les plus brefs délais.
En tout état de cause, le millier de candidats enregistré à ces législatives montre bien que celles-ci viennent combler des attentes longtemps contenues, mais bien plus, il montre le caractère très ouvert de ces élections, puisque toutes les régions et toutes les communautés nationales sont dans la course, sans restriction et sans exclusive. Je peux en témoigner, en tant que candidat. Oui je suis candidat, comme je vous l`ai annoncé dans le courrier de candidature que je vous ai fait parvenir. Dans ce courrier je me suis appesanti sur les raisons et motivations profondes qui m’ont toujours hantées s`agissant des questions de justice sociale, de démocratie et de l`avenir de la Côte d`Ivoire et du continent. Pour ce qui est de l`actualité judiciaire, vous êtes sans ignorer qu`en exécution du mandat d`arrêt émis par la Cour pénale internationale, Monsieur Gbagbo, ancien Chef de l`Etat, a été transféré à la Haye le mardi 30 novembre dernier. Sur cette question, les traditions africaines commandent que je vous en informe officiellement, mais aussi que je vous fasse partager les motivations qui ont emmené le Gouvernement, à son corps défendant, à accepter cette alternative. Au moins deux raisons ont fortement conduit à cette issue :
Premièrement, l`absence de repentance : des personnes se comportent comme s’il ne s`est rien passé dans ce pays, on note ni remords, ni regrets, chez les auteurs des actes de barbaries, de méchanceté et de cruauté perpétrés sur les populations. Je vois encore les images des tueries des femmes d`Abobo, celles plus cruelles du supplicié du feu, qui tentait en vain de se soustraire des flammes dans lesquelles ses bourreaux l`avaient jeté, et cela, en plein jour, sur la voie publique, sans qu`aucune âme charitable ne vienne à son secours. Voyez-vous, Excellence Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, les familles, à juste raison, attendent du Gouvernement que justice soit faite. Mais au-delà de ces faits déjà très graves, c`est le manque d`humilité du FPI qui a conduit Monsieur Gbagbo à la CPI. Ce parti n`a ni voulu intégrer le Gouvernement, pour se donner les moyens de participer aux prises de décisions qui engagent le destin du pays et les Ivoiriens, ni saisir, de bonne Grâce, la main tendue du Président de la République, qui invitait à privilégier les intérêts supérieurs de l`Etat, dans le jeu politique. Gbagbo à la Haye, c`est donc le résultat de l`inconséquence et de l`intransigeance du FPI. Mais les fils du dialogue, quoique distendus, ne sont pas rompus.
En ce qui concerne la réconciliation, elle se poursuit. En effet, le processus de réconciliation engagé est irréversible, car il y va de l`avenir de la Cote d`Ivoire et de la paix dans la sous-région. J`attends donc du groupe africain des ambassadeurs, un soutien à ce processus, qui sauvegarde nos intérêts communs. Pour sa part, le Président de la République, le Gouvernement et moi-même, sommes à la tâche pour appuyer les efforts du Président de la Commission Dialogue, Vérité et Réconciliation dans sa mission. Sachez que nous ne nous lasserons jamais de garder la main tendue à tous, sans exclusive».

LIENS PROMOTIONNELS