Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Après sa 1ère audience à la CPI : Gbagbo revient dans 4 mois devant les juges
Publié le lundi 5 decembre 2011   |  L'Inter


Meeting
© AFP
Meeting des pro-Gbagbo pour la libération de l`ex-président


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Après l`audience de cette mi-journée, Laurent Gbagbo sera, sauf changement, à nouveau devant les juges dans quatre (04) mois. De sources proches de la défense de l`ex-chef de l’État ivoirien, c`est au mois de mars 2012 que se tiendra la deuxième audition de l`ex-numéro un ivoirien, dite audience de confirmation des charges. Celle-ci consistera pour la Cour, à examiner si les éléments de preuve de l`accusation sont assez solides pour la tenue d`un procès. Dans le mandat d`arrêt international et le chef d’accusation délivré le 23 novembre 2003 par le Procureur argentin de la CPI Louis Moreno-Ocampo, l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo est poursuivi pour «crimes contre l`humanité ayant pris la forme de meurtres, de viols et d`autres formes de violences sexuelles, d`autres actes inhumains (et) d`actes de persécution commis sur le territoire de la Côte d`Ivoire entre le 16 décembre 2010 et le 12 avril 2011». Selon l`un des avocats de Gbagbo qui s`active en ce moment pour s`inscrire sur le fichier de la CPI (comme cela est le cas de dizaines d`autres avocats nationaux et internationaux membres de plusieurs collectifs), le dossier de l`ex-chef de l’État ivoirien pourrait être «mis en veilleuse» pendant très longtemps. «Après l`audience de confirmation des charges qui est prévue en mars 2002, on n`entendra plus parler du dossier Gbagbo avant deux ou trois ans. Ce sera le silence radio du côté de la CPI; le dossier sera mis en veilleuse. Parce que leur objectif n`est pas de juger Gbagbo, mais de le soustraire définitivement de la scène politique ivoirienne. Le plan de cette justice de copains et de coquins est de faire en sorte que le président Gbagbo soit oublié par ses compatriotes et les Africains», a dénoncé Me Lucie Bourthoumieux, avocate franco-camerounaise au Barreau de Paris, et membre de l`un des Collectifs internationaux pour la défense de l`ex-chef de l’État ivoirien.


Anassé ANASSE

LIENS PROMOTIONNELS