Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Adama Diomandé, président de l’Association pour la défense des libertés et de la démocratie sur ‘’France 24’’ : ‘’Le président Bédié avait mis en garde Gbagbo’’
Publié le mardi 6 decembre 2011   |  L'intelligent d'Abidjan


Humanitaire
© Autre presse par DR
Humanitaire : Adama Diomandé, président de l’Association pour la Défense de la Démocratie et des Libertés - France (ADDL, France)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Président de l’Association pour la défense des libertés et de la démocratie, Adama Diomandé, était, hier lundi 5 décembre 2011, sur le plateau de ‘’France 24’’ pendant la première comparution de l’ex-président de Côte d’Ivoire où il a donné son avis sur la question.


«Gbagbo a usurpé le pouvoir après le 28 novembre 2010 ». Tels sont les propos forts tenus par le président de l’Association pour la défense des libertés et de la démocratie, Adama Diomandé après, la première comparution de Laurent Gbagbo devant le tribunal de La Haye aux Pays-Bas. «Le président Bédié avait mis Gbagbo en garde qu’il sera transféré à La Haye pour répondre de ses actes postélectoraux et l’entourage de Gbagbo le savait bien, à tel point que des SMS circulaient entre eux depuis quelques jours», a martelé Diomandé. Répondant aux propos d’Alain Toussaint (un proche de Gbagbo) qui dénonce le caractère illégal du transfèrement de l’ex-président ivoirien, Adama Diomandé explique que tout le monde était bien informé que Gbagbo serait transféré de Korhogo à la Cpi et le Fpi voulait marchander avec la réconciliation ou retarder le processus de ce transfèrement. «Gbagbo dit qu’il se sent bien à La Haye et ses partisans ne veulent pas aller aux élections législatives pour sauver la démocratie». Et de conclure que le président Ouattara a tout fait pour préserver la vie sauve à Gbagbo, contrairement à ce qui s’est passé en Libye concernant le sort tragique du colonel Kadhafi.
M. Ouattara

LIENS PROMOTIONNELS