Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Politique nationale : Les dessous de la crise au CNRD
Publié le jeudi 8 decembre 2011   |  L'Inter


Audiences
© Abidjan.net par Emma
Audiences du ministre d`Etat, ministre de l’Intérieur : Hamed Bakayoko a reçu les partis pro-Gbagbo
Dimanche 4 décembre 2011. Abidjan. Cabinet du Ministre de l’Intérieur, au Plateau. Le ministre Hamed Bakayoko reçoit les partis membres du Congrès national de résistance à la démocratie (CNRD). Photo: de g. à dr. Kahé Eric Kplohourou, Hamed Bakayoko et Gervais Coulibaly


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Ce n`est pas la bonne ambiance au sein du Congrès national pour la résistance démocratique (CNRD). Les démons de la division semblent gagner la coalition des formations politiques proches de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo à la veille des élections législatives. Alors que l`on annonçait la participation de cet organe à ce scrutin, à l`issue des négociations menées avec les nouvelles autorités, des voix discordantes se font entendre de plus en plus à l`intérieur du CNRD, qui ne sont pas de nature à préserver la cohésion de ce groupe. C`est le cas notamment de la sortie, avant-hier mardi, du secrétaire général de l`organisation, Dr. Alphonse Tousséa, qui dans une déclaration, a laissé entendre que «la direction du CNRD conduite par le président Bernard Binlin Dadié n’a pas commis le groupe dirigé par M. Gervais Coulibaly Delinpelna pour mener des négociations avec les autorités nationales sur les élections législatives du 11 décembre 2011 ». Cette sortie révèle la perpétuation et l`accentuation de la crise de leadership, qui couve au sein des partisans de l`ex-président, Laurent Gbagbo, depuis son arrestation. Après une sortie de l`ex-N°2 de l`Etat, Mamadou Koulibaly, dans ses approches nouvelles depuis la création de son parti, ``Liberté et démocratie pour la République`` (LIDER), Gervais Coulibaly passe, en effet, pour être un candidat sérieux`` - selon les termes de ses proches - pour diriger l`opposition ivoirienne. Préfet hors-grade, ex-porte-parole de Laurent Gbagbo à la présidence, cet homme s`est tenu à l`écart des compromissions, allant jusqu`à créer son groupe à lui (Cap Unir pour la réélection de Laurent Gbagbo), pour ne pas avoir à composer avec certaines pratiques des dirigeants du parti de son mentor. Fils du nord comme l`actuel président de la République, froid dans les analyses, cet administrateur chevronné se positionne comme un opposant républicain préoccupé d`abord à sauver la République, bien entendu en ayant sous la main, son cahier de doléances et de revendications. Aussi, depuis quelques mois, Gervais Coulibaly passe-t-il pour être un interlocuteur privilégié des nouveaux dirigeants auprès de qui il a obtenu récemment, avec son groupe la libération de 20 prisonniers pro-Gbagbo. Toujours avec lui, aujourd`hui, les discussions, selon des indiscrétions, se poursuivraient avec le pouvoir pour obtenir la libération des autres prisonniers, le dégel des avoirs et le retour des exilés post-crise. Ces actions de positionnement ne font pas l`unanimité au sein de ses camarades du CNRD, dont les accusations de trahison en souterrain, ont commencé à s`amplifier pour se traduire en désaveu direct contre l`ex-porte-parole de Laurent Gbagbo. Gervais Coulibaly et ses partisans vont-ils résister à l`adversité au CNRD? Ou vont-ils claquer la porte comme Mamadou Koulibaly l`a fait au FPI pour voler de ses propres ailes? Ce ne sera pas une partie de plaisir pour cet homme effacé hier, qui a décidé de se jeter dans l`arène où l`on s`expose aux coups, même les plus difficiles à avaler.

F.D.BONY

LIENS PROMOTIONNELS