Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

CPI / Fatou Bensouda formel : “La Cedeao ne peut plus intervenir dans la situation de Gbagbo”
Publié le mardi 3 janvier 2012   |  Le Mandat


Fatou
© Autre presse
Fatou Bensouda, procureur adjointe a la Cour pénale internationale (CPI)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


La magistrate gambienne Fatou Bensouda est celle qui aura la responsabilité de conduire le procès de l’ex-président Laurent Gbagbo. Pour le tout nouveau patron de la Cpi, la Cour de la justice de la Cedeao ne plus intervenir dans la situation actuelle de Laurent Gbagbo. Bensouda répond ainsi aux avocats de nouveau locataire de la prison de La Haye qui ont introduit des requêtes devant la Cour de justice de la Cedeao pour dénoncer l’illégalité des poursuites à l’encontre de leur client.

Vous aurez la responsabilité de l’accusation dans le futur procès de Laurent Gbagbo. N’est-ce pas une « patate chaude » que vous transmet le procureur Moreno-Ocampo ?

En Côte d`Ivoire, on enquête de manière impartiale dans les deux camps. Ne politisez pas notre travail. Nous avons enquêté sur les violences postélectorales en Côte d’Ivoire, puis avons soumis les conclusions de cette enquête à l’appréciation de la Cour. La décision de poursuivre n’incombe pas au seul Moreno-Ocampo. Le procureur général a d’ailleurs été clair : on enquête de manière impartiale, dans les deux camps.

La CPI émettra-t-elle des mandats d’arrêt contre des membres des forces pro-Ouattara ?
Je ne peux encore vous le dire. On procède par étape.

Remonterez-vous jusqu’à 2002 dans vos enquêtes ?

Initialement, nous avions fait une demande d’enquête pour la période postélectorale. Mais certains juges souhaitent que l’on remonte jusqu’à 2002. Le bureau du procureur est entrain d’étudier leur demande.

Si vous ne le faites pas, le camp Gbagbo ne risque t-il pas de continuer à parler de justice des vainqueurs ?

Il ne faut pas confondre justice des vainqueurs et justice de la responsabilité. Encore une fois, je vous assure que nous serons impartiaux.

Les avocats de Laurent Gbagbo ont introduit des requêtes devant la Cour de justice de la Cedeao pour dénoncer l’illégalité des poursuites à l’encontre de leur client. S’ils obtiennent une décision favorable, qui aura la primauté du droit ?

C’est la CPI. Les statuts de Rome, si gnés par les États membres, nous donnent l’autorisation d’émettre des mandats d’arrêt qui sont mis en œuvre par les justices nationales. Les juges ivoiriens ont décidé de leur exécution. On ne peut revenir en arrière et la Cedeao ne peut plus intervenir.

Source : Jeune Afrique

LIENS PROMOTIONNELS