Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Kieffer: une partie de l`énigme peut-être résolue cette semaine
Publié le dimanche 8 janvier 2012   |  AFP




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Une partie de l'énigme de la disparition en 2004
à Abidjan de Guy-André Kieffer pourrait être résolue cette semaine avec
l'analyse ADN d'un squelette susceptible d'être celui du journaliste
franco-canadien, mais les auteurs de son rapt doivent encore être identifiés.
Près de huit ans après le début de ses investigations, le juge français
Patrick Ramaël pourrait avoir réalisé vendredi l'une des plus importantes
avancées de son enquête, en exhumant à 360 km à l'ouest d'Abidjan une
dépouille dont des échantillons ont immédiatement été envoyés en France pour
expertise.
C'est en milieu de semaine, mardi ou mercredi, selon l'épouse du
journaliste, que les analyses diront si ces prélèvements proviennent bien du
squelette du journaliste franco-canadien, ce qui permettrait à ses proches de
commencer leur deuil.
Une des thèses un temps défendues par les autorités ivoiriennes à l'époque
du président Laurent Gbagbo était que Guy-André Kieffer était toujours vivant.
"Où est mon mari? Qui l'a enlevé? Pourquoi? Ces trois questions m'obsèdent
depuis 2004, mais je vais peut-être avoir une réponse à la première", a
déclaré à l'AFP Osange Silou-Kieffer, l'épouse du journaliste.
Pour les deux autres interrogations, et pour que la justice soit rendue,
Mme Silou-Kieffer et les deux enfants du reporter devront encore patienter,
même si de l'avis de tous, l'enquête s'est accélérée avec la chute de M.
Gbagbo en avril 2011.
Depuis l'arrivée au pouvoir d'Alassane Ouattara, le juge Ramaël s'est en
effet rendu au moins trois fois en Côte d'Ivoire, où il a pu interroger
plusieurs responsables de la sécurité de Laurent et Simone Gbagbo.
Le journaliste indépendant avait disparu le 16 avril 2004 sur un parking de
la capitale économique ivoirienne alors qu'il avait rendez-vous avec Michel
Legré, beau-frère de Simone Gbagbo.
Il enquêtait sur des malversations, notamment dans la filière cacao, dont
le pays est premier producteur mondial.

"confondre coupables et commanditaires"

"L'enquête est aujourd'hui au plus proche de l'entourage de Simone Gbagbo",
a déclaré à l'AFP Me Alexis Gublin, l'avocat de Bernard Kieffer, frère de
Guy-André.
"Les investigations ont fait l'objet d'une obstruction des autorités
judiciaires ivoiriennes quand Laurent Gbagbo était au pouvoir. Il a fallu
attendre l'arrivée d'Alassane Ouattara pour que soudainement la justice
ivoirienne coopère véritablement", estime-t-il.
L'avocat en veut pour preuve que les autorités, sous Laurent Gbagbo, ont
longtemps empêché M. Ramaël de rencontrer l'informateur dont le témoignage
s'est avéré crucial pour retrouver le squelette.
C'est ce témoin qui aurait reconnu sur une photo de M. Kieffer le visage
d'un homme enterré en 2004 dans une zone retirée, une région "dans laquelle il
n'y a quasiment pas de Blancs", selon Me Gublin.
Si les analyses confirment que le squelette est bien celui de M. Kieffer,
Patrick Ramaël, co-saisi avec le juge d'instruction Nicolas Blot, devra encore
déterminer les circonstances du crime, "confondre coupables et
commanditaires", comme l'a noté Reporters sans frontières (RSF), partie civile
dans l'enquête.
L'une des thèses est que les travaux de Guy-André Kieffer sur la filière
cacao gênaient les autorités.
"Soit on a voulu lui faire peur et les choses se sont mal passées, soit on
a purement et simplement voulu le faire disparaître", indique Me Gublin. "Nous
avons aujourd'hui bon espoir de voir enfin la vérité éclater dans cette
affaire."

LIENS PROMOTIONNELS