Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches



Comment

Économie

Impacts de la baisse de la note française : L’économie ivoirienne cours de gros risques
Publié le lundi 16 janvier 2012   |  La Tribune de l'Economie




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Les marchés financiers internationaux courent d’être fortement perturbé ce matin. La nouvelle est finalement tombée le Vendredi dernier en soirée. La France vient de perdre sa note triple A qui lui était attribué jusque-là par les grandes agences de notation financières. L’une d’entre elles, Standard and Poor’s l’a abaissé d’un cran. Elle passe désormais du AAA au AA+. Elle a même ajouté la menace selon laquelle cette notation n’exclut pas une nouvelle dégradation d’un cran au cours de l’année 2012 ou 2013 si les finances de la France ne se redressent pas. Au-delà des conséquences que cette information pourrait avoir sur les finances de Paris, l’on discerne après analyse que cette dégradation pourrait aussi avoir des effets négatifs sur l’économie ivoirienne.

La coopération économique entre Paris et Abidjan pourrait être revue

L’effet immédiat que la Côte d’Ivoire ressentira est dans un premier temps la révision du contenu de la coopération économique entre nos deux pays. De nombreux leaders d’opinion de la vie politique en France ont déjà commencé à proclamé que cette dégradation sonnait le glas de l’échec de la politique économique menée par le président Nicolas Sarkozy. Or les élections présidentielles se dérouleront en France dans moins de 100 jours. Si le peuple français, qui voit cette dégradation comme un véritable décide d’opter pour un vote sanction, le président Nicolas Sarkozy risque de perdre ces élections présidentielles. L’avènement d’un autre personnage à la tête de cet Etat, par exemple le socialiste François Hollande, pourrait se présenter comme un nouveau virage pour les relations économiques entre la Côte d’Ivoire et la France. Nul n’est sans ignorer que le président Alassane Ouattara noue depuis de longues dates une amitié toute particulière avec le président Sarkozy. L’éventuel départ de Sarkozy de l’Elysée et l’arrivé probable d’un président socialiste ou écologiste pourrait modifier la nature des relations économiques avec le gouvernement ivoirien qui a opter pour une économie libérale.

Lire la suite dans LA TRIBUNE DE L’EONOMIE 85 en vente dans vos kiosques à journaux :

LIENS PROMOTIONNELS