Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Sport
Article


Résultats des matchs de foot

Comment

Sport

Can Orange 2012-Finale Côte d’Ivoire- Zambie : Dimanche, le grand soir !
Publié le samedi 11 fevrier 2012   |  Soir Info


Football:
© Getty Images par DR
Football: CAN 2012, Demi-finale: Mali 0 - 1 Cote d`ivoire
Libreville (Gabon), 08/02/2012


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Côte d’Ivoire- Zambie. Ce n’était pas l’affiche rêvée des bookmakers. Mais c’est bien le plateau de la finale de la 28e Can de football qui se jouera ce dimanche 12 février 2012, à 20h30 locales (19h30 Gmt) au stade de l’Amitié sino-gabonaise de Libreville. La Zambie a déjoué tous les pronostics en éliminant le Ghana (1-0), favori désigné pour se hisser en finale. Pour autant, elle n’a pas usurpé sa qualification. Elle l’a bien méritée et même plus. Les Zambiens, comme les Eléphants de Côte d’Ivoire, seront à leur troisième finale de la compétition, après 1974 et 1994. C’est pour cela qu’elle n’est pas un adversaire quelconque, même si ses deux premières tentatives se sont soldées par des échecs contre respectivement le Zaïre (2-0) et le Nigeria (2-1). Les Eléphants sont donc avertis. Car c’est une équipe qui possède en son sein des joueurs de qualité comme Chistopher Katongo, Sunsu Stoppila, Kalaba Rainford, … «Si la Zambie est arrivée en finale, cela veut dire que c’est une très bonne équipe. Mais si nous sommes en finale, c’est parce que nous n’avons négligé personne. Nous allons donc bien préparer cette finale», affirmait Bamba Souleman. Fidèles à leur ligne de conduite depuis l’entame de la compétition : le respect de l’adversaire, les Eléphants qui sont à 90 mn du sacre, n’entendent rien négliger. Ils le savent si bien, ces joueurs dont tout le monde vante les qualités, qu’ils ont là une belle opportunité de gagner la Coupe. Non pas parce que l’adversaire est un nain, mais parce que de façon intrinsèque, la Côte d’Ivoire semble un cran au-dessus. Mais, comme l’a toujours soutenu l’entraîneur Zahoui, le match ce n’est pas avant, mais c’est la réalité du terrain qui compte.

Minutieusement et sans faire de bruit, il a préparé ce grand rendez-vous, dans le plus grand secret. Evitant soigneusement d’aller s’entraîner pour ne pas se faire épier par son adversaire. Le technicien ivoirien ne devrait logiquement pas chambouler son équipe. Il va reconduire la même équipe qui a éliminé le Mali en demi-finale, à un élément près. Car vraisemblablement, Boka Arthur aura sa préférence pour la défense gauche de son équipe en lieu et place de Tiéné Siaka, peu convaincant. On va donc retrouver Copa- Gosso, Boka, Bamba, Kolo- Zokora, Tioté, Yaya, Drogba, Gervinho, Kalou. Une équipe pour faire sauter le verrou zambien. Car, comme l’a dit le sélectionneur ivoirien, c’est une équipe très cohérente qui a un très bon fond de jeu. Elle va toujours vers l’avant, ne lâche rien et ne doute surtout pas. Les Eléphants devront donc aller puiser au fond d’eux-mêmes. Parce que cette équipe zambienne qui a envie de réécrire, l’histoire, sa propre histoire, voudra rendre hommage à ses anciens joueurs qui ont péri dans un crash d’avion au large de Libreville en 1993, alors qu’ils s’en allaient jouer contre le Sénégal à Dakar. En face, les Ivoiriens rêvent de décrocher la timbale pour contribuer à la réconciliation d’un peuple déchiré par dix ans de crise politico-militaire. On s’attend donc à une partie engagée et acharnée car les deux équipes ont des arguments à faire valoir. La Côte d’Ivoire possède la meilleure attaque avec neuf buts marqués tout comme la meilleure défense avec zéro but encaissé en cinq matches. Didier Drogba (Côte d’Ivoire) et Christopher Katongo (Zambie) ont chacun trois buts et peuvent encore prétendre au titre de meilleur buteur. Les deux formations se sont rencontrées déjà à trois reprises en phase finale de la Can. Et la Zambie mène deux (1974 et 1994 (1-0) contre un (1992, 1-0). Le décor est donc planté, place au jeu. Ce dimanche soir, l’histoire va absolument connaître une évolution.

Guillaume AHOUTOU (Envoyé spécial à Libreville- Gabon)

LIENS PROMOTIONNELS