Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches



Comment

Société

Affrontement entre population et Frci à Arrah : Plusieurs morts, des domiciles dont ceux du chef et du frère aîné d’Affi N’guessan incendiés
Publié le mardi 14 fevrier 2012   |  Soir Info




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Des violents heurts entre population et éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) ont éclaté dans la journée du dimanche dernier et du lundi 13 février 2012 à Arrah, localité située à une trentaine de kilomètres au sud du chef lieu du département de Bongouanou. Si la situation électrique qui régnait dans la zone ne nous a pas permis de nous rendre sur les lieux, des sources jointes sur place ont rapporté un bilan lourd. Environ une dizaine de morts auraient été enregistrés et plusieurs domiciles dont celui de Nanan Téhoua II, le chef de la localité et celui de Kouamé Oi Kouamé Bernard (frère aîné de Pascal Affi N’guessan), ancien maire d’Arrah, auraient été incendiés. Aux environs de 14h, nos sources ont indiqué que les populations apeurées étaient encore terrées chez elles. La ville étant réduite en un véritable champ de bataille. A l’origine de ces affrontements, un problème de cohabitation entre les Frci et une frange de la population. En effet, le mardi 7 février dernier déjà, des jeunes de la localité de Kotobi (située à 12 km de Bongouanou), fustigeant le racket dont ils étaient souvent l’objet, avaient demandé aux hommes en tenue postés à l’entrée de leur bourg de quitter les lieux. Ce que ceux-ci auraient fait. Dans la journée du dimanche 12 février, c’était au tour des jeunes de la localité d’Arrah de réclamer, eux aussi, le départ des Frci postées au corridor sud de leur ville. Et comme pour traduire leur détermination, ces jeunes se seraient rendus audit corridor et auraient désarmé les éléments des Frci en ces lieux avant de mettre le feu à leur hangar. Cela fait, toujours selon nos sources, ces jeunes faisant preuve d’une impétuosité particulière, se seraient rendus au foyer ‘’Bomo Henriette ‘’ base des Frci, qu’ils ont alors encerclé dans le but de les déloger. Il aura fallu l’intervention des éléments de la gendarmerie et de l’Onuci alertés, pour ramener le calme dans la soirée de ce dimanche. On pensait alors l’incident clos lorsque dans la journée d’hier, lundi 12 février, de nouveaux affrontements, plus violents cette fois, sont à nouveaux enregistrés. Des domiciles et des commerces sont pillés et incendiés, des coups de feu et des agressions à l’arme blanche et autres jets de projectiles sont enregistrés, causant plusieurs blessés et même des morts. On parle même d’une dizaine. Chiffre que nous n’avons pu vérifier du fait de l’impossibilité de nous rendre sur le terrain. Dans les heurts, le domicile du chef Nanan Téhoua II, et celui de Kouamé Oi Kouamé, frère aîné d’Affi N’guessan et ancien maire d’Arrah n’ont pas été épargnés. Aux environs de 15h, au moment où nous mettions sous presse, un calme précaire régnait dans la ville où les autorités tentaient une médiation entre les deux camps.

Zéphirin NANGO

LIENS PROMOTIONNELS