Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches



Comment

Économie

Après la filière café-cacao, Plusieurs autres réformes adoptées en 2012
Publié le mardi 21 fevrier 2012   |  Le Mandat


Activités
© Ministères par DR
Activités gouvernementales: Le ministre Mamadou Coulibaly Sangafowa, à l`installation du Comité de suivi de la reforme de la filière café-cacao
Photo: Le ministre Mamadou Coulibaly Sangafowa, de l`Agriculture


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Les fonctionnaires et agents du ministère de l’Agriculture ont présenté leurs vœux de nouvel an à leur ministre de tutelle, Coulibaly Sangafowa. Saisissant cette occasion, le premier responsable de l’agriculture a donné les grandes lignes de son département pour cette année 2012.

Après la réforme de la filière café-cacao, le gouvernement s’attèle à assainir d’autres secteurs d’activités. C’est le ministre de l’Agriculture, Coulibaly Sangafowa, qui l’a annoncé, vendredi 17 février, au Plateau. Au même titre que la filière café-cacao, d’ici à la fin de cette année 2012, la réforme de la filière café-cacao sera adoptée par le gouvernement. Cette réforme est très attendue par les milliers de producteurs de coton et d’anacarde. « L’une des réformes qui nous tient le plus à cœur et qui est indispensable à la relance durable du secteur agricole concerne l’amélioration de la professionnalisation et de la représentativité du secteur, depuis la foresterie jusqu’aux ressources animales, en passant par les productions végétales », a soutenu le ministre Sangafowa Coulibaly. Cette réforme qui aura pour base l’identification exhaustive des exploitations et des exploitants et permettra un assainissement définitif du mouvement coopératif, la création d’une interprofession par la filière dont l’ordonnance a été adoptée en conseil des ministres le 21 novembre 2011 et facilitera la mise en place de la nouvelle Chambre d’agriculture. Pour mettre fin aux conflits fonciers qui occasionnent de nombreux affrontements mortels, le gouvernement a décidé de relancer, de façon intensive, avant la fin de l’année, la mise en œuvre de la loi sur le foncier rural par une grande sensibilisation, une amélioration des procédures d’acquisition des titres fonciers, une meilleure maîtrise des coûts et par le renforcement du cadre institutionnel. Durant les six mois qui ont suivi la crise postélectorale, l’Etat ivoirien, avec l’aide de ses partenaires au développement, s’est attelé à la mise en œuvre d’un programme d’urgence consacré à la réhabilitation de l’outil de production. Le montant global de ce programme a été de 50 milliards FCFA, dont 5 milliards du Programme présidentiel d’urgence. Le ministre Coulibaly Sangafowa, s’adressant à ses collaborateurs, a justifié que les contre-performances actuelles du secteur sont essentiellement le fait, d’une part, d’un déficit criard de l’investissement agricole depuis des décennies et, d’autre part, de la mauvaise gouvernance dans le secteur. Pour finaliser le programme national d’investissement agricole, le gouvernement compte injecter environ 1000 milliards FCFA sur 5 ans et la mise en œuvre démarre en 2012. Ainsi, désormais, 15 % de la dépense publique sera consacrée au secteur agricole.

BENJAMIN SORO

LIENS PROMOTIONNELS