Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Faits Divers
Article



Dernières dépêches



Comment

Faits Divers

Mutilations génitales féminines /Arrêtées en flagrant délit : Deux exciseuses jetées en prison
Publié le mercredi 22 fevrier 2012   |  L'expression




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Quelques jours après la célébration de la Journée mondiale de lutte contre les Mutilations génitales féminines (Mgf), deux exciseuses viennent d’être mises aux arrêts à Bouaké.
Elles ne veulent toujours rien comprendre. Et la justice, elle, a décidé de frapper fort dans les rangs des personnes qui continuent de perpétuer cette pratique. Prises en flagrant délit, il y a quelques jours, deux exciseuses sont actuellement dans les liens de la détention à Katiola.

Selon les informations recoupées, ce beau coup de filet est à mettre à l’actif des autorités judiciaires de la capitale de la région du Hamboll. « Tout est parti d’un coup de fil anonyme, informant le parquet de la présence suspecte d’un groupe de femmes exciseuses près de la forêt sacrée du quartier de Lafonkaha, sis en pleine ville de Katiola. L’informateur a révélé que ces femmes étaient en train de mutiler des jeunes filles innocentes. Pour en avoir le cœur net, les autorités judiciaires ordonnent une descente musclée des forces de l’ordre à l’endroit indiqué. La police investit aussitôt les lieux. Mais trop tard, deux petites filles avaient déjà été amputées d’une partie de leur appareil génital», indique notre source. Et d’ajouter : « Les deux victimes étaient respectivement âgées de quatorze et dix-huit mois. Elles ont été conduites vers un centre de santé grâce à des Ong. Quant aux deux exciseuses, elles ont été mises aux arrêts. L’instruction de leur dossier auprès de la justice suit son cours. Des sources révèlent qu’elles seront aujourd’hui à la barre avec les parents complices pour répondre de leur crime». Interrogée, une source proche du système des Nations unies a confirmé l’arrestation des exciseuses. Elle a souhaité que ce coup de poing de la justice amène ces femmes récalcitrantes à renoncer définitivement à cette pratique proscrite par la loi. Avec cette affaire, l’on peut aisément dire que la pratique de l’excision a la peau dure dans la région du Hamboll. Il y a deux mois, aux environs du canton de Kotolo, dans le département de Dabakala, une série d’excision avait causé le malheur de près de 50 jeunes filles.

Marcel Konan
Correspondant régional

LIENS PROMOTIONNELS