Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches



Comment

Politique

Entrée des pro-Gbagbo au gouvernement : Gervais Coulibaly sollicite Badini
Publié le jeudi 23 fevrier 2012   |  Nord-Sud




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


L’entrée des partisans de Laurent Gbagbo dans le prochain gouvernement Ouattara se précise. Lundi dernier, Gervais Coulibaly, président de Cap unir pour la démocratie et le développement (Cap-Udd), était, en effet, chez le Représentant spécial du facilitateur du dialogue direct, Bouréima Badini, au Plateau. L’ancien porte-parole de Laurent Gbagbo est allé solliciter du représentant de Blaise Compaoré, son concours pour la relance du dialogue opposition-pouvoir. Assurément, la question de l’entrée dans le prochain gouvernement des partisans de M. Gbagbo a occupé une bonne place dans les échanges, même si des deux côtés, personne ne veut le confirmer. Ce qu’ils ont accepté de révéler, c’est qu’ils ont évoqué les problèmes de sécurité, de démocratie, de réconciliation nationale et de développement du pays. S’agissant du premier point, Gervais Coulibaly a reconnu les efforts déployés par les autorités ivoiriennes. Il estime que l’accent doit être mis sur la sécurité des biens et des personnes, la lutte contre les agressions, les braquages, les assassinats et autres vols avec infractions. Aussi voit-il la question de l’encasernement des Forces républicaines de Côte d’Ivoire (Frci) comme un préalable pouvant atténuer l’insécurité et la méfiance au sein des populations. Le président de Cap-Udd, toujours d’après le cabinet, s’inscrit pleinement dans la dynamique du processus de réconciliation nationale. Il a cependant regretté la lenteur de la Commission dialogue, vérité et réconciliation (Cdvr). Et, jugé que l’empêchement des manifestations de l’opposition peut être interprété comme une absence totale de démocratie. Outre la libération des cadres pro-Gbagbo et le dégel de leurs avoirs, M. Coulibaly souhaite l’impartialité dans les nominations, la reprise des cours à l’université cette année, le règlement de la question foncière, le retour des Frci dans les casernes. Bouréima Badidni a pris note de toutes ces préoccupations et confié qu’il ne ménagera aucun effort en vue d’aider la Côte d’Ivoire dans la recherche de la paix et de la réconciliation.

S.T.C. (stagiaire)

LIENS PROMOTIONNELS