Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Partielles à Bouna et à Fresco Kaba, Lobognon : défaite interdite
Publié le samedi 25 fevrier 2012   |  Nord-Sud


Activités
© Ivoire-Presse par DR
Activités gouvernementales : Le ministre Alain Lobognon reçu par la représentante de la FAO Côte d`Ivoire Mme Marie-Noelle KOYARA
Jeudi 16 février 2012 . Siège de la FAO(Food and Agriculture Organization) Deux-Plateaux Vallon. Le Ministre Alain Lobognon rencontre la représentante de la FAO Côte d`Ivoire Mme Marie-Noelle KOYARA dans le cadre des nouvelles orientations d’emplois en faveur des jeunes dans l’agriculture.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le scénario serait si cauchemardesque qu’ils n’osent pas du tout l’envisager. C’est donc avec un certain stress que tous les candidats qui avaient été élus, au terme du scrutin du 11 décembre 2011, sont retournés durant ces six derniers jours solliciter à nouveau le suffrage des électeurs. Mais, plus que Koné Yacouba (Rdr à Bonon) ou Mamadou Dély (Udpci à Biankouma), le stress d’Alain Lobognon, ministre de la Promotion de la jeunesse, de Nialé Kaba, ministre du Logement et à une moindre mesure, celui d’Issa Coulibaly, directeur général des douanes ivoiriennes, devait avoir un goût vinaigre. En effet, les deux premiers cités sont les seuls ministres dont l’élection a été invalidée par le Conseil constitutionnel.

C’est donc avec un pincement au cœur qu’ils ont dû s’incliner devant l’arrêt du juge des élections. Contre mauvaise fortune, ils ont dû faire bon cœur en se présentant devant leurs électeurs. Sans tambour ni trompette, pour les uns, (re)déploiement de la grosse artillerie pour les autres, toujours est-il que chacun des poids lourds parmi les candidats concernés par ces partielles n’a pas manqué d’arguments. Et, pour les deux ministres en lice, l’enjeu de la (ré)élection est bien au-delà du prestige. La confirmation ou non de leur victoire lors du scrutin du 11 décembre 2011 pourrait influer sur leur avenir au gouvernement. Alassane Ouattara voudra-t-il garder dans son écurie des ministres défaits aux législatives ? Pas si sûr, surtout qu’une information persistante, en novembre dernier, avait laissé entendre que le chef de l’Etat pourrait se passer de tous ceux qui sont allés solliciter le suffrage du peuple sans succès. Autant le dire, Alain Lobognon, Nialé Kaba et Issa Coulibaly jouent donc gros.

M. D.

LIENS PROMOTIONNELS