Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Après les événements de vendredi à Bonon : KKB raconte sa bastonnade
Publié le mardi 28 fevrier 2012   |  L'expression


Report
© Le Mandat par DR
Report de la marche du 15 mai: KKB affirme son soutien au président Bédié
Mardi 18 mai 2010. Abidjan, Maison du parti à Cocody. Le président kouadio Konan Bertin anime une conférence de presse après le report de la marche du 15 mai


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le premier responsable de la jeunesse du Pdci en a gros sur le cœur. Et pour cause. Kouadio Konan Bertin dit KKB était vendredi sur le terrain politique, pour soutenir le candidat indépendant, dans le cadre des législatives partielles du dimanche 26 février. Issu du Pdci, le candidat, arrivé en seconde position le 11 décembre 2011, a reçu le soutien de son parti pour ces partielles. C’est après un meeting que le président national des jeunes du vieux parti a été bastonné par des jeunes qu’il présente comme des partisans du Rdr. « Après un beau meeting dans le calme et la courtoisie, nous avons rendu une visite de courtoisie aux membres de la Cei. Les civilités n’ont pas duré plus d’une minute. Dès que nous sommes sortis de la salle, j’ai vu des personnes en tee-shirts et chemises à l’effigie d’Alassane Ouattara à bord de véhicules Kia descendre sur les lieux. Avec devant eux le candidat du Rdr, Koné Yacouba. J’ai même demandé à Yacouba ce qui se passait. Ils ont commencé à nous battre(…). Lorsque je me suis retrouvé par terre, j’ai entendu Koné Yacouba téléphoner à un ministre, lui disant que j’étais dans le coma ou que j’étais déjà mort », a raconté KKB. Qui affirme que ceux qui l’ont passé à tabac ne sont pas des militants du Pdci, en dépit des problèmes internes qui l’opposent à des personnes au sein de son parti. Interrogé sur l’identité du ministre en question, il n’a pas voulu le nommer, remettant à plus tard le grand déballage. « Plus tard, je me prononcerai. Il y a des rendez-vous inévitables », a-t-il promis. Informant qu’il portera plainte. Le N°1 des jeunes du Pdci a annoncé que ses camarades entendent se réunir mercredi, pour se prononcer sur ce qui est arrivé à leur leader.
Le soutien qui n’est pas venu
Transporté à l’hôpital pour des soins, à la suite de la bastonnade, KKB a regagné Abidjan dimanche. « Mais depuis vendredi, jusqu’à ce jour, je n’ai reçu aucun appel, aucun mot de réconfort venant de mon père Henri Konan Bédié. Et ça, ça m’a mis dans le doute », a déploré le député de Port-Bouët. Des cadres de son parti l’ont certes appelé pour le réconforter, comme le secrétaire général du Pdci Alphonse Djédjé Mady. « Mais aucun coup de fil au Pdci ne peut remplacer celui du président Bédié », a précisé le conférencier. Pour lui, aucune adversité n’entamera sa décision de marcher sur les traces du père fondateur de la Côte d’Ivoire moderne. « Tant que je suis convaincu que mes actions vont dans la droite ligne de la philosophie de Félix Houphouët-Boigny, je ne craindrai rien, car rien ne m’arrivera. Un héritage s’assume et je l’assumerai. Et ça, je suis intransigeant là-dessus », a averti KKB, qui affirme d’ailleurs, ne rien attendre de personne. L’homme annonce pour le 17 mars, un grand rassemblement des jeunes du Pdci au Palais de la culture de Treichville, où « nous allons courageusement indiquer le chemin au Pdci ».

Ouattara Abdoul Karim

LIENS PROMOTIONNELS