Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Faits Divers
Article



Dernières dépêches


Comment

Faits Divers

29 février / Année dite bissextile : Voici pourquoi des personnes ne fêtent leur anniversaire que tous les quatre ans
Publié le jeudi 1 mars 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

La journée d’hier mercredi 29 février 2012 était un jour particulier pour Maurice T et Géneviève Attialé dite ‘’Géné’’. Parce que, comme des millions de personnes, ils avaient l’occasion de fêter le jour de leur naissance, chose qu’ils ne font qu’une fois chaque quatre (4) ans. Les explications de ce phénomène sont fournies par la physique astronomique.

Le 29 février est un jour intercalaire. L'intercalation est, en mesure du temps, l'addition ou la soustraction d'une certaine durée (secondes, jours, semaines ou mois) à une horloge ou un calendrier pour mieux faire coïncider leurs indications qui sont des conventions humaines, avec un cycle astronomique lié à la Terre. Dans beaucoup de calendriers, cette intercalation est effectuée en ajoutant un certain nombre de jours supplémentaires à une année normale. Dans le calendrier grégorien (le calendrier grégorien est un calendrier solaire conçu à la fin du XVIe siècle pour corriger la dérive séculaire du calendrier julien alors en usage. Il porte le nom de son instigateur, le pape Grégoire XIII. Adopté à partir de 1582 dans les états catholiques, puis dans les pays protestants, son usage s'est progressivement étendu au début du XXe siècle ; il est utilisé aujourd'hui dans la majeure partie du monde comme un jour supplémentaire ajouté à l'année normale, ou commune, de 365 jours, créant ainsi une année bissextile de 366 jours. Ce jour intercalaire est le 29 février, utilisé tous les 4 ans, sauf si le numéro de l'année est divisible par 100 et pas par 400. En moyenne, cela permet d'obtenir une année calendaire de 365,2425 jours qui se rapproche ainsi de la durée réelle de l'année tropique.

Explication d’une année bissextile
Une année bissextile est une année comptant 366 jours au lieu de 365, c'est-à-dire une année comprenant un 29 février (telle que l'année 2012). Le terme vient du latin bis-sextilis, qui signifie «deux fois (bis) sixième (sextus)». L'objectif est d'aligner au mieux les indications du calendrier avec la durée de l'année tropique qui ramène les saisons. Celle-ci durant 365,242198 jours et non pas exactement 365 jours, on est amené à introduire périodiquement un jour supplémentaire dans le calendrier de sorte que la durée moyenne de l'année du calendrier soit la plus proche possible de la durée de l'année tropique. Par exemple, la règle utilisée par le calendrier grégorien conduit à une durée moyenne de l'année de 365,2425 jours. Sont donc bissextiles les années : soit divisibles par 4 mais non divisibles par 100 ; soit divisibles par 400. Donc, inversement, ne sont pas bissextiles les années : soit non divisibles par 4 ; divisibles par 100, mais pas par 400. Ainsi, 2012 est bissextile. L'an 2008 était bissextile suivant la première règle. L'an née 1900 n'était pas bissextile, car divisible par 100, ce qui est contraire à la première règle (ou exclusif), et non divisible par 400, ce qui confirme la seconde. L'an 2000 était bissextile car divisible par 400.

Quelles sont les règles en matière d’anniversaire ?
Les personnes étant nées un 29 février fêtent habituellement leur anniversaire le 28 février les années non bissextiles comme 2011 ou 2013. Dans certains pays, par exemple à Taïwan, une personne née un 29 février l'est légalement le 28. Une personne née le 29 février 1980 aurait eu 18 ans le 28 février 1998. Depuis 1980 en France, un petit groupe de personnes édite un journal qui paraît seulement les 29 février, appelé La Bougie du sapeur. En 2012, il publiera son numéro 9. Il y a eu un 29 février en 2000, 2004, 2008, 2012, le prochain en 2016 ensuite en 2020, puis en 2024 etc.
Maurice et Géneviève, il faut le dire ont marqué leur étonnement et surtout leur méconnaissance face à toutes ces explications scientifiques. « Quand j’étais au collège en classe de seconde, un professeur de sciences physiques a bien tenté de m’expliquer les choses. Mais, il faut savoir que je n’avais rien compris. D’ailleurs, les calculs et la science ce n’était pas mon fort », explique Maurice. Lui, il a trouvé la parade pour fêter son anniversaire. «Quand février se termine, que ce soit le 27 ou le 28, c’est mon anniversaire», coupe-t-il court. Quant à Gégé, commerçante de son état, ce casse-tête a été très tôt résolu. «Je fête mon anniversaire le 1er mars et c’est tout. Car, je ne sais pas pourquoi, il faut chaque 4 ans avant d’avoir un 29 février sur le calendrier. Ces histoires de blanc, je les ai vite réglées», nous a-t-elle assuré.

Olivier Guédé

LIENS PROMOTIONNELS