Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

La RTI Bouaké renaît avec "une nouvelle vision"
Publié le vendredi 2 mars 2012   |  AIP


Ministère
© Abidjan.net par Emma
Ministère de la Communication: Hamed Bakayoko passe le témoin au nouveau ministre, Souleymane Coty Diakité
Lundi 6 juin 2011. Abidjan. Cabinet du ministère de la Communication. Cérémonie de passation des charges entre les ministres Hamed Bakayoko et Diakité Coty


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dossier

Presse 2012

Bouaké - La télévision publique régionale (RTI) de Bouaké dont les locaux et le matériel avaient été pillés et saccagés aux premières heures de la crise militaro-politique déclenchée en Côte d’Ivoire le 19 septembre 2002, a effectué son retour, jeudi.

La cérémonie de lancement a été organisée en présence du ministre de la Communication, Diakité Souleïmane Coty, et de son collègue l’Artisanat et des PME, Konaté Sidiki, représentant le Premier ministre Guillaume Soro, président de la manifestation.

Dix ans après, la télévision de Bouaké renaît avec "une nouvelle vision", son nouveau slogan, pour être proche des téléspectateurs et traduire dans son programme les préoccupations des populations.

Installée dans les locaux de la station régionale de radio Bouaké, la télévision est dotée d’un ensemble de matériel ultra moderne avec un émetteur aussi performant que celui de RTI 1 et capable de porter des images et du son de qualité sur un rayon d’environs 65 Km. Certaine des émissions de TV Bouaké sont diffusées sur l’ensemble du territoire et même sur le bouquet.

Le ministre de la Communication a déclaré qu’avec le lancement de la télévision, après la radio Bouaké, c’est donc un dispositif de communication complet que le gouvernement met à la disposition des populations et des autorités de la région de Gbèkè.

Aussi, a-t-il invité les responsables de la RTI à faire de la télévision publique locale de Bouaké, une plateforme d’information et de communication à toutes les initiatives locales engagées dans la consolidation de la paix et de la réconciliation nationale, mais également un média de raffermissement et d’enrichissement des diversités culturelles ivoiriennes et sous régionale qui symbolisent la ville de Bouaké.

« RTI Bouaké doit être donc ouverte à tous les groupes ethniques et sociaux, à toutes les religions. Dans cette perspectives, vous devez concevoir et mettre au service de la diversité, des programmes adaptés aux réalités du terroir », a recommandé Diakité Souleïmane Coty.

Notant les efforts d’investissement du gouvernement ivoirien pour la reprise des activités de RTI Bouaké, le ministre a conseillé le bon entretien du précieux équipement mis à la disposition des responsables de la RTI, afin de réussir leur mission.

Le premier responsable de la Communication a demandé au PCA et au DG de la RTI de faire en sorte à redorer le blason du service public de l’audiovisuel et en assurer la survie, face à la concurrence qui frappe avec impatience et insistance à la porte, avec l’imminence de l’ouverture de l’espace audiovisuel.

Le ministre Konaté Sidiki a pour sa part souhaité une télévision des régions, une télé aux couleurs locales des villages et des villes, où on apprend les vraies histoires de la Côte d’ Ivoire. « Ces images et ces informations nous manquent et votre télé que vous ouvrez ce matin (jeudi, ndlr) doit répondre à ces défis pour que l’Ivoirien ait véritablement un outil d’information national (…). Nous voulons que TV Bouaké soit cette télévision, avec peu de politique et beaucoup d’informations », a conseillé le représentant du Premier ministre.

Auparavant, le directeur général de la RTI, Aka Sayé Lazare avait indiqué que l’inauguration de la télévision Bouaké, deux mois seulement après celle de la radio (le 29 décembre 2011), ne sont que les premières d’une série qui va s’étendre aux grandes régions de la Côte d’Ivoire. Ce, pour permettre à la RTI de jouer, à l’heure de l’ouverture du paysage audiovisuel, la carte de la proximité afin de susciter l’adhésion des auditeurs et téléspectateurs.

Le directeur général de la RTI a invité ses collaborateurs à utiliser le matériel qui est mis à leur disposition, au service du professionnalisme. « Qu’elle soit aussi une source de motivation et d’émulation en votre sein afin que vous proposiez aux téléspectateurs et aux auditeurs des programmes dynamiques et innovant », a-t-il insisté.

Aka Sayé Lazare a exhorté ses collaborateurs à relever le défi de faire de la RTI en général et de la RTI Bouaké en particulier une référence, un instrument de réconciliation de cohésion sociale et de paix. Il a, en prévision de l’extension des différents services, sollicité l’appui du maire de Bouaké, Fanny Ibrahima, pour l’acquisition de l’îlot qui abrite la station régionale de Bouaké.

LIENS PROMOTIONNELS