Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Opération ‘’Kodjo rouge’’ à Paris Comment le FPI se ridiculise
Publié le mardi 27 mars 2012   |  Le Patriote




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Si le ridicule tuait. Le Front populaire ivoirien visiblement en perte de vitesse, depuis la perte du pouvoir d’Etat, ne cesse de multiplier les actes humiliants. La dernière trouvaille des femmes dites ‘’patriotes et résistantes’’ sur les bords de la Seine, a été une opération dénommée ‘’Kodjo rouge’’ pour, disent-elles, maudire le président français Nicolas Sarkozy. A la place ‘’Trocadéro’’ de la capitale française, ces femmes qui ont fui leur pays qu’elles prétendent aimer pour aller se trouver un avenir en France, se sont données en spectacle avec des Kodjo (cache-sexe) rouges et surtout des invectives à la bouche. Nourries à la seive des injures, de la violence, de la barbarie et de la haine viscérale, ‘’les aventurières’’ qui profitent pourtant de l’hospitalité de la France, n’ont pas hésité à traiter le président Sarkozy ‘’d’assassin’’. Faut-il en rire ou en pleurer ? Tranchement, le FPI fait honte à la Côte d’Ivoire et à toute l’Afrique. Par ailleurs que ne fut pas la surprise des français de voir ces femmes étranges certainement sous l’effet néfaste de la haine, proférer des invectives gratuites qu’elles ont qualifiées de malédictions à l’endroit des autorités. Ces pratiques dignes de l’Afrique ‘’sauvage’’ et ‘’brutale’’ n’ont pas leur place dans les pays civilisés. C’est pourquoi, la police guidée par le respect des institutions de la République française a dispersé cette manifestation dégradante pour l’image d’une Côte d’Ivoire responsable et digne. Surtout que, aveuglé par le sentiment anti-français, Abel Naki, président du congrès pour la renaissance ivoirienne et panafricaine, investigateur de ces manifestations, n’a pas eu de peine à marquer son soutien à Mohamed Merah, le présumé assassin de Toulouse. Il a été mis aux arrêts puis relâché. Des « Kodjos rouges » à Paris, quel spectacle ! Ces dames qui ont quitté leur pays à la recherche d’un mieux-être, pensent-elles que leurs hôtes savent la signification de ces mouchoirs attachés comme des cache-sexe ? Au village pour que ce sortilège opère, il faut bien y croire. Sont-elles sûres que le président français partage leur superstition ? Les Français passant par-là ont dû se tordre de rire. Une honte pour le pays.

Lacina Ouattara

LIENS PROMOTIONNELS