Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

Salubrité / Mme Baudin Sarrahn Ouattara, DG de l’Anasur : ‘’La collecte des ordures n’est pas destinée à ceux qui n’ont pas réussi à l’école’’
Publié le jeudi 12 avril 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Un atelier sur la precollecte des ordures ménagères se tient du jeudi 12 avril au samedi 14 avril 2012 au CAMPC, à Cocody. Mme Baudin Sarrahn Ouattara, DG de l’Agence Nationale de la Salubrité Urbaine, (Anasur) a donné les motivations de ce projet.

Selon elle, la pré-collecte des ordures par des jeunes gens continue de susciter des débats tant, la précarité et la vétusté du matériel portent un préjudice énorme à l’ensemble de la population. Consciente du danger que cela représente, l’Anasur veut rompre avec ces habitudes en formant les pré-collecteurs aux nouvelles techniques de pré collecte et surtout au tri sélectif. Selon Mme Baudin la pré-collecte, est la première étape du processus de collecte des ordures. Elle consiste à sortir les déchets solides des ménages et à les acheminer vers des centres de groupage. Cette activité se déroule dans des conditions rudimentaires. Les pré-collecteurs travaillent d’une manière générale avec des charrettes en bois et des brouettes à traction humaine. La rentabilité de leur activité est insatisfaisante en ce sens que l’effort fourni n’est pas proportionnel au résultat escompté. L’utilisation de ce matériel inapproprié a pour conséquence, le déversement fréquent des déchets ménagers sur les voies de circulation, dans les ravins... ce qui cause des nuisances aux riverains et aux passants. L’Anasur, en sa qualité d’organe de régulation de la filière des déchets, a pour mission de l’organiser. Le projet de professionnalisation de la filière des déchets solides en Côte d’Ivoire s’inscrit dans cette dynamique. Il vise à améliorer le bien-être des populations à travers la professionnalisation de la filière. Il s’agit concrètement d’améliorer les mécanismes de pré-collecte des déchets par la mise en place de PME de pré-collecte, moderniser les équipements y afférents, réduire les risques d’épidémie et de contraction des maladies liées à l’insalubrité, mettre en place des unités de valorisation des ordures ménagères et assimilés. Tout ceci contribuera à la création d’emplois durables pour la jeunesse. «A l’endroit de la jeunesse ivoirienne, je voudrais dire que le métier de la collecte des ordures n’est pas destiné à ceux qui dit-on, n’ont pas réussi à l’école. C’est un secteur très porteur que l’Anasur entend formaliser et valoriser», a-t-elle relevé. Pour sa mise en œuvre, le projet selon elle, a été divisé en quatre composantes. La première concerne l’élaboration du Répertoire des Emplois-métiers et des Référentiels de Compétence. «Nous entendons ainsi faire des métiers de collecte des ordures, non pas une activité dévolue aux personnes déscolarisées, mais plutôt un emploi dont l’accès est réglementé», a-t-elle expliqué. La seconde composante porte sur la gestion participative des déchets solides et la mise en place de PME de pré-collecte agrées par l’Anasur. Ceci permettant ainsi une modernisation de la pré-collecte. La troisième composante se rapporte à la formalisation d’une tarification de la pré-collecte en accord avec les ménages et la mise en place d’une clé de répartition. Cette composante sera présentée à la population au moment opportun. La quatrième et dernière composante vise à l’élaboration et la mise en œuvre d’un programme de sensibilisation d’éducation et de conseils en direction de la population, afin qu’elle s’approprie le projet.
Olivier Guédé

LIENS PROMOTIONNELS