Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Santé
Article



Dernières dépêches


Comment

Santé

Opinion / Déchets toxiques : les larmes de l’Afrique
Publié le vendredi 20 avril 2012   |  Ivoire-Presse


Médecine
© Abidjan.net par DR
Médecine - Dr Coulibaly Foungotin, généticien et Biologiste de la procréation


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Dans le film américain « Tears of the sun » (les larmes du soleil) avec l’acteur Bruce Willis et portant sur les guerres fratricides en Afrique, une séquence m’a particulièrement bouleversé. Un prêtre faisait ses bénédictions aux réfugiés qui fuyaient les rebelles en ces termes : « Que Dieu vous garde ». La réponse cinglante et sobre de Bruce Willis chargé de protéger les réfugiés fut : « Dieu a déjà quitté l’Afrique ». Je dois avouer que pas une journée ne se passe en Afrique sans que cette réponse sonne dans mes oreilles comme une fatalité, une résignation.

Le problème des déchets toxiques déversés en Côte d’Ivoire en est une parfaite illustration. Et la façon dont le problème est abordé et traité confine à l’hérésie collective. Quand un drame survient en dehors de l’Afrique, il est bien souvent le fait de catastrophes naturelles (seisme, tsunami, accidents nucléaires, etc.). La plupart des drames en Afrique sont le fait de la volonté des hommes (déchets toxiques, guerres, génocides, etc.).

Le Quotidien ivoirien « Fraternité Matin » a le mérite de susciter une polémique ces jours-ci sur la réalité de la nocivité ou non des déchets toxiques déversés à Abidjan. Le journal produit des expertises européennes qui allèguent de « l’innocuité » des déchets toxiques. Certains affirmant que pour qu’ils soient toxiques, il aurait fallu que ces déchets soient dilués dans une surface d’eau équivalente à je ne sais quel océan. Le modeste scientifique que je suis ne perçoit pas la relation établie entre la dilution des déchets toxiques et leur nocivité. Ces déchets étaient déjà sous forme liquide ou semi-liquide. Pour ces experts, la seule gêne était une mauvaise odeur. Avant de développer mes arguments sur la fausseté de ces expertises partisanes et méprisantes, je voudrais poser la question suivante. Si une odeur m’empêchant de respirer m’asphyxie et que je meurs, l’odeur est-elle mortelle ou pas ?
L’équipe de journalistes qui mène cette « Grandes Enquêtes » comme s’intitule la rubrique qui en assure la diffusion et qui a pris fait et cause pour les experts de Londres et d’Amsterdam, poursuit en mettant en doute l’avis des experts ivoiriens, en l’occurrence Madame le Professeur Hélène Yapo Etté qui a effectué les autopsies, et qui a établi un lien de causalité entre ces déchets toxiques et les corps autopsiés. Je reste pantois face à une analyse aussi superficielle, partielle et partiale des journalistes. Je suis cité parmi ceux qui ont évoqué « à tort » la dangerosité des déchets toxiques, alors que selon les experts européens, il n’en est rien. Pour une enquête dite « Grandes Enquêtes », je m’étonne que les journalistes n’aient point approché tous les experts ivoiriens pour étayer leurs enquêtes. Pourtant, je suis en Côte d’Ivoire en ce moment et Fraternité Matin sait comment me joindre. J’ai, effectivement, publié un article le 14 septembre 2006 dans FRATERNITE MATIN sur les effets et conséquences de ces déchets toxiques sur la santé de la population, de la faune, de la flore et de l’environnement, tout en prodiguant les mesures à prendre pour protéger les populations et la stratégie à adopter face au fléau et un deuxième article sur les déchets toxiques publié dans FRATMAT.info le 25 septembre 2009 intitulé « Béni soit TRAFIGURA, vivement le prochain déversement » (voir site www.crieafrique.net à la rubrique PRESSE). Les seules autorités qui ont à ce jour consenti à nous approcher pour recueillir notre opinion ne sont pas ivoiriennes. Il s’agit des Etats-Unis, à travers l’Université de Berkeley, qui ont estimé nécessaire de m’interviewer sur les déchets toxiques et interroger quelques victimes pour finalement produire un film de référence sur la question et qui a été projeté à l’Institut Goethe à Abidjan après la crise, en présence du fils de Patrice Lumumba et de quelques ambassadeurs et autorités. Ce film documentaire américain est intitulé «The Stinking Ship » « Le bateau puant » et la bande annonce peut être vue sur internet.

Je vais essayer d’expliquer en des mots simples et avec des comparaisons, pourquoi les déchets déversés à Abidjan sont toxiques et mortels et pourquoi il y a eu beaucoup de morts bien au-delà des estimations officielles et surtout pourquoi il va y en avoir, avec bien d’autres kyrielles de conséquences. N’en déplaise aux experts de Londres et d’Amsterdam et aux 84 milliards de frais d’honoraires qu’ils exigent (avocats et experts) ; (C’est vous qui le dites). A ce prix, beaucoup d’experts seraient prêts à faire passer l’Arsenic pour un fortifiant, si on le leur demandait. Et même d’en apporter la preuve scientifique.

Vous souvenez-vous de l’amiante ?

Ce fut un excellent isolant et résistant au feu qui a été grandement utilisé en France et dans le monde. Quelques scientifiques avaient évoqué la dangerosité de ce produit à l’époque, mais ils étaient comme nous, en ce moment, insignifiants devant le lobby industriel qui produisait ces isolants et qui était entouré d’experts les plus aguerris de l’époque pour vanter les bienfaits de l’amiante et de son innocuité. En 1997, quand la France interdisait enfin l’amiante après qu’il se s’est révélé très cancérigène, ce fut le plus grand scandale sanitaire. L'inhalation de fibres d'amiante est à l'origine de l'asbestose (fibrose pulmonaire), de cancers broncho-pulmonaires, ainsi que de cancers de la plèvre et de cancers des voies digestives. On prévoit près de 100 000 morts d’ici 2025 à cause de l’amiante. Au moment où éclate ce scandale, la plupart de ces experts ne sont plus là pour répondre des préjudices causés à la postérité. Or, les maladies liées à l’amiante représentent aujourd’hui en France la deuxième cause de maladies professionnelles et la première cause de décès liés au travail (hors accidents du travail).

Vous souvenez-vous du Distilbène ?

Le Distilbène (DES) est une hormone de synthèse utilisée pour prévenir les fausses couches. Entre 1948 et 1976, deux à huit millions de femmes ont été traitées avec cette molécule dans le monde. Des décennies plus tard, un certain nombre d'anomalies génitales ont été rapportées chez les enfants nés de mères ayant pris du DES pendant leur grossesse. Chez les filles, dès la puberté, ont été rapportées des malformations génitales plus ou moins typiques, des risques augmentés de cancer du vagin, et de nombreux cas de stérilité. Chez les garçons, il a été rapporté des cas de sténose de l'urètre, des kystes de l'épididyme, des malformations de l'urètre (hypospadia), des testicules non descendus (cryptorchidie), et des cas d'hypotrophie testiculaire ainsi qu'une diminution de la qualité du sperme (oligospermie). Les études montrent aujourd’hui que les conséquences vont porter sur 3 générations (père, fils, petits-fils) au moins.

Vous souvenez-vous de la Thalidomide ?

La thalidomide fut un médicament miraculeux utilisé abondamment dans la décennie1950-1960 comme sédatif et anti-nauséeux, notamment chez les femmes enceintes. Quelques années plus tard, face à la recrudescence d’enfants nés sans bras de femmes utilisant ces produits, on se rendit compte qu’il était responsable de graves malformations congénitales. Les enfants nés sans bras étaient atteints de phocomélie (car les avant-bras sans le bras rappelaient les phoques). Comme d’habitude, les responsables, notamment le fabricant Chemie Grünenthal, ont nié tout lien de causalité entre ces malformations congénitales et la thalidomide. Finalement, ils ont admis les effets tératogènes. Après un énorme scandale, le médicament fut retiré du marché mondial en 1961.

Corrélation !

Vous allez me dire quel est donc le lien entre ces scandales industriels et les déchets toxiques ! 1) Dans tous ces scandales sanitaires d’ampleur, des experts avaient certifié l’innocuité des produits, 2) Les coupables (industriels) ont toujours nié, experts à l’appui, la non existence d’un lien de causalité entre leur produit incriminé et les maladies survenues, 3) les maladies et la mortalité surviennent souvent des années plus tard en fonction de la quantité de produits utilisés, de la sensibilité, de l’âge et de la précocité ou non de la prise en charge. Dans tous les dossiers de scandales industriels, ces 3 facteurs interviennent. A votre avis, combien d’innocentes victimes de ces produits sont mortes dans l’indifférence avant que n’éclate le scandale de ces produits ? Dans le cas de la Côte d’Ivoire, c’est encore pire. Il s’agit de produits chimiques reconnus, dès le départ, comme hautement toxiques, totalement interdits à l’usage humain et environnemental, dont les effets cancérigènes, tératogènes sont établis, et dont la mortalité même dans l’immédiat selon la dose inhalée et le temps d’inhalation est connue de toutes les instances scientifiques. Si des produits comme l’amiante, dont l’innocuité avait été testée par des experts de tous poils ont pu s’avérer aussi mortels, si des médicaments à visée thérapeutique tels le dystilbène et le thalidomide (je rappelle qu’un médicament subit en général 12 ans d’études et de recherches avant d’être validé et autorisé à être mis sur le marché) ont pu s’avérer cancérigènes, tératogènes et mortels, comment , même en faisant preuve de mauvaise foi et d’une absence totale de moralité et de bon sens, peut-on soutenir qu’un produit chimique déclaré par toutes les études scientifiques indépendantes dans le monde comme étant HAUTEMENT TOXIQUE, peut-il s’avérer inoffensif lorsque utilisé sur des Ivoiriens ? Dieu aime-t-il les Ivoiriens à ce point ? Par quel miracle peut-on arriver à faire croire que 500 tonnes de déchets toxiques ne sont aucunement mortels, sauf qu’il provoquerait une légère incommodation due aux odeurs ?
Le problème des déchets toxiques est si sérieux que si nous n’y prenons garde, l’ampleur du scandale à Abidjan dans quelques années ferait passer la tragédie de la crise post-électorale de 2010 pour une partie fine entre amis. Et seul Dieu sait combien je rêve d’avoir tort.

Mode d’action des produits toxiques

Avant toute chose, sachez que ce n’est pas parce qu’un produit ne tue pas immédiatement qu’il n’est pas toxique ou mortel. Les produits cancérigènes prennent 5, 10, voire 20 ans et plus, avant la révélation du cancer. Cela veut dire qu’au moment de l’intoxication, les femmes enceintes, les bébés, les enfants, les jeunes, vont voir apparaître leur mal lorsqu’ils seront dans la force de l’âge et même bien avant pour les bébés. Pour tout scientifique ou économiste (les raisons sont différentes), un mal qui tue immédiatement est toujours préférable à un mal qui tue sur le long terme ; cela vaut surtout pour les maladies infectieuses. Pour la simple raison que celui qui meurt vite n’a pas le temps de contaminer et permet ainsi de vite stopper la chaine de contamination. C’est ce qui explique que le virus Ebola (rapidement mortel, donc peu de propagation du mal) n’a pas pu se propager dans le monde avec la même ampleur que le virus du SIDA (mortel à long terme, donc a le temps de se propager et revient plus coûteux en termes de budget de soins à la communauté). Dans le cas des déchets toxiques, je ne vais pas revenir sur la description des caractéristiques des polluants ni sur leur mode d’action sur la population, il faudrait lire l’article paru dans Frat Mat du 14 septembre 2006. Mais sachez que de façon certaine, elle est mortelle. Quand les experts de Londres disent que les émanations ne sont pas toxiques, c’est un horrible déni motivé par l’intérêt et non une réalité scientifique. Ces déchets ont été déversés en pleine ville et dans différents quartiers. L’exemple donné par les journalistes de Frat Mat tel que celui des chauffeurs qui ont convoyé les déchets et qui n’en sont pas morts est encore une fois lacunaire. Le chauffeur déverse et repart. Et qu’en est-il pour la personne qui vit tous les jours dans la zone où cela a été déversé ? Et sur quels critères d’analyses pouvez-vous dire que les chauffeurs sont exempts de toute atteinte pouvant impacter gravement sur leur espérance de vie à moyen et long termes ou sur leur progéniture ? Sur quels éléments factuels, in situ, les experts de Londres décrètent-ils de la non nocivité de ses émanations sulfureuses et autres ? Leur prétendue expertise trouvent leur fondement, probablement, dans l’hypothèse où un tel déversement se produisait en Europe. Dans un tel contexte, leurs analyses ne sauraient s’extrapoler sur la population ivoirienne. L’espérance de vie en Europe est de 78 ans en moyenne ; en Côte d’Ivoire elle tourne autour de 44 ans. Ce qui veut dire déjà que nous n’avons pas la même résistance de survie face à notre environnement et à nos conditions de vie. Deux individus issus de ces deux milieux et se trouvant respectivement dans leur écosystème ne réagiraient pas de la même façon face à une attaque chimique ou toxique censée mortelle. Les raisons sont les suivantes : si l’on se place du point de vue d’un citoyen européen, en très bonne santé, qui se trouve face à une intoxication chimique et qu’il ressent un malaise, il peut tout de suite appeler les secours et être traité rapidement dans un centre spécialisé de désintoxication, avec l’assurance que la source de l’intoxication va être annihilée. Alors là, je dirai que les émanations bien que toxiques peuvent s’avérer pas nocives pour le citoyen européen du fait de l’efficacité et de la rapidité de la prise en charge globale en cas de contamination ou d’intoxication. Mais prenons le citoyen africain, il n’y a pas 10 % de la population qui soient dans un bon état de santé. Quand il est riche, c’est la malnutrition. Quand il est pauvre, c’est la dénutrition. Quand il inhale les émanations toxiques, il n’a pas les moyens de toujours se rendre à l’hôpital. L’hôpital n’a, non plus, pas les moyens pour répondre aux soins que requiert son intoxication et sa prise en charge globale. L’Etat n’a pas les moyens ni l’envie de retirer la source de pollution. Dans ces conditions, même une simple eau stagnante peut devenir mortelle, à plus forte raison des déchets toxiques. Ce sont principalement ces raisons qui fondent la différence dans l’espérance de vie si grande entre l’Europe et l’Afrique. En plus, la mortalité et la morbidité ne seront pas la même pour les différences couches sociales de la population touchées et elles vont dépendre de l’état de santé, de l’environnement, de l’âge, du sexe, de la prédisposition génétique, de la proximité avec la zone contaminée, de la dose inhalée, du temps d’inhalation, de l’interaction du polluant avec son environnement, des intempéries, de l’effet aérosol, de la concentration du polluant, de son degré de toxicité et bien pire dans le cas présent, du non retrait des polluants déversés. Et chers journalistes, comme je vous l’explique, la mortalité n’est pas liée à la forme aiguë ou rapide de la mort. Croyez-moi, ceux qui sont réellement morts en corrélation avec les déchets toxiques sont très au-delà de ce qui a été officiellement annoncé. Et cela part d’une logique imparable. Si, d’une part, des personnes en bonne santé ont pu en mourir, imaginons tous ceux dont la mort a été précipitée soit dans les hôpitaux, soit à la maison, souffrant déjà de pathologies qui les affaiblissaient et ceux asphyxiés par l’odeur insupportable. D’autre parts, les conséquences les plus graves sont à redouter dans le futur, comme je l’ai montré avec les exemples de l’amiante, du distylbène, de la thalidomide. Est-ce parce qu’on fume le tabac et que l’on ne meurt pas sur le champ, que l’on conclura qu’il n’est pas mortel ? Le problème de l’Afrique c’est que nous n’avons aucune base de données. Nous ne ressentons aucun besoin d’étude face à de tels malheurs. C’est encore des experts européens qui, dans leurs bureaux feutrés à Londres, vont nous dire si les déchets sont mortels ou pas. C’est le comble de l’assistance infantilisante et de l’irresponsabilité de notre part. Il n’existe aucun pays sérieux au monde qui n’aurait pas créé un centre d’étude et de suivi des malades et de l’environnement des déchets toxiques. La nappe phréatique a-t-elle été touchée ? Les cultures vivrières et vergers des villages contaminés (Akouédo et autres) ont-ils été touchés ? Documente –t-on les cas de décès ou de survenue de pathologies respiratoires, de peau, de la reproduction, etc. ? Tout le monde s’en fout, tant que les gens ne tombent pas de mort subite des suites d’une inhalation de ces déchets toxiques, c’est qu’ils ne sont pas mortels et donc tout va bien dans le meilleur des mondes, l’Afrique. On va crier au génocide quand un expert européen viendra nous dire qu’il y a des risques effectifs de toxicité. Tant qu’il s’agit d’experts locaux, on peut dormir la conscience tranquille. Ces mêmes experts locaux sont pourtant sollicités par les grandes puissances de ce monde comme la justice américaine ou les universités américaines pour recueillir leur expertise. C’est vrai que nul n’est prophète chez soi. Il n’est donc pas surprenant que Frat Mat estime qu’il n’y a pas eu de morts. Il n’y a aucun suivi ni données statistiques sur ce drame. Si quelqu’un souffre de migraine chronique, de dysfonction hormonale, de stérilité, de cancer, etc., qui aurait l’idée de relier cela aux déchets toxiques ? Comment savoir dans 5 ou 10 ans si le taux de cancers, de stérilité, de malformations congénitales ou de maladies respiratoires et autres n’est pas en nette augmentation au sein de la population touchée par les déchets toxiques, alors que nous n’avons aucune donnée statistique actuelle de ces pathologies sur ces mêmes populations qui puisse servir de comparaison? C’est en ce moment qu’on pourrait réellement évoquer les notions de morbidité et de mortalité des déchets toxiques. Les experts de Londres sont assurément dans le faux en a parlant déjà.

De la nécessité d’un centre de suivi

Le combat d’indemnisation des associations des victimes bien que légitime paraît cependant indécent dans la présentation de leurs revendications portant essentiellement sur des indemnités à se partager. Elles n’ont pas encore saisi la gravité de la situation. La plupart des victimes se retrouveront totalement démunies et oubliées lorsque les conséquences tardives se manifesteront à elles. Et je ne vois pas comment elles pourront exiger une prise en charge, si elles se sont déjà partagé les indemnités sans penser à exiger de Trafigura la création d’un Centre de Suivi des Malades comme je le réclame depuis le déversement de ces déchets toxiques. Le vrai combat est là. Il faut absolument un centre de suivi et de recherche sur les victimes. Ne serait-ce que par simple principe de précaution et pour être capable de réagir face à un tel drame, s’il survenait ici ou ailleurs, grâce à la connaissance et à l’expertise que nous pourrons accumuler à partir d’un tel malheur.

A propos de victimes de déchets toxiques, c’est tous les habitants, faune et flore sur Abidjan et peut-être sa banlieue, en tenant compte de l’effet aérosol, qui sont victimes à des degrés divers. Il faut comprendre cela, il ne s’agit pas de liste de victimes qui fait penser à une liste de volontaires de victimes.

Déchets toxiques en Somalie ou Toxic Somalia

Le journaliste et réalisateur français Paul Moreira est allé enquêter en Somalie pour rapporter la preuve irréfutable que des industriels italiens ont déversé des tonnes de déchets toxiques qui ont contaminé les eaux du littoral et les populations locales. A ce sujet, Paul Moreira, déclarait « J’ai été très touché par les scènes d’enfants atteints de cancers ou de malformations génitales que nous avons tournées à l’hôpital de Mogadiscio. Je n’ai aucun moyen de prouver l’existence d’un lien réel entre la multiplication du nombre de cas d’enfants affectés par ces maladies depuis vingt ans et le déversement de déchets toxiques sur les côtes somaliennes, mais il est difficile de croire au simple fruit du hasard ».
La Somalie est devenue l’une des zones de piraterie marine les plus dangereuses au monde. Les pirates somaliens accusent les Occidentaux d’avoir déversé des déchets toxiques qui ont détruit la faune et la flore et infecté gravement les habitants du bord de mer. Parmi ces pirates se trouvent des paysans et des pêcheurs dont la pollution par ces déchets a rendu impossibles leurs activités. La piraterie et les enlèvements sont devenus pour eux une véritable économie de substitution.

En Mai 2011, la chaîne de télévision française ARTE abordait le sujet ainsi : « Une invraisemblable affaire de déchets toxiques rejetés en mer au large des côtes somaliennes, au début des années 1990 et sans doute bien après. Le film démarre par l'apparition sur des plages de ce pays désormais dévasté, peu après le tsunami de 2005, de fûts de déchets toxiques dont ni le contenu, ni la provenance, ni la destination n'ont jamais été clairement établis. Mais le fait est que le déversement de ces déchets toxiques dans la mer a non seulement eu pour effet de raréfier les ressources halieutiques, mais aussi de faire tripler le nombre de cancers infantiles depuis 20 ans. Quelles solutions se présentent pour ces bouts de chou "soignés" à l'hôpital de Mogadiscio ? "Pas d'espoir", répond le médecin qui les traite...
Paul Moreira a rencontré plusieurs des protagonistes, dont les témoignages sont proprement glaçants. L'un des personnages déclare ainsi : "Si les bateaux transportent des fûts, ils les jettent en mer, où est le problème ?" Un autre ajoute : "C'est seulement un business. La vie humaine ? Aucune importance !" Et que dire de celui qui déclare : "Les nègres, les déchets, ils les prennent et ils les mangent !" Pour Paul Moreira, aucun doute n'est possible : la piraterie est née aussi de cette incapacité des Somaliens à poursuivre leur activité de pêche le long de leurs côtes. Quant à régler ce problème aujourd'hui... »

Première observation, je tiens à préciser que j’ai vu le film des enfants atteints de cancers et de malformations génétiques et condamnés à mourir car n’oublions pas que nous sommes en Afrique. Deuxième observation, dans le cas de la Somalie, on parle de déversement dans la mer et dans des fûts et containers. Dans le cas de la Côte d’Ivoire, on parle de déversement, A CIEL OUVERT, de 500 tonnes de déchets toxiques directement en pleine zone urbaine et donc ne se trouvant ni dans des fûts ni dans des containers et n’ayant pas été retirés depuis lors. Dîtes-moi, par quel miracle la population peut-elle échapper au risque de cancers et de toutes les autres joyeusetés pathologiques ?

Plutôt que de remettre en cause l’évidence des conclusions de la très compétente scientifique Pr Etté Hélène YAPO qui a procédé à ces autopsies, pensez plutôt à réveiller les morts des déchets toxiques et dîtes-leur que les experts de Londres ont décrété que les déchets ne sont pas mortels. Je pense qu’ils seront heureux de recouvrer la vie. Car, finalement avec vos insinuations malveillantes, vous les tuez deux fois. Respectons la mémoire de ceux qui sont morts et de ceux qui vont l’être par cette infamie sans nom, motivée par une cupidité et une stupidité sans précédent. A moins que, comme le disait le témoin dans le film de ARTE sur la Somalie, comme ce sont des nègres, ceux qui sont morts ont dû manger les déchets toxiques. Sinon, comment comprendre qu’ils soient morts alors que les experts ont décrété l’innocuité des déchets toxiques ? A coups de milliards, bientôt ces experts nous diront que ces déchets avaient quelques vertus thérapeutiques.
La valeur de la vie humaine, sur des critères assez complexes, est d’environ 1 à 2 millions d’euros en Europe. Dans certaines zones d’Afrique, la valeur de la vie humaine pour un enfant frôle les deux dollars, pas même assez pour le sauver d’une crise de paludisme.
Si après cela, Dieu n’a pas quitté l’Afrique, c’est qu’Il a vraiment le sens de l’humour.

Dr COULIBALY Foungotin Hamidou
Maître-Assistant Génétique Humaine
Cytogénéticien et Biologiste de la Procréation
Attaché de Recherche Clinique
E-mail : cfoungh@yahoo.fr
Site internet : www.crieafrique.net

LIENS PROMOTIONNELS