Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

Réhabilitation / Palais de culture de Treichville : Des experts chinois procèdent à un test anti-séisme
Publié le jeudi 26 avril 2012   |  L'intelligent d'Abidjan




Vos outils
height=28

PARTAGEZ

Un test anti-séisme au palais de la culture de Treichville. C’est ce à quoi s’emploit depuis le 25 Avril 2012 des experts chinois en Côte d’Ivoire. Tout est presque passé au peigne-fin. Certains piliers de la salle Bernard Dadié (voir photo) jouxtant l’espace Anoumabo ne sont pas épargnés car taillés (dégradés) dans leur forme circulaire. Selon ces experts, il est question pour eux de vérifier la solidité de l’œuvre architecturale. Construit entre 1996 et 1999, par les sociétés Gansu Overseas Engineering Corporation et Complant et inauguré le 1er octobre 1999, le Palais de la culture de Treichville a été financé par la République populaire de Chine. En septembre 2011, à la suite d’un protocole d’accord signé entre la Chine et la Côte d’Ivoire en vue de la réhabilitation du palais qui a été pillé et saccagé par endroits pendant la crise post électorale, des experts chinois ont effectué le déplacement à Abidjan en vue de l’évaluation technique. La réhabilitation du palais était prévue dans un ‘’délai bref’’, avait rassuré en septembre dernier Xu You, le chef de la délégation des experts chinois en Côte d’Ivoire.
Il aura fallu cependant attendre sept (7) mois pour revoir à l’œuvre, sur les bords de la lagune Ebrié, la partie chinoise. Si l’expertise chinoise peut être salutaire pour faire du palais la belle vitrine, les travaux entrepris depuis peu (test anti-séisme) donnent du fil à retordre à la direction du palais de la culture. Car, après avoir arraché les plafonds (salles Christian Lattier et Bernard Dadié, etc.) et dégradé les piliers pour les besoins des experts chinois, tout reste en l’état donnant une image de chantier. Il revient donc à la direction du palais de la culture, une fois l’expertise (chinoise) faite, de donner rapidement un air de neuf audit espace visité. Tel était le spectacle hier. Parce que, fait savoir Koné Dodo, le palais n’étant pas fermé, des activités sont prévues dans ledit espace.

La salle François Lougah ouvre en mai !

Approché hier, Koné Dodo le directeur général du palais de la Culture soutient que la réhabilitation ‘’se fera d’ici la fin de l’année (Ndlr ; 2012’’. Cette réhabilitation dans son ensemble est financée, dit-il, par la Chine qui a signé un protocole d’accord avec l’Etat de Côte d’Ivoire. Aussi précise-t-il, une équipe du Bnetd, des ministères de la Culture et de la Francophonie, de la construction et des Affaires étrangères séjournera dès aujourd’hui en Chine où elle doit ‘’arrêter les termes de références avec les Chinois’’. Mais, en attendant que la réhabilitation soit effective, les portes du palais de la culture ne sont pas fermées pour nécessité de travail. «Nous n’avons pas attendu !», indique Koné Dodo. Ont été mis en l’état les toilettes qui avaient été cassées, les salles Christian Lattier, Niangoran Porquet, Anoumabo, etc. La salle Christian Lattier, si elle est plus ou presque adaptée aux arts plastiques (exposition d’œuvres) reste multifonctionnelle car des spectacles, baptêmes, conférences (etc) s’y font désormais. «En attendant que les Chinois rétablissent tout, à notre niveau, nous faisons ce que nous pouvons pour réhabiliter la salle François Lougah (1500 places) qui, logiquement, devra être fonctionnelle en début de mois (Ndlr ; début mai 2012)», a souligné Koné Dodo. Par ailleurs, la direction du palais donne la possibilité aux troupes de théâtre de faire des répétitions. ‘’Gracieusement’’, a souligné le directeur général qui leur fait payer un forfait (5000 voire 10000 Fcfa). «Il y a l’électricité à payer !», explique-t-il. Cependant, pour le cas de l’espace Anoumabo, ajoute-t-il, lorsqu’il y a beaucoup de répétitions, il faut changer le plancher. «Ça nous coûte 200 à 300 mille FCFA».

Etat des lieux …

Entre les travaux d’expertises pour la réhabilitation, petit à petit le palais de la culture reprend ses droits. Les services ont regagné leurs bureaux respectifs et l’équipement des bureaux est de la responsabilité de la direction générale du palais. ‘’Tous les bureaux ont été équipés. Le centre de ressources a été équipé’’, a témoigné le directeur général. Les enfants ont retrouvé leur espace favori : l’espace Oiseau livre qui sera bientôt inauguré par le ministre de la Culture et de la Francophonie. Tous les mercredis et samedi, ils sont des centaines à visiter l’Oiseau livre, leur bibliothèque. Lectures et pièces de théâtres leur sont consacrées. ‘’Nous essayons de jouer notre rôle’’, admet Koné Dodo.
Koné Saydoo

LIENS PROMOTIONNELS