Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Showbizz
Article



Dernières dépêches


Comment

Showbizz

Concert avorté à Yamoussoukro, violence sur son ex-copine, sa brouille avec Debordo Dj… : Arafat Dj et son staff disent leur part de vérité
Publié le vendredi 8 juin 2012   |  Le Patriote


Fêtes
© Abidjan.net par Le Boss
Fêtes de fins d`année : Salle archi comble pour DJ Arafat
Lundi 26 décembre 2011. Abidjan, Treichville. Dj Arafat a donné un concert mémorable dans une salle bondée de monde.


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Videos
Dossier

Showbiz 2012
Une sortie pour faire la lumière sur tous les scandales qui planent sur sa tête. C’est à cet exercice que s’est livré Arafat Dj, la star incontestée du coupé décalé, hier à l’Espace Nandjelet à Cocody. Pour l’occasion, l’artiste était entouré de son staff : son père Houon Pierre alias Wompy, son manager Youyou et son avocat Me Bokola. Premier sujet qui fâche, le concert avorté de Yamoussoukro, où Arafat ne s’est pas produit, alors qu’une foule en délire l’attendait. « Ce n’est pas de ma faute. Ce sont les promoteurs du spectacle (ndlr, la structure Nurotek, dirigée par Mlle Eva Esther) qui n’ont pas respecté les termes du contrat », s’est-il défendu, avant d’expliquer : « Nous avons convenu avec eux d’un spectacle prévu le samedi 2 juin dernier, à 15h. Avant de quitter Abidjan, je leur ai demandé si l’horaire indiqué allait être respecté car j’avais un autre engagement dans la soirée à Abidjan. Je devais jouer au domicile du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur Hamed Bakayoko qui y donnait une réception avec la présence des Eléphants footballeurs. J’ai quitté Abidjan à 12h avec mes danseurs et nous sommes arrivés à 15h à Yamoussoukro ».

“J’ai mal agi en frappant
Alexia Vodie”

Mais, à en croire Arafat, les organisateurs n’étant pas prêts, lui proposent d’aller se reposer dans un hôtel, le temps en fait que la salle soit pleine. Ce que le chanteur refuse, insistant pour se produire, comme le stipule le contrat. La salle de conférence de la Fondation Félix Houphouët-Boigny, étant encore désespérément vide, les organisateurs ne cèdent pas à sa requête. Et Arafat de poursuivre : « Je suis resté jusqu’à 21h à Yamoussoukro, avant de prendre la route pour Abidjan où j’étais attendu chez le ministre Hamed Bakayoko». L’artiste, qui admet avoir reçu une avance de 400 000 FCFA sur un cachet de 900 000 FCFA, dit avoir rempli sa part du contrat. «Si je n’étais pas allé à Yamoussoukro, on pourrait m’accabler, mais ce n’est pas le cas. J’y suis allé, mais c’est eux qui sont fautifs », a-t-il fait savoir. Toutefois, pour se racheter aux yeux de ses fans, Arafat a promis donner un concert gratuit prochainement dans la capitale politique ivoirienne. Celui qui se fait aussi appeler Yôrôbô est, par ailleurs, revenu sur l’affaire Alexia Vodie, qui a provoqué une vague d’indignation aussi bien en Côte d’Ivoire qu’à l’extérieur du pays. Dans une vidéo, postée sur le net qui révèle le scandale, on y voit Arafat battre cette jeune fille. Cette histoire, a-t-il confessé, date de 2010, avant d’enchaîner : « Alexia était mon ex-petite amie. Elle m’avait trompé avec Jean-Olivier Akoun, qui était mon ami. J’étais en colère et je l’ai battue. Je ne sais pas qui a filmé la scène, même si j’ai des soupçons sur certaines personnes ». Mais, avec le recul, Arafat regrette son acte. « J’ai mal agi. J’ai demandé pardon », s’est-il repenti. Derrière la divulgation de cette affaire, Arafat Dj y voit des mains obscures, une volonté manifeste de nuire à sa carrière. «La vidéo a posté sur le net deux jours avant mon concert au Bataclan(le 30 avril 2012), une des salles mythiques de France, mais j’ai pu y réunir 1400 personnes sur les 1500 places qu’elle contient», a ajouté Commandant Zabra, avant de révéler : « A cause de cette vidéo, ma tournée de 25 dates au Canada a été annulée. Je devais toucher 3000 dollars (1,5 million de FCFA) à chaque spectacle. J’avais des émissions sur des chaînes françaises comme M6 qui ont été annulées». Pour Arafat, il n’y a aucun doute, « Beaucoup de gens veulent ma place. Ils sont jaloux de ma notoriété ».
S’agissant de sa réconciliation avec Dj Debordo, Arafat a confirmé avoir fait la paix, samedi dernier, chez le ministre Hamed Bakayoko avec son ancien compère. « Le ministre pour qui j’ai beaucoup d’estime nous a demandé de nous réconcilier, afin de donner l’exemple à la jeunesse. Didier Drogba, qui est une icône internationale s’est mis à genoux pour nous supplier de mettre fin à nos divergences. Kolo Touré, Kader Kéïta et d’autres Eléphants ont vraiment souhaité que Débordo et moi redevenions amis. Ce que j’ai accepté car je ne représente rien devant de telles sommités», a confié l’artiste. Mieux, lui et Debordo vont bientôt enregistrer un single qui scellera leur réconciliation. «Tout sera pris en charge par Didier Drogba, de l’enregistrement au studio à la réalisation du clip vidéo », a précisé Arafat, annonçant au passage son mariage avec « M » pour le 20 décembre prochain. Enfin, il a dit être fâché contre sa mère (Tina Glamour) «jusqu’à sa mort», après qu’un magazine eut révélé son idylle avec Shanaka Yakuza. De son côté, Me Bokola a affirmé que le casier judiciaire de son client est vide. «Il n’est ni poursuivi, ni condamné », a-t-il tranché.
Quant à Wompy, qui gère maintenant la carrière de son fils, il a déploré le traitement de l’info relative à la brouille avec le promoteur de spectacle Djigbenou. Lequel avait signé un contrat avec Arafat pour un concert à Bouaké, pour un cachet de 10 millions de FCFA. Après avoir payé l’avance de 5millions, il avait dû se rétracter, avant de réclamer son argent. L’affaire a fait les choux gras de la presse car Wompy avait été interpellé et mis en détention. «Beaucoup de fausses choses ont été dites et écrites», a-t-il regretté, sans toutefois accabler les journalistes, préférant les exhorter à soutenir les artistes plutôt que «de détruire leur carrière».

YS

LIENS PROMOTIONNELS