Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Société
Article



Dernières dépêches


Comment

Société

Guitry / Exaction des populations par les Frci : Un village envahi, plusieurs blessés
Publié le mardi 19 juin 2012   |  Le Temps




Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Plus rien n’arrête les forces pro-Ouattara dans leur volonté de nuire à la cohésion sociale.

Les derniers faits en date du dimanche 17 juin 2012, dans la région de Guitry, dévoilent la nuisance causée par cette armée parallèle rejetée par la population. En effet, selon les informations à notre possession, le village de Tiégba 1 dans la localité de Guitry a reçu la visite incommode d’un contingent d’éléments des Forces républicaines de Côte d’Ivoire(Frci). Ces éléments ont mené une expédition punitive contre les populations et commis de graves dérives. Des honnêtes citoyens ont été passés à tabac durant des heures. Des innocents ont été gratuitement battus à sang par des éléments Frci. Si bien que les pauvres habitants de Tiégbé 1 ont dû fuir pour trouver refuge dans la brousse. Vieillards, femmes et enfants ont subi la furia de leurs tortionnaires en se refugiant à l’école primaire de la localité où ils ont été vite rattrapés et battus également. Même des instituteurs n’échapperont pas aux Frci qui en voulaient à tout le monde. Le bilan est lourd.

Plusieurs personnes grièvement blessées parmi les populations. Après ces violences, les Frci ont systématiquement pillé des domiciles. Au terme d’une journée folle, les gendarmes de Divo ont dû intervenir. En attendant que l’enquête diligentée par la gendarmerie situe les responsabilités, la localité vit encore le traumatisme de cette barbarie des Frci aux antipodes de la discipline militaire. A l’origine des faits, racontent nos informateurs, des villageois exaspérés des rackets des Frci se sont opposés à la paie du droit de passage imposé ce dimanche 17 juin. En fait, des Frci qui ont élu domicile dans le village depuis plus d’un an, ont dressé des barrages à chaque sortie. Et les villageois doivent débourser de l’argent chaque fois qu’ils veulent se rendre au champ. Des actes inacceptables qui ne sont pas du goût des jeunes. Ils ont donc exprimé leur mécontentement aux éléments des Frci qui, pour toute réponse, s’en sont pris à eux.

Odette Latey

LIENS PROMOTIONNELS