Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Économie
Article



Dernières dépêches


Comment

Économie

Filière Café-cacao : Lambert Kouassi Konan explique la réforme
Publié le mercredi 4 juillet 2012   |  Le Mandat


Activités
© Présidence par Aristide
Activités du chef de l`Etat: le Président Alassane Ouattara reçoit l`ancien ministre de l`Agriculture, Lambert Kouassi Konan
Lundi 23 janvier 2012. Abidjan. Palais présidentiel du Plateau. le Président Alassane Ouattara accorde une audience à l`ancien ministre de l`Agriculture, Lambert Kouassi Konan (photo)


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Le président du Conseil café-cacao, le ministre d’Etat Lambert Kouassi Konan, était face aux producteurs d’Abengourou le 30 juin. Sa mission : exposer la réforme ‘‘Ouattara’’.

Le président du Conseil du café-cacao, le ministre d’Etat Lambert Kouassi Konan, a initié une tournée dans les zones de forte production. Objectif : présenter aux producteurs les grands pans de la réforme diligentée par le président Alassane Ouattara. A Abengourou, le 30 juin, Lambert Kouassi Konan (LKK) a invité les producteurs à adopter de nouvelles habitudes pour booster la production ivoirienne. Notamment, l’utilisation des semences sélectionnées du Centre national de recherches agronomiques (CNRA), plus connues sous le nom de cabosses ‘‘Mercedes’’. Ainsi que celle (l’utilisation) des produits phytosanitaires homologués, appuyée par les conseils avisés des éléments de l’Agence nationale de développement rural (Anader). Eu égard aux énormes dégâts engendrés par le ‘‘Swollen shoot’’, maladie qui décime les plantations et impacte considérablement l’économie ivoirienne. L’autre situation que n’a pas manqué de relever le président du Conseil, c’est la prolifération de l’hévéaculture, qui réduit la production nationale de cacao. Pour inciter les producteurs à la cacao-culture, il a révélé que l’Etat s’investira à leur faciliter l’accessibilité et la disponibilité des engrais. Toutefois, LKK a déploré des maux tels que les pires formes de travail des enfants, qui déshonorent la Côte d’Ivoire. Et ralentissent considérablement le processus de certification du cacao national. Sur la ‘‘réforme Ouattara’’, qui préconise l’installation d’une police de contrôle, LKK s’est attardé sur le non-respect des itinéraires techniques de la récolte cacaoyère. D’où le taux d’humidité de plus en plus croissant et son corollaire de moisissure, constaté dans les sacs de café et de cacao. Sans oublier le séchage des fèves sur le bitume, lourd de conséquence pour la qualité du cacao. Après Abengourou, LKK est attendu demain à Aboisso. Pour poursuivre les gros-œuvres de la réforme, vision Ouattara, dans le dessein de préserver le rang de N°1 mondial du cacao, avec une production moyenne annuelle autour de 1,4 million de tonnes.

RMK

LIENS PROMOTIONNELS