Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS


Accueil
News
Politique
Article



Dernières dépêches


Comment

Politique

Situation sécuritaire à Duékoué/ Allah Remi : “Tous les criminels seront punis”
Publié le lundi 23 juillet 2012   |  Le Patriote


Sécurité
© Abidjan.net par Prisca
Sécurité nationale : Arrestation de 18 miliciens en préparation pour une attaque dans la foret du Banco
Jeudi 26 avril 2012. Abidjan, forêt du banco 18 miliciens en préparation pour une attaque arreté


Vos outils
height=28

PARTAGEZ


Dans la nuit du 19 au 20 juillet 2012, aux environs de 04 heures, quatre individus armés de kalachnikovs ont fait irruption au quartier Kokoman de Duékoué où ils ont abattu quatre personnes, une cinquième grièvement atteinte par balle a succombé à ses blessures. Poursuivis par les habitants du quartier, les criminels se sont réfugiés au camp des déplacés situé sur l’axe Duékoué – Guiglo et gardé depuis sa création par les Casques Bleus de l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI). Informée de la présence des assaillants dans ce camp, la population civile exaspérée par ces actes criminels à répétition, s’est déchaînée pour se ruer vers le camp. Alertés les détachements des forces républicains de Côte d’Ivoire (FRCI), de la Gendarmerie et de la Police de Duékoué se sont immédiatement déployés autour du camp. Mais ni le premier cordon de sécurité établi par les FRCI, la Gendarmerie et la Police, ni le deuxième constitué par le bataillon marocain de l’ONUCI n’ont suffi à arrêter la population en furie qui a investi le camp. Le bilan est lourd : six personnes tuées et treize autres blessées, le camp des déplacés ainsi que le marché situé en face entièrement détruits. Par ailleurs, au cours de ses recherches sur le site détruit des déplacés, la gendarmerie a découvert deux armes de guerre de type AK47, un pistolet artisanal et des munitions de toutes sortes dont des grenades offensives et défensives. C’est au total, onze personnes qui ont perdu la vie dans ces actes barbares ce 20 juillet 2012 à Duékoué
Le Président de la République s’incline devant la mémoire des disparus et condamne fermement ces actes criminels. Devant la gravité de la situation, le Président de la République Son Excellence Monsieur Alassane Ouattara, chef suprême des armées, a en urgence instruit le Premier Ministre, M. Jeannot Kouadio Ahoussou de convoquer et présider une réunion qui s’est tenue ce jour samedi 21 juillet 2012 au palais de la présidence de la République avec la participation effective des ministres des Affaires présidentielles, du Directeur de cabinet du Président de la République, du Directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, du représentant du ministre auprès du Président de la République chargé de la Défense et des chefs des grands commandements. D’importantes mesures ont été prises à l’issue de cette réunion. En attendant l’arrivée à Duékoué dans les tous prochains jours d’une mission pour apporter le réconfort du gouvernement aux familles des victimes et aux blessés, le Premier ministre lance un appel au calme à l’endroit des populations et rappelle que nul n’a le droit de se faire justice.
Le procureur de la République informé des faits, une enquête a été immédiatement ouverte pour situer les responsabilités. Les auteurs ou coauteurs de ces crimes seront traduits devant les tribunaux pour répondre de leurs actes. Afin de rassurer l’ensemble de la population, notamment les déplacés dont près de 600 ont trouvé refuge à la mairie et à la mission catholique de Duékoué, le chef d’Etat major général des FRCI, le Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale et le Directeur général de la police nationale ont, sur le terrain, pris les dispositions suivantes : appui à l’ONUCI pour assurer la sécurité de la mairie, mise en place d’un deuxième cordon de sécurité composé des FRCI, de la Gendarmerie et de la Police Nationale, organisation de patrouilles mixtes (forces ivoiriennes, forces de l’ONUCI) pour le rétablissement et le maintien de l’ordre à travers tous les quartiers de la ville de Duékoué. Ces mesures devront restées en vigueur jusqu’à nouvel ordre en attendant le règlement définitif de la question des déplacés à Duékoué.

Fait à Abidjan, le 21 juillet 2012
Porte-parole du ministère de la Défense
Retranscrits sur RT1 par TL

LIENS PROMOTIONNELS