Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment


Accueil
News
Politique
Article



  Sondage

 Autres articles

Comment


Politique

Liberia: 4 nouvelles arrestations après une attaque meurtrière en Côte d`Ivoire
Publié le lundi 30 juillet 2012  |  AFP


Sept
© Reuters
Sept Casques bleus nigériens tués dans une embuscade dans l`Ouest ivoirien
Les corps de sept soldats de la paix des Nations Unies tués vendredi dans le sud-ouest Côte-d`Ivoire sont déchargés d`un avion de l`ONU à l`aéroport d`Abidjan


 Vos outils

PARTAGEZ



 Vidéos

 Dossier
MONROVIA, Le gouvernement libérien a annoncé lundi l`arrestation de quatre personnes soupçonnées d`être impliquées dans l`attaque meurtrière qui avait fait début juin au moins dix huit morts dont sept casques bleus nigériens dans le Sud-Ouest ivoirien, une région frontalière du Liberia.

Ces nouvelles arrestations font suite à des enquêtes menées auprès de trois personnes arrêtées le 13 juillet dans le cadre de la même affaire, indique un communiqué gouvernemental. "Le gouvernement libérien a informé celui de Côte d`Ivoire de ces arrestations", ajoute le texte.

L`attaque du 8 juin dans le Sud-Ouest ivoirien avait fait au moins 18 morts, dont sept Casques bleus nigériens, et a été attribuée par le pouvoir ivoirien à des fidèles de l`ex-président ivoirien Laurent Gbagbo basés au Liberia.

Le refus de M. Gbagbo de reconnaître la victoire d`Alassane Ouattara à la présidentielle de novembre 2010 avait plongé la Côte d`Ivoire dans une crise post-électorale (décembre 2010-avril 2011) qui a fait quelque 3000 morts.

M. Gbagbo, arrêté le 11 avril 2011 à Abidjan, est détenu à La Haye par la Cour pénale internationale (CPI) qui le soupçonne d`être "co-auteur indirect" de crimes contre l`humanité pour son rôle pendant la crise.

Des partisans de M. Gbagbo se sont réfugiés au Liberia après sa chute et des mercenaires libériens ont également participé aux combats lors du conflit post-électoral en Côte d`Ivoire.

L`organisation Human Rights Watch a indiqué dans un rapport en juin que ces combattants traversent souvent la frontière libérienne pour mener des raids meurtriers en Côte d`Ivoire.

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires