Accueil    Shopping    Sports    Business    News    Annonces    Cuisine    Nécrologie    Publicité
class=logo NEWS
Comment


Accueil
News
Politique
Article



  Sondage

 Autres articles

Comment


Politique

Côte d`Ivoire: un mort dans un incident impliquant des supplétifs de l`armée
Publié le mercredi 1 aout 2012  |  AFP


Des
© Reuters
Des dozos à Abobo pour un meeting
Traditional hunters (or Dozo) sit with their guns as they attend their first annual meeting at Abobo, in Abidjan July 25, 2011. Typically traditional hunters from the north, many of the Dozo joined forces with pro-Ouattara soldiers belonging to the Republican Forces of Ivory Coast (FRCI), against troops loyal to former President Laurent Gbagbo during the post electoral crisis.


 Vos outils




 Vidéos

 Dans le dossier

ABIDJAN, 1 août 2012 (AFP) - Au moins une personne a été tuée et quatre
blessées mercredi près de Sinfra, dans le centre-ouest de la Côte d'Ivoire,
lors d'un affrontement entre des chasseurs traditionnels "dozos", supplétifs
de l'armée, et des villageois, a-t-on appris de sources concordantes.

"Il y a au moins un mort et plusieurs blessés" à la suite de cet incident
survenu dans le village de Sanegourifla (20 km à l'est de Sinfra), a affirmé à
l'AFP une source médicale.

L'affrontement a fait "au moins un mort" et "au moins quatre blessés", a
indiqué de son côté une source sécuritaire.

Selon des témoignages concordants, les violences entre villageois et
"dozos" ont éclaté après un vol commis par un habitant.

"Le calme est revenu", a souligné un membre des forces de sécurité sur
place.
Evalués à plusieurs milliers, les chasseurs traditionnels "dozos" sont
devenus de facto des supplétifs des Forces républicaines (FRCI), l'armée
ivoirienne, depuis la fin de la crise postélectorale de décembre 2010-avril
2011, qui a fait quelque 3.000 morts.

Ils ont été mis en cause dans l'attaque du 20 juillet contre un camp de
déplacés proche de Duékoué, dans l'ouest du pays, qui avait fait au moins six
morts selon l'ONU, au moins neuf selon des sources locales.

Les "dozos" avaient combattu aux côtés des ex-rebelles du nord du pays qui
avaient porté le président Alassane Ouattara au pouvoir en avril 2011, après
le refus de l'ex-chef de l'Etat Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite à
l'élection de novembre 2010.
str-tmo/jms

LIENS PROMOTIONNELS


 Commentaires